Accueil » L'hiver » Pourquoi devrait-on trouver meilleure protection hivernale que la bâche pour le potager ?
bache potager hiver

Pourquoi devrait-on trouver meilleure protection hivernale que la bâche pour le potager ?

Pourquoi devrait-on trouver meilleure protection hivernale que la bâche pour le potager ?
5 (100%) 1 vote

En hiver, combien de potagers peut-on voir ça et là entièrement recouverts de bâches en plastique ? Si l’intention est louable, notamment parce qu’une bâche protège le sol de la pluie, du gel ou encore de la neige et qu’elle empêche ou limite les pousses de mauvaises herbes, ce n’est pas la meilleure des protections, loin s’en faut ! Alors, comment préparer le potager avant l’hiver ?

La bâche n’améliore pas le sol du potager

Nourrir le sol : tout commence par là ! Au fil des cultures, chacune des plantes a puisé dans la terre les éléments nutritifs nécessaires à son bon développement et, le cas échéant, à sa fructification généreuse.

Maintenant que les planches de culture se sont désemplies,  l’important est de régénérer le sol et de restaurer en particulier son potentiel nutritif. Malheureusement, force est de reconnaître qu’une simple bâche plastique est un matériau inerte et qu’elle n’apporte rien au sol du point de vue nutritif.

bacher son potager pour l-hiver
Imperméable et peu respirante, la bâche plastique n'est pas une bonne protection du potager l'hiver.

La bâche n’est pas non plus respirante

 Elle est même très souvent imperméable, comme sur les photos qui illustrent ces propos. Et ce ne sont pas les malheureux petits trous qu’elle comporte qui changeront fondamentalement la donne ! Cette imperméabilité peut apparaître comme un avantage aux yeux de beaucoup de jardiniers puisque la terre du potager se trouve alors totalement à l’abri des intempéries, en particulier des fortes pluies hivernales qui lessivent les sols, mais aussi du gel qui le compacte ou encore de la neige.

Le problème, c’est justement que les organismes vivants qui peuplent le sol le sont aussi, à l’abri. Or, cette microfaune a besoin d’humidité pour poursuivre son travail de décomposition des déchets végétaux et produire de l’humus. Le constat est simple à réaliser et sans appel : dans un sol totalement privé d’humidité et d’oxygène (sans aération donc), aucune vie n’est possible et les petites bêtes le désertent ! Les organismes vivants sont comme nous : aussi petits soient-ils, ils ont besoin d’eau et d’air pour vivre!

Pourtant, l’idée de couvrir le potager est une excellente idée !

Alors, il ne faut pas pour autant l’abandonner. Simplement changer ses (mauvaises) habitudes et commencer par exemple par faire l’échange de cette bâche plastique avec un film de paillage tissé (donc respirant). Au moins, l’eau et l’air passeront ! Mieux encore, le paillage végétal est idéal. Pourquoi ?

#1 Un bon paillage végétal n’empêche pas totalement  le développement des herbes indésirables (vous savez, ces herbes- souvent qualifiées de « mauvaises » d’ailleurs – qui poussent plus vite que celles que l’on s’évertue justement à faire pousser ! ) mais le ralentit fortement.

#2 Un bon paillage nourrit, à travers les micro-organismes, le sol qu’il recouvre. Il contribue ainsi à améliorer les qualités physico-chimiques de la terre. Le sol qui en résulte est plus souple, plus fertile ; tout simplement plus vivant !

#3 Un bon paillage végétal protège du froid et des pluies ; mais également de la chaleur en été. A cette période de l’année, il retient l’eau du sol et ralentit l’évaporation.

Ce n’est donc pas seulement l’hiver que ce paillage est indispensable, mais bel et bien tout au long de l’année.

Comment fabriquer un bon paillage végétal pour le potager ?

A mon sens, un bon paillage est constitué d’un mélange équilibré de matériaux : des tontes de gazon pour un apport d’azote, quelques écorces pour une légère acidité, du broyat obtenu à partir de branches ou de résidus de taille passés entre les lames d’un broyeur de qualité pour une texture aérée, des feuilles mortes déchiquetées sources de carbone, du compost mûr ou encore de la paille.

Mais un bon paillage peut tout simplement aussi être constitué d’un engrais vert utilisé en couvre-sol ! Avec la fève par exemple, vous faites d’une pierre deux coups : vous protégez et nourrissez la terre du potager tout en vous nourrissant.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.