Plantes fleuries et vivaces

Convolvulus Mauritanicus, le liseron de Mauritanie

Originaire des régions de climat méditerranéen d’Afrique du Nord, cette plante vivace couvre-sol peu rustique a besoin de beaucoup de lumière pour fleurir généreusement. Ses grandes fleurs ne s’ouvrent qu’en plein soleil pour se refermer dès que le jour baisse.

Ce qu’il faut savoir :

Nom botanique : Convolvulus mauritanicus ou Convolvulus sabatius
Nom courant : Liseron de Mauritanie
Famille : Convolvulacées

Hauteur : Les tiges montent à 15 cm ou 20 cm de hauteur mais retombent rapidement si elles ne trouvent pas de tuteur à proximité sur lesquels enrouler leurs tiges. Elles peuvent atteindre 60 cm à 1 m de hauteur.
Feuillage : Les tiges herbacées, traçantes, sont peu ramifiées. Elles portent de petites feuilles vert clair de 2 cm de longueur, légèrement poilues.
Fleurs :  De juin jusqu’aux premières gelées, les fleurs bleu vif, à peine teintées de jaune à la gorge, se renouvellement le long des tiges. Larges de 3 à 5 cm, elles ont une forme en trompette caractéristique des fleurs de liseron.

Exposition : Elle aime le plein soleil, mais non brûlant. Dans les régions de climat très chaud et sec, la mi-ombre est préférable.
Sol : léger, toujours bien drainé.
Rusticité : peu rustique, jusqu’à -5 à -8 °C

Culture en terre ou en pot

Dans les régions de climat doux et partout en bord de mer (littoral Atlantique ou méditerranéen), le liseron de Mauritanie peut être cultivé en pleine terre. Si le sol de votre jardin est un peu lourd, n’hésitez pas à l’alléger en ajoutant quelques pelles de sable grossier pour améliorer le drainage.

Semez quelques graines en avril directement en place, au pied d’un support, ou un peu plus tôt, en godet. Repiquez-les alors en mai à leur place définitive.

La croissance de cette plante couvre-sol est rapide. Elle développe de longues tiges dès le premier été mais il faut attendre la deuxième année pour la voir fleurir plus généreusement.

Dans les régions de climat frais ou froid, mieux vaut cultiver ce liseron en pot. Une seule plante suffit pour un pot de 30 à 40 cm de diamètre.

Choisissez-le plus haut (70 cm) que large ou prenez une suspension, pour que les tiges puissent retomber en cascade fleurie. Vous pouvez également guider les nouvelles pousses sur un treillage ou un tipi si vous souhaitez plutôt apporter du volume sur votre terrasse ou votre balcon.

Utilisez un support de culture drainant composé d’un mélange de terre de jardin (⅓), de terreau horticole (⅓) et de sable (⅓).

Entretien du convolvulus mauritanicus cultivé en pot

Arrosez votre plante une fois par semaine, c’est suffisant.

Le liseron de Mauritanie est peu gourmand. Il n’est pas utile de lui donner de l’engrais.

!En période de floraison, retirez régulièrement les fleurs fanées pour encourager leur renouvellement. Il suffit de tirer sur les pétales secs.

En automne, dès les premiers signes de rafraîchissement des températures, rentrez les pots dans un abri hors gel lumineux. Réduisez les arrosages au strict minimum.

Dès la fin de l’hiver ou le début du printemps suivant, raccourcissez les tiges pour obliger cette plante volubile à en produire de nouvelles.

Attendez encore quelques semaines avant de sortir le pot, au cours du mois d’avril.

Un rempotage doit être effectué tous les 2 ou 3 ans, dès que la plante semble à l’étroit. Utilisez le même support de culture qu’au moment de la plantation.

convolvulus mauritanicus
© P.Right

Comment utiliser et associer le liseron de Mauritanie ?

Dans les jardins secs et en rocaille, plantez le convolvulus mauritanicus au-dessus d’un gros rocher, en compagnie de gazanias, de gazon d’Espagne et d’Ostéospermums qui composeront rapidement un tapis fleuri résistant à la sécheresse. Plantez 3 plantes par mètre carré.

En pot, ses fleurs bleues se marient parfaitement aux teintes grises ou dorées des petites feuilles d’un Helichrysum petiolare ou à celles, marginées de blanc, d’un plectranthe panaché.

Multiplication du liseron de Mauritanie

Ce convolvulus est très facile à multiplier. Il suffit de marcotter ses tiges traçantes au cours de l’été.

Dès le mois de mai, il est aussi possible de faire des boutures herbacées à partir de morceaux de tiges de 10 cm de longueur, à piquer dans un mélange léger de terreau et de sable.

Les Convolvulus : Une grande famille

Le genre Convolvulus comporte plus de 230 espèces de plantes, pour la plupart originaires des zones chaudes et tempérées du Monde et vivaces mais peu rustiques.

La plus célèbre, est le liseron des jardins, aux fleurs blanches. Il pousse spontanément dans les jardins et se montre tellement envahissant que l’on finit souvent par lui offrir une petite place. A la différence du liseron des jardins, celui de Mauritanie n’est pas envahissant.

D’autres variétés intéressantes existent :

  • Le liseron de turquie (Convolvulus cneorum) est un joli arbuste bas au feuillage gris argenté et aux fleurs blanches. Il apprécie une terre de jardin parfaitement drainée et une place au soleil, à l’abri des vents froids car il est très peu rustique.
  • Le liseron rayé (Convolvulus lineatus) forme un magnifique tapis de feuilles argentées couvert de fleurs roses en forme d’entonnoir.
  • La belle-de-jour (Convolvulus tricolor) est une autre plante grimpante annuelle volubile appréciée pour ses fleurs entrompette bleu vif, à gorge blanche marquée de jaune. Mais il existe aussi des variétés à fleurs roses ou rouges (Rose ensign, Red ensign…)

Le saviez-vous ?

Le nom Convolvulus vient du latin Convolvere, qui signifie s’enrouler. C’est une allusion aux tiges des liserons, souvent volubiles.

Lire aussi :

Comment bouturer la corbeille d’argent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page