Accueil » L'été » Ces petites bêtes… mangent nos framboises !
Les ravageurs des framboisiers

Ces petites bêtes… mangent nos framboises !

Alors que se prépare la récolte de framboises, voilà le jardinier tendu à l’idée que sa très prometteuse récolte puisse être compromise ( ou même réduite, il est un peu du genre égoïste) par toute une armée de « prédateurs » de la framboise. Zoom sur quelques nuisibles et ravageurs qui tournent un peu trop, à son goût, autour des framboisiers en ce moment !

Des soldats qui dévorent tout sur leur passage : les fourmis.

Fourmis qui mangent les framboisesLes fourmis sont partout, qu’on se le dise. Infatigables, corvéables à merci, quand elles ne sont pas sur les jeunes pousses d’un pommier ou d’un poirier à élever des pucerons, elles vont et viennent sur les cannes (pourtant piquantes) des framboisiers. Un petit trou dans la framboise et les voilà introduites dans un paradis sucré dont elles se délectent sans  compter ! Contre elles, pas de recette miracle. Si vous avez le temps ( et peu de framboisiers) étalez du jus de citron au pinceau partout sur les plantes. Sinon, il faudra essayer l’année prochaine d’installer au pied de vos petites baies des plantes alliées dont les fourmis semblent détester l’odeur : œillet d’inde, menthe. Et dans le pire des cas ; il faudra se faire à l’idée de partager le festin !

Même s'il fait chaud, les limaces sont là !

Liseron sur les framboisiersNe les croyez pas parties ! C’est vrai qu’ avec les températures qui grimpent et un temps s'asséchant, les limaces se font plus discrètes. Mais dès le rafraîchissement nocturne, les voilà de retour. Bien dissimulées le jour au pied des cannes, sous les feuilles mortes, elles sortent la nuit ou quand survient l’orage. Et elles profitent d’un allié de  circonstance pour aller à droit au but : le liseron. Bien enroulé autour des cannes et des feuilles du framboisier, voilà une autoroute qui s’ouvre aux limaces direction les framboises. Quelques planches au pied des fruitiers sont autant de refuges pour elles. Il suffit ensuite de les “cueillir” pour en limiter la population.

Bzzzz….Bzzzz. 1,2,3….5 mouches sur la framboise.

Noires, vertes,… petites, grosses, les mouches profitent de toutes les plaies sur les framboises pour participer au festin. Le seul moyen de lutte efficace serait la pose d’un filet à mailles fines pour les empêcher de se poser sur les fruits ! Utopique…A moins que….

Le plus redouté de tous : le ver de la framboise.

Ver de la framboise byturus tomentosusSurveillez et ne laissez surtout pas Byturus tomentosus (son nom latin) s’installer. Ce petit coléoptère brunâtre dépose ses œufs dans les fleurs ou les jeunes fruits et il en résulte un petit ver blanc qui fanfaronne ( et écœure) quand on ouvre la framboise. Pour l’éliminer, on peut au choix, retirer tous les adultes ( c’est fastidieux) ou traiter avec un insecticide bio ou un répulsif en début et fin de floraison.

Punaise, tu es là toi !

Punaise sur une framboiseLa punaise se fait discrète sur les framboisiers et se camoufle du mieux qu’elle le peut grâce à sa couleur brune. Pourtant, cet insecte piqueur-suceur de sève s’amarre à de bonnes et grosses framboises pour les « siroter » tranquillement. Quelle mauvaise surprise alors pour le cueilleur qui la prend dans ses mains ! Et comme elles sont dérangées, elles émettent une odeur répulsive qui laisse un très mauvais goût à la framboise. Un peu de capture manuelle occupera les enfants. Les punaises ne piquent pas et ne mordent pas ! Tant mieux !

Chasse aux inse-è-è-ec-tes !

A l’ancienne, comme les entomologistes des siècles derniers, mon arme est un parapluie ! Je l’ouvre en grand, posé à l’envers sous les framboisiers  puis je secoue la plante ou je passe rapidement une brosse souple. Cette récolte manuelle me permet avant tout d’évaluer l’importance de l’invasion, mais elle est aussi utile pour contenir les populations.  Selon les observations, un traitement préventif biologique peut être utile. Mais il faut rester raisonnable et accepter l’idée que les insectes font partie intégrante du jardin.  Et donc de la récolte !

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

4 Commentaires

  1. Pour les vers, j’ai planté et laissé se propager un pied de menthe marocaine ainsi que de la lavande au milieu de mes framboisiers et je n’en ai plus (j’avais lu ça sur un site je ne sais où)

  2. Alain, en Chartreuse

    bonjour,

    ces punaises brunes sont effectivement une plaie : elle aspirent et vident les framboises remontantes mûres (pas folles ces bêtes) prêtes à ramasser pour mes confitures à venir, et je me suis aperçu qu’elles s’attaquaient aussi très volontiers aux mûres “domestiques”…mûres “mûres” elles aussi… sales bêtes, les mûres vertes sont sans doute trop dures pour leurs aspirateurs portatifs !

    Comme je ne fais pas un (grand) jardin potager pour y mettre de la chimie à outrance à mon tour, la solution la plus simple que j’ai trouvée est la pince à épiler bien fine et pointue pour les échardes : il y a au final assez peu de ces bestioles, et elle ne sont en général pas très véloces quand elles sont occupées à siroter les fruits, je les attrape donc délicatement, surtout sans les écraser (!) avec la sus-dite pince et je les écrabouille par-terre avec mes croquenots de jardinage.

    Désolé pour les âmes sensibles, l’écojardinage demande parfois quelques sacrifices ;-))) Alain.

  3. Bjr je viens de vous lire pour la 1 ère fois merci pour les conseils Lppv + jardin des roses ds le 93 + jardin de la ligue du coin terre de pantin 93 ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *