Accueil » L'hiver » L’Egdeworthia: floraison originale délicieusement parfumée
Edgeworthia chrysantha

L’Egdeworthia: floraison originale délicieusement parfumée

Arbuste rustique (-12°C) originaire de Chine et encore peu répandu dans nos jardins, l’Edgeworthia (Edgeworthia chrysantha, papyrifera), que l’on appelle aussi buisson à papier, est un proche parent du Daphné (famille des Thymélacées). Comme ce dernier, il offre en fin d’hiver ou au début du printemps de ravissantes fleurs suavement parfumées.

Une floraison originale

De croissance lente, l’Edgeworthia chrysantha forme un arbuste d’1 à 2 mètres en tous sens, développant des branches souples, ramifiées, au port dressé, à l’écorce lisse de couleur brun-rouge. L’arbuste se couvre de feuilles caduques lancéolées d’un joli vert tendre mais qui ont la fâcheuse tendance de se flétrir par temps chaud et sec.

Les petites fleurs tubulaires jaunes ou orange vif à l’intérieur, plus pâle sur l’extérieur, apparaissent en pompons à l’extrémité des branches dénudées, parfois dès l’automne. Elles forment des boules compactes couvertes d’un fin duvet de poils soyeux blancs et s’épanouissent entre la fin d’hiver et le début du printemps (février-mars), délivrant un spectacle original et embaumant l’air d’un parfum très agréable.

edgeworthia tomentosa
Spectaculaire floraison de l’Edgeworthia tomentosa en fin d’hiver, ©Jardipartage, jardin botanique de Billère (64)

Où le cultiver ?

Considéré comme une plante de bruyère, l’Edgeworthia apprécie une terre acide, restant fraîche tout l’été mais bien drainée l’hiver. Côté exposition, c’est à la mi-ombre que l’arbuste se plaît le plus, il profite dans cette situation d’un bain de soleil matinal et d’ombre l’après-midi. Même s’il résiste bien aux gelées, installez-le à l’abri des vents froids.

Si l’Edgeworthia chrysantha apprécie le soleil doux, une forte chaleur estivale lui est nécessaire pour bien fleurir en début d’année suivante. Au final, le buisson à papier semble affectionner le climat doux et humide (maritime) du littoral aquitain. C’est en effet dans le Sud-Ouest que l’on trouve les plus beaux spécimens de cet arbuste original.

Plantation

  • Creusez un trou deux à trois fois plus grand que le conteneur.
  • Ameublissez la terre au fond. Déposez une couche de gravier pour assurer un bon drainage.
  • Retirez le conteneur et laissez trempez la motte de l’arbuste une dizaine de minutes dans un seau d’eau à température ambiante.
  • Pendant ce temps, préparez un mélange par tiers de terre de bruyère, terreau et terre extraite (si elle n’est pas calcaire).
  • Mettez en place l’arbuste en veillant à ce que le haut de la motte se trouve légèrement au-dessus du niveau du sol. Comblez les espaces vides avec le substrat préparé.
  • Tassez fermement avec les paumes des mains, paillez et terminez par un arrosage généreux.

Quel entretien prévoir ?

Taille

La taille est inutile tant le buisson à papier pousse lentement. Contentez-vous seulement de retirer régulièrement le bois mort ou des branches gênantes.

Arrosage

L‘année de la plantation, arrosez régulièrement au pied, au goulot, pour aider à l’enracinement. Les années suivantes, surveillez l’arrosage l’été, un apport d’eau par semaine étant au minimum nécessaire en période de sécheresse.

Pour limiter les risques de dessèchement, disposez dès la plantation un paillage d’écorces de pin; il aidera aussi à protéger les racines du froid, et, en se décomposant, entretiendra l’acidité du sol dont l’arbuste a besoin.

edgeworthia chrysantha thymelaeaceae
Edgeworthia tomentosa, ©Jardipartage, jardin botanique de Billère (64)

Comment l’utiliser ?

Dans un massif, associez l’Edgeworthia chrysantha à d’autres plantes de bruyère comme les Camellias, des azalées caduques ou persistantes, des rhododendrons nains ou encore des Pieris. En isolé, le long d’une allée, installez-le aux abords de la maison pour profiter des fragrances douces de ses fleurs.

Un peu d’histoire

Le nom d’Edgeworthia rend hommage à Michael Pakenham Edgeworth. Cet employé de la compagnie des Indes orientales, botaniste amateur, collecta au XIXème siècle un grand nombre de plantes jusqu’à alors inconnues sur le vieux continent.  Chrysanthea, chrysantha fait mention de la couleur dorée des fleurs de l’espèce-type.

Le genre, qui renferme 3 ou 4 espèces, est décrit autour de 1860 à partir d’un Edgeworthia originaire du Japon. On doit ce travail au botaniste suisse Carl Friedrich Meissner, lequel retient le nom d’Edgeworthia.

Au Japon, l’écorce de l’arbuste entre dans la fabrication d’un papier luxueux : le mitsu mata.  

[the_ad id= »11075″]

Quelle variété choisir ?

L’Edgeworthia tomentosa porte des fleurs jaune recouvertes d’un épais duvet soyeux. Les cultivars « Akebana », « Red Robin » ou encore « Red dragon » se distinguent quant à eux par la couleur plus vive (orangé, rouge) de leurs fleurs. Toutes ces variétés atteignent à l’âge de 10 ans, si les conditions de culture leur conviennent, une largeur et une hauteur voisine de 1 mètre.

A propos de Bruno

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.