Accueil » Visites de jardin » Jardin du curé d’Elche
jardin du cure elche

Jardin du curé d’Elche

Jardin du curé d'Elche
Partagez votre avis sur cet article !

La ville d'Elche est comme un oasis surgi de nulle part, au cœur d'une région brûlée et asséchée par la soleil. Sa palmeraie, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, est un héritage unique en Europe. Plus de 200 000 palmiers, vestiges des palmeraies dattières phéniciennes d'Elx (en dialecte local) et des influences arabes qui ont façonné la cité jusqu'au XIIIème siècle. 

Au cœur de cette palmeraie se trouve un véritable joyau. Un havre de paix, lieu de fraîcheur et de dépaysement pour s'isoler du tumulte urbain. Le “Huerto del Cura ” (le verger du curé) est un petit jardin si l'on considère ses 13 000 m² de superficie. Pourtant, il donne à voir une diversité végétale incroyable: plus de mille palmiers– pour beaucoup des dattiers-, des Cycas, des citronniers, des orangers, des grenadiers, des jujubiers, mais également une collection incroyable de cactées et de plantes grasses venues des quatre coins du Monde.  

bassin dame elche huerto del cura

Histoire du Huerto del cura 

Ce jardin est en grande partie l'œuvre d'un homme, le prêtre José Castano Sanchez, son propriétaire jusqu'en 1918. Héritant d'un jardin vivrier cultivé par son père, il fonde les prémices de ce joyau. Après lui, la famille Orts (père et fils) rachètera la parcelle et en améliorera l'aspect ornemental, créant allées et bassins. Ainsi, Juan Orts Roman (dont un buste en pierre trône dans le jardin), son propriétaire de 1940 à 1958, obtiendra la prestigieuse distinction de jardin Artistique National, offrant à cet espace une portée touristique nationale. 

Curiosités végétales 

huerto del cura elche espagneLe palmier impérial 

C'est le point d'orgue du huerto del cura. L'arbre est dédié à l'impératrice Elisabeth d'Autriche (“Sissi”) qui visita le jardin lors de sa venue à Elche en 1894. Ce palmier est aujourd'hui âgé d'environ 165 ans. Outre son âge vénérable, sa particularité réside dans la disposition de ses 8 bras. 

Habituellement, les rejets des palmiers apparaissent à la base du tronc principal au bout de 10 ou 15 ans. Dans le cas du palmier impérial, ces rejets sont non seulement nés lorsque l'arbre était âgé de plus de  60 ans, mais également à une hauteur peu commune de 1m50. Ainsi, le tronc principal continue d'alimenter les bras toujours en vie comme il l'a fait par le passé, assurant une croissance continue et homogène au fil du temps. Ce formidable candélabre à 8 branches pèse désormais plus de 10 tonnes et nécessite un carcans métallique permanent pour le soutenir. 

La rocaille 

Le climat favorable d'Elche, sec et chaud une grande partie de l'année, n'est pas seulement favorable qu'aux palmiers. Il a aussi permis une acclimatation de nombreuses espèces de cactus et de plantes succulentes venus des 4 coins du monde, notamment d'Amérique centrale (Mexique).

palmeraie elcheSe côtoient ainsi dans le fond un ensemble scénographique comprenant des aloés, crassula, échevérias, euphorbes, agaves, aeniums, trichocereus…pour la plupart également âgés et donc imposants ! 

Les sculptures et les écriteaux 

La visite du Huerto del cura a également une vocation historique. Ainsi, différents bustes disséminés tout au long du parcours rappellent à la fois l'histoire du jardin et de ses protecteurs, mais également celle de la ville d'Elche. Le Roi Jaime Primero el Conquistador par exemple, dont un buste trône dans la partie Nord de la rotonde, libéra la cité de la domination des Arabes en 1265. En interdisant la destruction de la palmeraie qui entourait la ville, il contribua ainsi le premier à sa sauvegarde. 

De nombreux autres arbres portent également des écriteaux fixés à leur tronc, indiquant à quelle personnalité venue visiter le jardin ils ont été dédiés. Pour mériter l'honneur, la personne doit avoir œuvré pour le bien du verger, du pays ou de l'Humanité. Depuis 1984, environ 150 personnalités ont reçu cette distinction. Parmi les dernières en date, figure le docteur Severo Ochoa (lien en espagnol), lauréat prix Nobel de Médecine en 1959.   

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *