Jardin d'ornementJardiner en hiver

Daphne odora, Daphné odorant

Plantation, culture, taille et entretien

Un après-midi froid de février, qu’un soleil resplendissant peine à réchauffer. Le jardin n’est pas encore sorti de son sommeil hivernal. Le daphné, lui, (Daphné odora) est déjà tout guilleret !  Originaire d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord, ce bel arbuste persistant, assez peu rustique (-10°C) est l’un des premiers à fleurir dans l’année et à offrir sa subtile et enivrante fragrance qui réveille les sens et appelle le printemps ! Comment cultiver au jardin un Daphné odora ?

Les atouts du daphné odora

Les Daphnés ne vivent jamais très longtemps (une dizaine d’années en moyenne) mais ils sont nombreux : on en dénombre pas moins d’une cinquantaine d’espèces. Alors que Daphne mezereum, également appelé bois gentil ou bois joli, peuple spontanément les sous-bois et se couvre d’un feuillage caduc, le daphné odorant propose quant à lui un feuillage persistant.

C’est souvent la variété lumineuse aureomarginata ( marginé d’or) que l’on installe au jardin. Ses belles feuilles allongées, subtilement ourlées de jaune, sont encore plus largement marginées dans le cas du cultivar « Marianni  Rogbret »

De croissance lente, le daphné odorant aureomarginata  forme naturellement à l’âge adulte une boule compacte de 1m20 à 1m50 en tous sens mais n’atteint ces dimensions qu’au bout d’une dizaine d’années de culture.  

Ses fleurs parfumées en hiver, réunies en petits bouquets d’un rose pourpré, s’épanouissent en février-mars à l’extrémité des rameaux. Elles sont malheureusement trop éphémères. On aimerait tant que leurs effluves durent plus longtemps ! Elles s’effacent donc assez vite pour laisser place à des baies colorées très toxiques. Surveillez les enfants !

daphné odora aureomarginata
A l’âge adulte, le daphné odorant forme un arbuste arrondi d’environ 1 mètre de haut. Jardin privé (64)

Sol léger et mi-ombre pour le Daphné

Le Daphné odora se plaît idéalement en climat doux et arrosé, le long de la façade Atlantique ou près des côtes de la Manche. Il apprécie les sols légers, non calcaires, en principe un peu acides même ou argileux, plutôt frais et riches.

Côté exposition, en région froide, installez-le en situation ensoleillée. Dans ses régions de prédilection (climat doux), il préfère un emplacement à la mi-ombre, moins brûlant pour son feuillage. C’est de toute façon à la mi-ombre que ses feuilles marginées et lumineuses s’apprécient le plus.

Pour profiter de son parfum qui se fait surtout ressentir en fin d’après-midi, plantez-le près d’une allée, en bordure d’une terrasse, d’un lieu de passage ou sur le haut d’un muret. Il est également possible de cultiver en pot le Daphné odora aureomarginata. Préparez alors un mélange à parts égales de terre de jardin, terre de bruyère et de sable. Mais il faut savoir que l’arbrisseau se montre dans ces conditions plus sensible au froid.

En pleine terre, Installez-le à l’avant ou aux côtés d’arbustes de terre de bruyère, en faisant votre choix de préférence parmi des variétés basses : des rhododendrons nains, des azalées, un loropétale de Chine naturellement petit, ou encore avec un pieris nain (par exemple le superbe little heath variegata, au feuillage marginé de crème).

Comment planter le daphné odorant ?

Réalisez sa plantation au printemps, entre mars et mai ou bien, mieux encore, au début de l’automne, quand il ne gèle pas. Plantez-le petit: la reprise est plus facile et on les garde plus longtemps. Une fois à sa place, il faudra l’y laisser: les Daphnés détestent en effet être transplantés.

  • Avant toute chose,  laissez tremper la motte ¼ d’heure dans une eau tempérée pour bien l’hydrater.
  • Creusez ensuite un trou environ deux fois plus grand que la motte. Mélangez à la terre extraite une bonne part de terre de bruyère et une pelletée de sable, pour l’alléger.
  • Dépotez le daphné odora, démêlez avec soin les racines pour éviter la formation d’un chignon qui tuerait rapidement l’arbuste. Installez-le au centre du trou en veillant à étaler ses racines en tous sens sur le fond.
  • Rebouchez avec le mélange de terre préparé. Tassez avec les mains et terminez par un arrosage copieux.

Gérer l’arrosage du Daphné odorant

Arroser un peu mais sans excès, c’est la clé d’un Daphné en bonne santé. L’eau stagnante, c’est en effet ce que les Daphnés redoutent le plus !

L’année de la plantation, arrosez votre daphné odora très régulièrement. Sa motte ne doit pas sécher.

Vous pouvez également mettre en place un paillage pour garder la terre fraîche, à renouveler souvent. Les années suivantes, l’arrosage n’est plus vraiment nécessaire.

daphné odorant
Les belles grappes de fleurs du daphné odora dégagent un puissant parfum de jacinthe ! Jardin privé (64)

Comment le protéger du froid l’hiver ?

Moyennement rustique, cet arbrisseau ne requiert aucune protection particulière l’hiver. En revanche, un voile intissé est bénéfique de manière ponctuelle en février-mars pour protéger sa floraison fragile.

Quel engrais donner ?

En pot, apportez un peu de compost à l’automne ; incorporez-le à la terre par griffage. En pleine terre, la fertilisation n’est pas utile tous les ans : un apport 1 an sur 3 ou 4 est suffisant !

Faut-il tailler un Daphné ?

Il est inutile de tailler un Daphné, si ce n’est pour le débarrasser de ses branches mortes. L’arbuste reste en effet assez dense sans avoir besoin d’avoir à utiliser au sécateur. A savoir également, les Daphnés supportent très mal les tailles qui les font généralement mourir plus vite.

Comment bouturer  le daphné ?

Bien qu’assez difficile à réussir, le bouturage est le moyen le plus courant de reproduire fidèlement l’arbuste. J’avais détaillé la période et la technique de bouturage dans un autre article.

Daphné, nymphe grecque

L’arbrisseau rend hommage à la nymphe Daphné, fille du Dieu fleuve Pénée, dans la mythologie grecque. Poursuivie sans relâche par Apollon, pour échapper à l’amour fou de celui-ci, la jeune femme préfère se transformer en laurier plutôt que de continuer à vivre.

Les Daphnés lui sont consacrés (Daphne signifie « laurier » en grec).

Mis à jour le Jan 19, 2020 @ 10 h 40 min

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

2 commentaires

  1. Bonjour Bruno,

    J’ai transplanté un Daphne du Sud de mon jardin au Nord en automne de l’année dernière. J’ai mis des billes d’argile dans le trou de plantation, mis de la terre de bruyère mélangée à une terre végétale ; par contre, j’ai certainement fait l’erreur de retirer l’ancienne terre autour des racines au moment de la plantation. J’ai ensuite recouvert d’une bonne épaisseur d’un paillage d’écorce.

    Le Daphne semblait bien se comportait puis, rapidement quand même, les feuilles se mettaient à tomber, marquées de tâches brûnes. Aujourd’hui, il n’y a plus de feuilles, les fleurs n’ont pas beaucoup brillées de leur présence et surtout depuis quelques temps les rameaux semblent flétris.

    Cet arbuste est-il en train de dépérir ou est-il encore possible de le sauver ?

    1. Bonjour Céline,

      Le Daphné est fragile: il craint vraiment un excès d’humidité, l’arbuste ne vit d’ailleurs pas très longtemps dans des conditions de culture peu favorables.
      En retirant la totalité de la terre autour des racines, sans le vouloir, vous avez ajouté au stress et compliqué sa reprise. Les arbustes achetés en conteneurs doivent être plantés avec l’ensemble de leur motte, on ne fait que démêler délicatement les chignons racinaires et étaler les racines au fond du trou.
      Sans voir l’arbuste (photo, vidéo), difficile de prédire son avenir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer