Accueil » L'été » Des torches de fleurs aux couleurs diaboliquement belles !
tison de satan

Des torches de fleurs aux couleurs diaboliquement belles !

Des torches de fleurs aux couleurs diaboliquement belles !
2 (40%) 1 vote

Originaires d’Afrique du Sud, les Kniphofia ou Tritoma sont des plantes vivaces bulbeuses de la famille des Liliacées. Si nos voisins Anglais les ont poétiquement surnommés « tison de Satan » (Red Hot Poker) en raison de la forme et de la couleur orange vif des spectaculaires épis de fleurs, nous autres, Français, un brin plus pondérés, les connaissons sous le nom de Faux-aloès. Où installer et comment cultiver cette belle vivace ?

Spectaculaire et exotique  

Le tison de Satan est une plante vivace bulbeuse plutôt rustique (-10 à -12°C) au port altier et à l’allure incroyablement exotique. Le Kniphofia forme au fil des ans une touffe imposante de fines feuilles rubanées, pouvant atteindre 1 m 20 de hauteur et une cinquantaine de cm de largeur. Si les feuilles sont persistantes, elles peuvent, à l’image des agapanthes, occasionnellement sécher après une forte gelée.

 De juin à septembre en fonction des cultivars, de spectaculaires hampes florales rigides se dressent  au-dessus du feuillage, chacune d’entre elles laissant s’épanouir au sommet un épi cylindrique de fleurs tubulaires s’ouvrant curieusement de bas en haut. Souvent bicolores et dans les tons chauds (jaunes, oranges, verts et jusqu’à blancs), ces hampes florales attirent les insectes et ressemblent à s’y méprendre à des torches ; cette curieuse particularité étant à l’origine du surnom  de tison de Satan.

tison de satan multiplication
Épis de fleurs bicolores de Kniphofia uvaria, jardin de Gisèle à Loubieng (64)

Où cultiver le tison de Satan ?

Le Kniphofia apprécie les terres légères, bien drainées. Si cette vivace imposante tolère bien la sécheresse et supporte sans problème les sols calcaires, pauvres, caillouteux et même sablonneux, elle apprécie en été de garder les pieds au frais, sous un paillis protecteur. Évitez en revanche de l’installer en sol lourd et compact, la souche ne passerait pas l’hiver.

Côté exposition, seul le plein soleil, en situation chaude, lui convient.

Culture et conseils d’entretien

Plantation

Plantez le tison de satan en pleine terre au printemps ou en automne à partir de sujets en godets ou en conteneurs.   Le kniphofia adulte a besoin de place, sa culture en pot n’est donc pas adaptée.

Effectuez un apport de compost au début du printemps en griffant légèrement le sol au pied de la touffe pour l’incorporer. Puis paillez, avant les premières grosses chaleurs. Des arrosages réguliers, tout le long de l’été, sont ensuite nécessaires pour maintenir les racines au frais, favorisant une plus longue floraison.

Taille

A l’aide d’un sécateur, coupez au fur et à mesure, à la base, les hampes de fleurs fanées. Cet entretien minutieux permet d’obtenir une remontée progressive de floraison pour la fin d’été. Conservez le feuillage en automne. Attendez la fin de l’hiver avant de nettoyer les touffes.

L’hiver

Dans les régions aux hivers rigoureux ou très humides, protégez les souches sous un épais manteau de feuilles mortes, attachez les longues feuilles ensemble et couvrez-les d’un voile d’hivernage lors des journées les plus froides.

kniphofia tritoma
Le tison de Satan, ici un hybride bas en fleurs début juin, s'insère parfaite dans un massif de vicaces, Jardin d'Annie à Loubieng (64)

Comment diviser et multiplier le tison de satan ?

A u fil des ans, la touffe du tison de satan prend de l’ampleur. Profitez de sa vigueur pour multiplier cette volumineuse plante vivace. Entre le début de l’automne et le printemps, prélevez sur les extérieurs, avec l’aide d’une fourche-bêche, un éclat muni de racines. Replantez immédiatement ailleurs au jardin.

Quelles associations ? Comment l’utiliser ?

Peu sensible au vent ou aux embruns marins, le tison de satan s’utilise essentiellement en massif, associé à des vivaces de format XL qui, comme lui, apprécient les sols relativement bien drainés :  des Echinops, stachys byzantina, Népétas, roses trémières, Rudbeckias, acanthes molles, euphorbes characias, roses trémières, centaurées, Phlomis, Gaura de Lindeihmer, agastaches, hémérocalles ou encore des anthémis sont des compagnes idéales pour les tritomes.

Pour davantage d’originalité, le tison de Satan est superbe lorsqu’il est planté isolé sur les bords d’une pelouse. Plusieurs sujets alignés peuvent même composer, grâce à leurs inflorescences trapues, une haie saisonnière originale au charme empreint d’exotisme!

Variétés remarquables du tison de Satan

De nos jours, de nombreux hybrides du Kniphofia sont disponibles, si bien qu’il existe à peu près un tison de satan propre à satisfaire les goûts de chacun.  Face à cette diversité de taille d’épis, de couleurs des feuilles ou des fleurs, il est parfois bien difficile d’arrêter son choix. Toutes les variétés présentées ci-dessous ont l’avantage d’une floraison durable, du moment que les hampes de fleurs séchées sont régulièrement supprimées.

Kniphofia Ice queen

Aux fleurs vertes, virant au blanc au fur et à mesure que l’épi vieillit.

Kniphofia « Pucelle d’Orléans »

Aux inflorescences jaunes, plus courtes que les autres. Ce tison de Satan  forme une touffe dense de feuilles surmontée de nombreux cônes.

Les kniphofia popsicle

constituent une série à part entière, avec pour caractéristique un gabarit réduit (50/60 cm de hauteur) qui leur permet de s’insérer plus facilement dans un massif de vivaces. Dans cette famille, « Red hot popsicle » est remarquable par la couleur vive (rouge-orangé) de ses cônes de fleurs relâchés. « Little maid », à peine plus haut (60 cm), offre quant à lui des fleurs vert pâle virant au jaune doux.

Kniphofia uvaria

Probablement le plus beau, et assurément le plus spectaculaire des tisons de satan ! Avec, 1m20 de hauteur, parfois plus comme le cultivar « grandiflora », ce Kniphofia aux épaisses feuilles cannelées offre au cœur de l’été de  gros épis de fleurs bicolores jaune-orangé. Il se trouve à l’origine de nombreux hybrides actuels.

Article mis à jour le Juil 21, 2018 @ 9 h 35 min

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.