Accueil » L'hiver » Jasmin d’hiver: un rayon de soleil dans le froid !
Jasmin d-hiver

Jasmin d’hiver: un rayon de soleil dans le froid !

Jasmin d'hiver: un rayon de soleil dans le froid !
Partagez votre avis sur cet article !

Mi- arbuste, mi-plante grimpante, le jasmin d’hiver (Jasminum nudiflorum) peine à trouver sa place. Originaire de Chine, cet arbuste sarmenteux rustique (-20°C) de la famille des Oléacées  est présent dans toutes les régions, offrant un précieux rayon de soleil hivernal à un bout de terrasse ou un coin du jardin. Comment le cultiver et l’entretenir ?

Une myriade d’étoiles dorées hivernales

Les longues (1,5 à 3 m) branches souples et sarmenteuses du jasmin d’hiver prennent une coloration verte, virant au brun en se lignifiant. Au pied d’un support de palissage, Jasminum nudiflorum  se conduit alors comme une plante grimpante. En l’absence de treille ou de grillage sur lesquels l’ériger, il forme plutôt un buisson de branches inextricables, se couvrant de fleurs jaunes étoilées de décembre à mars, à une période où les floraisons ne sont pas légion au jardin.

 Contrairement à son cousin offinical (Jasminum officinale), les fleurs en trompette du jasmin d’hiver n’exhalent aucune odeur. Leur atout est bien sûr ailleurs, à rechercher surtout du côté de leur luminosité, bienvenue en cette période de l’année morose !

Cette merveilleuse floraison apparaît sur toute la longueur des rameaux nus (nudiflorum), un peu à l’image du forsythia. De toute manière, les feuilles très discrètes du jasmin d’hiver ne sont pas non plus son point fort. Elles apparaissent vers la fin de la floraison, l’arbuste perdant indéniablement avec sa frondaison de son attrait décoratif !

Les fleurs s’épanouissent plus longtemps lors des hivers doux. En période de gel, l’arbuste marque en effet une pause, dans l’attente d’un redoux.

jasmin d'hiver palissage
Palissé contre un mur, le jasmin d'hiver est considéré comme une plante grimpante. C'est en réalité un arbuste sarmenteux. Crédits Photo: jardin privé, (64)

Où le planter ?

Peu exigeant, le jasmin d’hiver apprécie idéalement un sol riche et bien drainé, restant frais tout l’été. Toute bonne terre de jardin, même calcaire, peut lui convenir, à condition de ne pas sécher trop longtemps et durablement.

Côté exposition, il affectionne le soleil doux. Installez-le à l’abri du vent, au pied d’une treille ou d’une clôture embrassant une exposition Est ou Nord-Est. C’est dans ces conditions qu’il se plaira le plus, baigné de la lumière douce du soleil levant.

Comment l’utiliser ?

Plantez Jasminum nudiflorum dans un coin stratégique où sa floraison lumineuse sera bien en vue tout l’hiver .

Faites-lui prendre de la hauteur en le palissant sur des fils de fer fixés à un mur, sur une tonnelle mi-ombragée, un grillage, une treille ou bien encore sur un arceau. Attention alors à prévoir un support solide, les rameaux du jasmin d’hiver peuvent s’étirer jusqu’à 3 mètres de hauteur.

Dans un massif ou sur un talus, il forme un couvre-sol presque sans entretien, s’étalant rapidement par marcottage dès que ses rameaux sont en contact du sol. Sur une terrasse ou un balcon, une culture en pot ou dans un grand bac en bois  lui convient bien.

Quel entretien prévoir ?

Plantez-le toute l’année, hors période de gel. La première année, étalez un paillage à ses pieds et apportez régulièrement de l’eau pour maintenir ses racines au frais. Une fois installé, il n’est plus utile d’arroser.

Étalez à ses pieds tous les ans, au printemps, une ou deux pelles de compost pour nourrir l’arbuste.

Le jasmin d’hiver ne possédant ni vrille, ni crampons, c’est bien au jardinier d’effectuer un gros travail de palissage. L’essentiel de l’entretien se résume donc à guider et accompagner les nombreux sarments produits, en les attachant régulièrement en cours de croissance à leur support. Utilisez pour cela du fil d’attache souple vert, aussi discret que non blessant.

Quand et comment le tailler ?

Sans être indispensable, la taille du jasmin d’hiver permet de maintenir de l’ordre dans les rameaux entrelacés de cette grimpante et d’équilibrer sa silhouette.

Intervenez après la floraison. Effectuez une taille douce ou sévère, suivant le cas. Supprimez prioritairement le bois mort, les rameaux trop âgés qui gênent le développement des plus jeunes, mais également les branches défleuries.

Comment bouturer et marcotter le jasmin d’hiver ?

Bouturage

Le bouturage du jasmin d’hiver est l’un des plus faciles qui soient à réaliser.

  • En juin, taillez des extrémités de tiges de 15 à 20 cm de longueur.
  • Conservez uniquement les 3 ou 4 feuilles terminales, supprimez le reste.
  • Piquez la bouture préparée dans un terreau léger additionné d’un peu de sable.
  • Gardez au frais, dans un endroit abrité du soleil pour éviter le dessèchement.
  • Vous pourrez transplanter directement le jasmin d’hiver enraciné à son emplacement définitif au printemps suivant, au pied d’un support sur lequel il viendra prendre appui.

Marcottage

Pourquoi ne pas également profiter de la tendance de Jasminum nudiflorum à marcotter et s’enraciner rapidement si ses tiges sont au contact du sol ? Il est ainsi très facile d’obtenir de nouveaux pieds, qui plus-est en un temps record !

  • Au cours de l’été, choisissez un long rameau souple situé à la base de l’arbuste.
  • Préparez le sol. Creusez à proximité immédiate un trou de 25 à 30 centimètres de diamètre sur 10 cm de profondeur. Ameublissez le fond, mélangez une ou deux poignées de sable.
  • Déshabillez de ses feuilles la partie du rameau prévu pour être enterrée. Retirez également la couche superficielle de l’écorce pour aider à un enracinement plus rapide.
  • Installez la marcotte à sa place, plaquez-la à l’intérieur du trou au moyen de deux cavaliers métalliques.
  • Rebouchez avec la terre extraite mélangée à une poignée de compost.
  • Redressez enfin l’extrémité du rameau le long d’un tuteur fiché en terre. Versez un arrosoir d’eau en pluie fine. L’enracinement sera plus rapide si le sol est maintenu frais.
  • Au cours de l’automne, de nombreuses racines auront déjà fait leur apparition. Il ne restera plus alors qu’à couper le cordon ombilical reliant la toute jeune marcotte à la plante mère et à la transplanter à sa place définitive !

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.