liriodendron tulipifera | Jardipartage

Liriodendron tulipifera, Tulipier de Virginie : Un arbre majestueux

De splendides fleurs en forme de tulipes et des feuilles en forme de tête de chat allant du vert en été au doré en automne, le Liriodendron tulipifera est un arbre remarquable ! C’est aussi un spécimen de taille qui peut allégrement dépasser les 40 m. Parfait pour les grands jardins et les parcs arborés.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Liriodendron tulipifera.
Nom courant : Tulipier de Virginie.
Famille : Magnoliaceae.
Type : Arbres.
Origine : Amérique du Nord.
Dimensions : 20 à 50 m.
Croissance : Plutôt rapide.

Feuillage : Caduc. Feuilles lobées alternes de 8 à 15 cm, vert vif à l’extérieur, plus claires sur la face interne.
Floraison : Au printemps. Grandes fleurs solitaires et en forme de tulipe, vert pâle à jaune avec une tache orangée à la base des pétales.
Fruits : Automne/hiver. Multiples samares groupées en cônes.

Exposition : Ensoleillée (non brûlante) à mi-ombragée, en évitant les vents forts.
Sol : Profond, fertile et frais.
Rusticité : Rustique, jusqu’à – 30 °C.

Fleur liriodendron tulipifera | Jardipartage
La fleur du Liriodendron tulipifera est une belle tulipe © CréaHortalia

Si sa taille reste souvent un frein pour le jardin du particulier, le tulipier de Virginie a l’avantage de s’acclimater partout. Au nord comme au sud, en ville comme à la campagne et dans un sol variable, Liriodendron tulipifera résiste à tout, sans entretien !

Où planter le tulipier de Virginie ?

Le tulipier de Virginie est un grand arbre qui a besoin de profondeur et d’espace. Éloignez-le raisonnablement (8 à 10 m) des bâtiments, lignes électriques et autres plantations. Choisissez par ailleurs un endroit plutôt ensoleillé le matin ou le soir, pour éviter une situation trop brûlante.

Le Liriodendron tulipifera apprécie un sol frais voire humide mais jamais détrempé et suffisamment riche pour soutenir une croissance et une floraison optimale.

Notons que cet arbre s’intègre parfaitement dans les grands jardins urbains car il ne souffre absolument pas de la pollution. Dans tous les cas, soyez sûrs de vous parce que le tulipier de Virginie ne supporte pas les déplacements et son envergure les rend vite impossibles.

Quand et comment planter le Liriodendron tulipifera ?

La bonne période de plantation du tulipier de Virginie dépend de la région d’implantation. Il vaut mieux le planter au printemps sous les climats les plus froids et à l’automne dans les régions les plus douces afin d’éviter les gelées.

La plantation reste simple et similaire à la plupart des arbres :

  • Préparez un trou équivalent à trois fois la motte d’origine.
  • Tapissez de sable ou gravier fin pour un bon drainage.
  • Posez la motte au milieu du trou, à niveau avec le sol (pas trop enterrée).
  • Installez un tuteur pour soutenir une croissance verticale de l’arbre les premières années.
  • Remplissez d’un mélange de sable, terre argileuse et compost décomposé.
  • Tassez bien la terre et arrosez abondamment.

Comment entretenir le tulipier de Virginie ?

Le Liriodendron tulipifera ne nécessite qu’un entretien sommaire. Après la plantation et plus largement pendant les deux premières années, un arrosage régulier est indispensable, surtout par temps sec.

Pailler tout autour du pied de l’arbre est la meilleure solution. Vous maintiendrez ainsi un environnement frais et humide tout en réalisant des économies d’eau !

Fertilisation : Ajouter un bon engrais organique universel ou spécial arbres et arbustes. Les mélanges sang et corne sont également adéquats pour favoriser la croissance des arbres.

liriodendron tulipifera couleurs d automne | Jardipartage
Liriodendron tulipifera Belles couleurs dautomne © CréaHortalia

Faut-il tailler le Liriodendron tulipifera ?

Le Tulipier de Virginie à une forme naturellement homogène qui ne nécessite pas de taille régulière. D’ailleurs, ce bel arbre d’automne n’aime pas ça du tout !

Contentez-vous de supprimer les branches mortes ou abîmées à la fin de l’hiver. Prenez en revanche soin de protéger chaque plaie avec du goudron végétal pour éviter la pénétration de spores de champignons.

Le tulipier de Virginie craint-il le gel ?

Le Liriodendron tulipifera est un arbre très robuste. Ancré profondément dans le sol, il supportera des climats très froids (-30 °C) même si les gelées intenses ou durables peuvent impacter les bourgeons floraux.

Cependant, un jeune plant étant toujours plus sensible au gel qu’un arbre mature, nous vous conseillons d’épaissir largement le paillage dès la fin de l’automne. Face à des températures très basses sur la durée et/ou de vents givrants, n’hésitez pas à ajouter sur les arbres récemment plantés un voile d’hivernage que vous ferez remonter largement sur le tronc. Ôtez-le en revanche dès que possible pour éviter la stagnation de l’humidité.

Comment multiplier le Liriodendron tulipifera ?

Armez-vous de patience si vous voulez tenter de multiplier le tulipier de Virginie ! Vous devrez procéder par semis mais les graines récoltées à maturité mettent de longs mois à germer. De plus, il faut savoir qu’un jeune arbre ne produit pas de fleurs avant une vingtaine d’années

Comme jardiner est aussi une histoire de patience, rien n’empêche d’essayer :

  • À l’automne, trempez les graines pendant 48 h dans une eau à température ambiante.
  • Disposez ensuite à 5 mm de profondeur dans des godets remplis d’un mélange de terreau et de sable.
  • Placez les pots en plein air mais pas au soleil direct ou sous châssis froid en cas de gelées.
  • Lorsque la graine a germé et présente au moins deux feuilles, replantez dans un pot plus gros.
  • Attendez au moins deux ans avant de transférer en pleine terre avec toutes les précautions nécessaires pour un jeune plant !
author avatar
Delphine Toulain-Branger
Très créative dès le plus jeune âge, les fleurs ont toujours été pour moi une grande source d’inspiration. Désormais maman, je m’attache à faire découvrir les beautés de la nature à mes enfants, contempler, profiter mais aussi respecter ce fragile équilibre ! Je pratique le jardinage par véritable plaisir et si cela me permet d’avoir un beau jardin, c'est aussi l’occasion de récolter fruits, légumes, aromatiques et fleurs comestibles… J’adore cuisiner, alors passer du potager à l’assiette avec des produits sains et sans passer par la caisse, ça ressemble au bonheur non ? Je ne m’arrête pas là puisque je fabrique également mes produits ménagers et cosmétiques naturels, en utilisant largement les ressources de mon jardin. Voilà comment j’ai acquis une certaine expérience dans le domaine du jardinage. Alors lorsqu’on m’a proposé d’écrire autour de cette thématique, je me suis dit que plus qu’une bonne idée, c’était sans doute une évidence !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut