Sol vivant

Les habitants et les insectes du compost

Le compost abrite de nombreux organismes. Si l’activité de certains est parfaitement visible : les vers, les insectes, les limaces et escargots, les larves, pour d’autres, comme les bactéries, elle passe souvent inaperçue. La présence de tous ces curieux organismes inquiète souvent. Elle est pourtant généralement signe d’un processus de compostage de qualité.

Ecoutez le podcast de cet article:

Si l’on farfouille dans le tas de compost et qu’on remue un peu les déchets, on peut observer de nombreuses petites bêtes qui s’activent. Tous ces animaux sont bénéfiques ! Ce sont eux qui permettent de transformer les déchets végétaux en bon compost. Il ne faut surtout pas les déranger, encore moins les éliminer.

Les bactéries et les champignons du sol s’activent

Invisibles à l’œil nu, ces micro-organismes  jouent pourtant un rôle essentiel de décomposition. Présents naturellement dans le sol, les champignons et les bactéries le sont davantage encore dans le tas de compost. Ils se multiplient et décomposent toutes sortent de déchets : ceux de cuisine, comme les déchets verts. Ce travail de décomposition libère de l’énergie sous forme de chaleur : c’est la raison pour laquelle le tas de compost « fume » en hiver, une saison pendant laquelle cette activité est plus visible. Cette montée en température est indispensable pour tuer les champignons responsables des maladies au potager, peu adaptés à une chaleur excessive et pour neutraliser les graines des herbes indésirables. Plus le tas de compost est volumineux, diversifié dans les déchets, plus la température en son cœur est importante. Elle peut atteindre 60 à 70 °C, ce qui est une fourchette normale.

Ces décomposeurs minuscules ont besoin d’oxygène et d’eau : il ne faut donc pas hésiter à brasser régulièrement le tas de compost pour l’aérer et à arroser sans excès pour maintenir un taux d’humidité idéal.

Limaces et escargots

Comme souvent au jardin, les limaces et les escargots sont en général les premiers sur le tas de compost. Ils profitent des déchets verts frais versés en haut du tas de compost (résidu de taille des arbustes, des vivaces) ou de la cuisine (fanes de légumes, épluchures…) Ils laissent des traces baveuses facilement identifiables. Les escargots et les limaces grignotent essentiellement les feuilles. Ils délaissent les restes de fruits abîmés et, une fois rassasiés, ils vont voir ailleurs.

Habitants du compost
Le compost est un lieu de vie incroyable © Infographie Jardipartage

Les cloportes

Sous leur cuirasse marron et leur allure d’animaux préhistoriques, les cloportes ne sont pas très attirants. Ils jouent pourtant un rôle important dans le compostage en décomposant le bois. Ils apprécient la fraîcheur du tas de compost et vivent souvent sous des morceaux de bois qu’ils déchiquettent lentement.

Les vers de terre et les vers de fumier

Les vers de terre sont les stars du compost. Longs ou petits, ils écœurent ou à l’inverse plaisent aux enfants. Leur présence en nombre dans le tas de compost est un signe de bonne santé. Ils se nourrissent de déchets végétaux et contribuent à aérer et à brasser en permanence le compost en y creusant des galeries.

Les collemboles

Ces insectes primitifs minuscules ont trouvé un moyen très original de se déplacer. Ils disposent d’une sorte de fourche à l’extrémité de l’abdomen qu’ils tendent à la manière d’un ressort. Lorsqu’ils la détendent, les collemboles sont projetés en l’air. De notre hauteur d’homme, nous avons l’impression d’avoir à faire à de minuscules puces. Le compost est un abri pour de nombreuses espèces de collemboles, toutes plus petites les unes que les autres. La plupart de ces insectes se nourrissent de matières végétales en décomposition, d’excréments et de restes d’insectes.

Les mille pattes

Les mille-pattes se réfugient dans le compost pour se cacher de la lumière, creusent des galeries et facilitent ainsi la décomposition.

Les larves de la cétoine dorée

Les larves d’insectes sont nombreuses dans le tas de compost. On trouve fréquemment par exemple des vers blancs. Ce sont les larves de la cétoine dorée, un joli coléoptère vert métallisé. Il ne faut surtout pas les éliminer !

Dotée d’une petite tête, elles se nourrissent en effet exclusivement de la matière organique en décomposition: feuilles, bois pourri, branchages, compost jeune. Ces larves sont donc très utiles car elles transforment les déchets végétaux en bon compost.On les rencontre également dans les terreaux du commerce où elles se nourrissent de tourbe, d’écorces et de fibres de bois.

Les larves de la cétoine dorée sont souvent confondue avec des larves de hannetons, plus grosses ( 3 à 5 cm de longueur) au corps blanc boudiné et à la tête brune plus volumineuse. Quand on les découvre, elles ont tendance à s’enrouler sur elles-mêmes.

D’autres organismes

On trouve bien d’autres organismes ou insectes dans le tas de compost : des algues, des diploures, des acariens… mais aussi des mammifères comme le hérisson s’y réfugient pour trouver abri et nourriture. Il en est un dernier, plus rare à observer, mi-serpent, mi-lézard : l’orvet. Ce reptile inoffensif pour l’homme (non venimeux) est souvent confondu avec un serpent. Il aime se réfugier dans le tas de compost pour trouver de la chaleur et sa source de nourriture préférée : des insectes.

En bref, le tas de compost, c’est à lui seul un lieu de vie qu’il faut chouchouter !

A lire sur le même thème:

➥ Conseils d’utilisation du compost
Mieux connaître les vers de terre du compost

Mis à jour le Juin 18, 2020 @ 21 h 11 min

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer