Hormone de bouturage | Jardipartage

L’Hormone de bouturage : Est-elle vraiment indispensable ?

Le bouturage d’arbustes ou de vivaces arbustives est très simple à réaliser quel que soit votre niveau de jardinage, et même presque magique à vrai dire ! Il permet d’obtenir, à partir d’un morceau de tige (bien souvent) une nouvelle plante rigoureusement identique à la plante-mère. Bien que l’utilisation d’hormone de bouturage, naturelle ou synthétique, ne soit pas obligatoire, elle augmente les chances d’enracinement de vos boutures.

Hormone de bouturage : Définition et utilisation

Toutes les plantes produisent des hormones de croissance appelées auxines. Ces hormones se trouvent majoritairement concentrées dans les jeunes pousses vertes, mais aussi dans les bourgeons, en particulier les bourgeons apicaux (situés aux extrémités des rameaux) et les bourgeons axillaires (donnant naissance à des rameaux latéraux). Elles favorisent la croissance de la plante, mais également son enracinement avec l’apparition de petites racines (radicelles) au niveau de la base des boutures.

Pour faire vos boutures d’arbustes, vous pouvez utiliser deux types d’hormones de bouturage :

  • Les hormones naturelles peuvent être facilement produites dans votre jardin à partir de plantes naturellement très riches en auxines ou en acide salicylique comme le saule par exemple.
  • Les hormones de synthèse : disponibles en jardinerie sous la forme d’une poudre blanche qui ressemble à de la farine. Cette hormone de bouturage synthétique imite parfaitement le rôle des hormones naturelles. Pour les utiliser, c’est très simple : il suffit de tremper la base de chaque bouture préparée dans un récipient contenant un fond d’hormone de bouturage, puis de tapoter légèrement pour retirer l’excédent.

Bien évidemment, les meilleures hormones de bouturage sont les plus naturelles car :

  • Elles ne coûtent rien;
  • Elles proviennent de végétaux communs et faciles à se procurer ;
  • Elles sont aussi efficaces que celles de synthèse.

A noter : L’utilisation d’hormones de bouturage n’est absolument pas obligatoire ! Tout dépend en réalité des plantes à multiplier. Certaines renferment naturellement moins d’hormones et ont donc des difficultés à produire des racines. Dans ce cas, l’utilisation d’hormones de bouturage augmente les chances de réussite !

Hormone de bouturage naturelle | Jardipartage
LHormone de bouturage permet daccélérer lenracinement de la bouture © Mariia Boiko

Qu’est-ce qui remplace l’hormone de bouturage de synthèse ?

Plusieurs techniques et astuces existent pour se passer des hormones de bouturage en poudre. En voici quelques-unes :

Comment faire de l’hormone de bouturage avec du saule ?

Les saules sont des arbres pionniers, c’est-à-dire qu’ils poussent parmi les premiers sur une terre laissée à nue. Cette faculté à pousser vite et à peu près partout est due au fort pouvoir germinatif de leurs graines mais aussi au fait que les branches de saule contiennent naturellement de grandes quantités d’acide salicylique qui agit comme une hormone de bouturage. Profitez de ce cadeau de la nature pour faire toutes vos boutures dans l’eau :

  • Coupez une branche de saule,
  • Retaillez-la en tronçons de 2 à 4 cm de longueur,
  • Immergez-les dans un récipient rempli d’eau de pluie, couvrez.
  • Selon la quantité, laissez macérer une nuit au minimum, et jusqu’à plusieurs jours.
  • Laissez ensuite tremper vos boutures dans cette hormone de bouturage naturelle jusqu’à l’apparition de petites racines.

Comment faire de l’hormone de bouturage avec de l’aspirine ?

L’aspire contient de l’acide acétylsalicylique, une molécule proche de l’acide salicylique que l’on retrouve aussi dans le saule. Sans être véritablement une hormone de bouturage, l’aspirine accélère surtout la cicatrisation des plaies de vos boutures, empêchant ainsi les attaques de champignons et de bactéries de faire échouer vos essais.

L’aspirine s’utilise pour les boutures faites dans un verre d’eau. Selon sa contenance, il suffit alors de laisser se dissoudre 1 ou 2 cachets. N’utilisez pas d’aspirine effervescente.

L’urine peut-elle remplacer l’hormone de bouturage ?

Non, car l’urine est un engrais riche en azote (urée) et en sels minéraux, mais elle contient aussi du phosphore, du potassium, du magnésium, du sodium, etc. Les micro-organismes du sol transforment l’urine en azote que les plantes peuvent assimiler. Encore faut-il que ces dernières puissent puiser cet élément à l’aide de racines, que les boutures n’ont pas encore !

author avatar
Bruno Nunez
Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

2 réflexions sur “L’Hormone de bouturage : Est-elle vraiment indispensable ?”

    1. Bonjour,

      Oui, mais je déconseille de porter les boutures à la bouche en raison de la toxicité possible. D’autres hormones de bouturage naturelles sont plus efficaces comme l’eau de saule. On trouve du saule partout, c’est donc facile à faire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut