Accueil » L'automne » Le Ginkgo biloba s’illumine en automne
gingko-biloba-arbre

Le Ginkgo biloba s’illumine en automne

Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur à l’automne ?

Ginkgo biloba jaune
En automne, le Ginkgo biloba est l'arbre aux 40 écus ! Oloron Sainte Marie (64)

La couleur verte des feuilles est due à la présence de chlorophylle, contenue dans des sacs à pigments : les chloroplastes. La chlorophylle n’est pas le seul pigment présent dans ces sacs. D’autres, de couleurs variées, ne s’expriment pas en temps normal, car la chlorophylle, substance clé de la photosynthèse, est dominante.

Seulement, quand vient l’automne, les arbres entrent peu à peu en repos végétatif. La chlorophylle se dégrade alors et ses concentrations diminuent. Le moment est venu pour les autres pigments de s’exposer : les xanthophylles (jaunes), les anthocyanes (à dominante bleue) ou les caroténoïdes  (orangés à rouge) modifient alors la couleur des feuilles, parfois de manière considérable. Les teneurs et les combinaisons de chacun de ces pigments offrent alors un éventail de tonalités propre à chaque espèce et parfois aux variétés cultivées. C’est ainsi que certains arbres (comme le liquidambar, le tulipier de Virginie ou encore le chêne des marais), pourtant très discrets au printemps et tout l’été, se révèlent sous un nouveau jour à l’automne, quand leur parure se transforme en or. Le Ginkgo biloba est l’un d’eux. Je vous propose aujourd’hui de le découvrir…

Le Ginkgo biloba, l’arbre aux 40 écus

Arbre aux 40 ecus
Ramassez les écus tombés en automne du Ginkgo biloba, Oloron Sainte Marie (64)

Originaire d'Asie ( Chine et Japon), le Ginkgo biloba est à plusieurs titres un arbre fascinant. Ne serait-ce, d’abord, que parce qu’il collectionne des records :

  • Il est ainsi le plus vieil arbre contemporain connu : les paléontologues ont en effet mis au jour et identifiés au Groenland des fossiles de Ginkgo biloba vieux de 270 millions d’années. Voilà qui force le respect. Là où de nombreuses espèces, animales ou végétales se sont éteintes, incapables de s’adapter aux changements climatiques, le Ginkgo, lui, est toujours là, comme du reste les cycas, ces fougères semblables à des palmiers ou encore le désespoir du singe (Araucaria araucana)
  • C’est aussi le seul arbre capable de survivre à une attaque nucléaire : ce que démontra un Ginkgo biloba d’Hiroshima, au Japon, pourtant complètement calciné par le souffle de l’explosion, mais qui repartit de la souche au printemps 1946, plus de six mois après le bombardement américain d’août 1945…

Et puis, le Ginkgo est un arbre enchanteur à l’automne, lorsqu’il se pare de sa livrée jaune d’or et que ses feuilles en éventail si caractéristiques, recouvrent le sol d’un épais tapis lumineux. C'est la raison pour laquelle il est surnommé l'”arbre aux quarante écus”.

Le Ginkgo biloba s’impose donc naturellement comme un candidat sérieux pour le jardinier qui souhaite un arbre vénérable capable d’illuminer un parc ou un jardin à lui seul. Reste que, planter un Ginkgo, c’est aussi miser sur le long terme ( le plus vieux Ginkgo biloba d’Europe, planté à Utrecht en Hollande, daterait de 1730). Plantez-le donc isolé, sur une belle pelouse et réservez-lui la place qu’il mérite car il peut atteindre au bas mot 20 mètres de hauteur pour  8 mètres de diamètre ! Sa résistance fera le reste.

D'autres arbres, à l'image du tulipier de Virginie ou encore du savonnier de Chine, à l'encombrement plus réduit, virent au jaune d'or à l'automne, pouvant s'accorder à merveille avec les tonalités d'un Ginkgo ou se substituer à lui si l'on dispose de moins de place.

Article mis à jour le Août 26, 2018 @ 18 h 36 min

Partagez votre avis

A propos de Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

2 Commentaires

  1. Bonjour j’ai planté un gingko il y a trois ans. Je l’ai acheté déjà d’une taille certaine. Il présente de multiples bourgeons mais par contre ne garde pas ses feuilles. Est-ce normal?
    Faut-il le tailler? Sa base a de nombreuses pousses. Les avis divergent autour de moi, certains disent qu’il faut l’élaguer dans le bas afin qu’il concentre son énergie vers les branches du haut, d’autres disent qu’il ne faut rien faire. Merci de votre réponse, belle journée.

    • Bonjour Magali,

      le ginkgo réagit à un stress en laissant tomber ses feuilles, peut-être un manque d’eau ? Comment est-il planté ? Dans quelle région, quelle terre ? Quand a t-il perdu ses feuilles ? C’est un arbre robuste mais qui a besoin de temps pour s’installer, d’autant plus que visiblement le sujet que vous avez planté est déjà grand. Il faut donc à mon sens écouter ceux qui vous disent de ne rien faire si ce n’est l’arroser régulièrement du printemps à l’automne (surtout s’il ne pleut pas !) pour que son système racinaire s’étoffe et qu’il aille chercher par lui-même tout ce dont il a besoin. Vous verrez que dans quelques années ses feuilles seront superbes en octobre-novembre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.