Plantes fleuries et vivaces

Hélénie: des pompons en jupon

Originaire d’Amérique du Nord, l’hélénie est une plante vivace cousine de la marguerite, du tournesols, de l’échinacée, de la gaillarde, ou encore des rudbéckies qui se couvre vers la fin d’été de fleurs jaunes, orangé-cuivré ou même rouges. Plantée en groupes, elle anime les plates-bandes tout l’automne.

En résumé :

Nom botanique: Helenium automnale
Nom commun : Hélénie, hélénie d’automne
Famille: Astéracées
Hauteur: en moyenne 1m pour environ 80 cm de large.
Fleurs:  Dès juin pour les plus précoces, jusqu’aux premières gelées. Le cœur forme une grosse boule veloutée au-dessus d’un jupon formé par les pétales aux teintes chaudes : jaune d’or, orange, cuivre, rouge
Exposition: plein soleil, détestent l’ombre
Sol: bonne terre de jardin légère et fraîche, même légèrement calcaire
Rusticité: très bonne

Plantation de l’Helenium

Sa plantation se réalise de préférence au début du printemps (dès le début du mois de mars). Comme toutes les vivaces :

  • Laissez le godet tremper dans un fond d’eau une dizaine de minutes.
  • Dépotez puis déliez avec les doigts les racines sur le fond.
  • Plantez dans le nouveau massif : la terre doit être travaillée, allégée si elle est argileuse et enrichie de compost.
  • Arrosez immédiatement après la plantation, au goulot de l’arrosoir.
helenie d automne
© L. De Volder

Entretien de l’hélénie

Les hélénies sont des vivaces faciles à vivre :

  • Le point essentiel concerne l’arrosage: les Helenium détestent une sécheresse prolongée. Il faut faire des apports d’eau réguliers pour garder un sol frais.
  • Ces vivaces américaines apprécient aussi une terre riche. Ajoutez une poignée de compost en surface, une autre de fumier d’algues au printemps, quand elles redémarrent leur croissance. (Mars-avril)
  • Au cours du printemps, n’hésitez pas à pincer les jeunes pousses pour faire naître des ramifications et garder un port plus compact.
  • A partir d’août, retirez régulièrement les fleurs fanées pour provoquer une remontée de floraison importante pour la fin de l’été et l’automne.
  • Rabattez entièrement la touffe quand elle sèche : en automne ou en toute fin d’hiver.
  • L’hélénie, comme beaucoup d’Astéracées, est assez sensible au mildiou en septembre-octobre. Faites un ou deux traitements à la bouillie bordelaise pour garder un feuillage sain.
  • Plus robustes, les variétés modernes résistent mieux au poids des fleurs et au vent. Aidez-les à ne pas s’effondrer en mettant en place un tuteurage discret dès le début de la croissance, surtout si vous habitez une région ventée ou si les tiges de vos hélénies sont assez frêles. Dans une plate-bande de vivaces, des plantes voisines solides jouent ce rôle.
  • Portez des gants pour l’entretien : toutes les parties de la plante sont toxiques. Leur contact entraîne des réactions allergiques cutanées chez les personnes plus sensibles.

Avec quelles plantes les associer ?

Par leurs couleurs éclatantes, les hélénies se suffisent à elles-mêmes mais elles sont encore plus belles dans un jeu de vivaces hautes. Il leur faut des compagnes volumineuses tout aussi colorées qu’elles : des Crocosmias, des kniphofias ou tisons de Satan, des hémérocalles ou lis d’un jour, ou encore des Dahlias à fleurs simples.

Même si l’association est possible avec d’autres Astéracées ( Rudbeckia, échinacée, hélianthus), il est moins évident d’obtenir un résultat harmonieux en raison des similitudes de leurs ports et de leurs fleurs.

Les graminées, par leur finesse, s’accordent aussi très bien aux pompons des hélénies et les accompagnent jusqu’au crépuscule de l’automne : plantez Stipa gigantea, Panicum virgatum, Miscanthus sinensis…

helenie feuersiegel
Helenium feuersiegel © L.Enking

Division des hélénies

La division permet de multiplier et de régénérer les touffes après 2 à 3 années de culture pour qu’elles restent florifères. Elle peut s’effectuer à 2 moments de l’année :

  • Fin octobre, prélevez des éclats en vous aidant d’un grand couteau. Replantez-les immédiatement dans un autre massif.
  • Mais vous pouvez aussi attendre les mois de mars ou d’avril. Récupérez alors de jeunes pousses munies de racines. Elles reprennent sans difficulté dans une terre assouplie.

Variétés remarquables d’Helenium

Les variétés actuelles sont le résultat de nombreuses hybridations menées au début du XXème siècle. Elles sont classées en fonction de leurs couleurs :

  • Les Hélénies rouges: Rubinzwerg, Rubinkuppel, Red army, Baudirektor Linne, Indian summer, Ruby Tuesday, Red jewel…
  • Les Hélénies jaunes : Die blonde, The bishop, Tijuana Brass, Hartmut Rieger, Wersergold, Can-Can, Kanaria, Helena, Goldraussch…
  • Les Hélénies orangé/cuivré: Windley, Feuersiegel, Sahin’s early flowerer, Tie Dye

Voici les 2 plus belles (classiques) qui donnent de nombreuses fleurs à bouquets :

Hélénie Moerheim beauty

helenie morheim beauty
Morheim beauty © L.Worthington

Obtenue en 1930, malgré le temps qui passe, cela reste l’une des plus belles hélénies. Ses fleurs rouge cuivré s’épanouissent dès juin et jusqu’en automne. Les abeilles l’adorent. Puis les oiseaux granivores la visitent si l’on ne taille pas les tiges défleuries à l’automne.

Une fois les pétales séchés, reste le cœur qui forme une boule graphique donnant fière allure aux bouquets secs.

Hauteur : 80 cm à 1,20 m.

Hélénie Feuersiegel

Créée en 1959 par l’Allemand Foerster, les pétales jaunes de cette hélénie sont marqués d’une élégante bande rouge orangé. Pour ses qualités, cette variété a été récompensée par la Société Royale d’Horticulture anglaise.

Hauteur : environ 1,30 m à 1,50 m.

Sur le même thème:

La nérine: un amaryllis rustique
L’hémérocalle ou lis d’un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page