Palmiers et Plantes Exotiques

Tibouchina urvilleana, tibouchine d’Urville

Originaire des régions tropicales du Brésil, le genre Tibouchina appartient à la famille des Mélastomatacées qui compte dans ses rangs plus de 300 espèces d’arbres, d’arbustes et de plantes grimpantes, tous vivaces mais à réserver aux régions de climat doux compte-tenu de leur provenance.

En France, on ne cultive généralement qu’une seule espèce, plutôt en pot : il s’agit de Tibouchina urvilleana, également appelé Tibouchina semidecandra.

Des tiges quadrangulaires, des feuilles veloutées

Tibouchina urvilleana forme au fil des ans un arbuste aux tiges carrées, rigides mais cassantes, couvertes d’un fin duvet. De couleur rougeâtre, les pousses de l’année évoluent vers des teintes grises à marron à mesure qu’elle se lignifient. L’originalité de la silhouette du Tibouchina repose sur une particularité : les départs de nouvelles pousses se concentrent sur les nœuds rappelant un peu le port anguleux et graphique d’une plante vivace haute également sud américaine : la verveine de Buenos Aires.

Les feuilles persistantes de Tibouchina urvilleana, simples et veloutées, comportent 5 veines longitudinales très marquées. D’un superbe vert émeraude, cernées d’un discret liseré rouge, elles présentent un aspect plus grisé sur le revers. De forme ovales et longues de 10 cm environ, elles se terminent en pointe douce. Elles prennent à l’automne une belle couleur cuivrée.

tibouchina semidecandra
Les feuilles vert émeraude de Tibouchina semidecandra (urvilleana) affichent de belles nervures longitudinales et symétriques de part et d’autre de la nervure centrale

Les boutons rouges des fleurs, très élégants, sont réunis en grappes aux extrémités des pousses. Quand ils éclosent, les grandes fleurs vivement colorées (5 à 8 cm de diamètre)  qui se déploient laissent admirer 5 pétales satinés violets, délicatement veinés, leur donnant des airs de Géraniums Rozanne. Le centre de la fleur est rehaussé d’étamines pourpres comparables à des pattes d’araignée ; elles sont à l’origine du surnom « fleur d’araignée » parfois attribué à cette belle plante exotique introduite en Europe au cours du XIXe siècle.

La floraison s’étale sur plusieurs mois. Elle démarre vers la fin d’été et se poursuit sans discontinuer jusqu’aux premières gelées, parfois davantage encore lorsque Tibouchina urvilleana est déplacé en situation abritée. En gérion douce, l’arbustes est même légèrement remontant, offrant une floraison plus timide au cours du printemps (avril)

Où cultiver cette frileuse ?

Moyennement rustique (0 à -2°C), le tibouchine réclame une exposition très lumineuse, chaude, protégée des courants d’air, mais à l’abri d’un soleil trop brûlant. Dans les régions chaudes, installez-la à mi-ombre

Dans les régions froides, comme cet arbuste ne supporte pas des températures négatives trop fortes, mieux vaut le cultiver en pot pour avoir la chance de le voir fleurir mais aussi pouvoir facilement l’hiverner en compagnie d’autres plantes gélives dès le mois d’octobre. Il passe cependant tout l’été dehors en compagnie de certaines plantes d’intérieur.

Sous climat doux, le long du pourtour méditerranéen, et dans quelques stations protégées du littoral basque ou breton, il peut être planté à l’abri d’un mur par exemple. L’arbuste peut alors s’élever à plus de trois mètres de hauteur et reste fleuri de longs mois.

Côté sol, la fleur araignée apprécie une terre riche, bien drainée, légèrement acide.

Pour une culture en pot, déposez une couche de graviers sur le fond. Préparez ensuite un mélange à parts égales de terre de jardin, de terreau et de terre de bruyère.

tibouchina hivernage
Les boutons roses, veloutés, sont splendides. Ils libèrent en fin d’été les magnifiques fleurs d’un violet pur !

Arrosage du Tibouchina

Un arrosage régulier est primordial : le substrat de culture de Tibouchina urvilleana ne doit jamais complètement  sécher durant toute la phase de croissance et de floraison de la plante, du printemps à la fin d’automne ; autrement les fleurs ne s’ouvrent pas et les feuilles rougissent entièrement avant de tomber.

Mais évitez également les excès d’eau. Pensez en particulier à vider les soucoupes quelques minutes après un arrosage abondant. Au cours de la mauvaise saison, réduisez-les: un apport d’eau tous les 15 jours suffit aux tibouchines cultivés en pot.

A l’abri du vent !

Protégez le tibouchine des vents : non seulement ils abaissent la rusticité déjà moyenne de la plante mais ils causent également beaucoup de dégâts parmi les tiges cassantes et globalement frêles de cette belle plante exotique. En situation ventée, les pétales des fleurs tombent aussi bien trop vite !

Quand tailler le tibouchine ?

La taille s’effectue après la floraison, en fin d’automne (novembre ou décembre). Supprimez le bois mort,  équilibrez la silhouette.

tibouchina urvilleana entretien
Les étamines du Tibouchina donnent l’impression qu’une araignée étend ses pattes pour s’extirper de leur centre. Cette comparaison lui vaut le nom de fleur araignée !

Des apports d’engrais

2 à 3 apports d’engrais pour plantes méditerranéennes par an permettent d’accompagner la croissance et la floraison généreuse du tibouchine. Préférez un engrais organique à libération lente, mélangé à la terre, plutôt qu’un engrais liquide dilué dans l’eau d’arrosage.

Le premier apport s’effectue en fin d’hiver, au moment de la reprise de la végétation, le second en cours d’été et le dernier à l’approche de la floraison, en fin d’été/début d’automne.

Comment le multiplier ?

Tibouchina urvilleana se multiplie par bouturage de pousses de l’année, un geste à effectuer au début du printemps ou en fin d’été. Piquez les boutures préparées dans un mélange de terreau fin et de sable humidifié.

Variétés de Tibouchina remarquables

Les Melastomatacées regroupent des plantes vivants sous un  même climat tropical. Un seul genre est généralement vendu en France: le Medinilla, une plante d’appartement aux très longues grappes pendantes roses.

Chez les tibouchines, mis à part l’espèce-type, les variétés sont rares ! En voici une:

Groovy Baby: au port très compact. Elle forme au fil des ans un coussin fleuri.

Sur le même thème:

Plumeria: cultivez un frangipanier en pot
Des palmiers résistant au froid

Mis à jour le Oct 3, 2020 @ 16 h 00 min

2 commentaires

  1. très belle plante , aux feuilles magnifiques autant que les fleurs , mais pas facile à cultiver , même en pot à l’intérieur
    Sur Ooreka il y a un beau diaporama

    1. Bonjour Anne,

      C’est une très belle plante, c’est vrai. J’ai prévu de publier prochainement une courte vidéo de présentation: je l’avais filmé fin septembre dernier lorsqu’elle était au summum de sa floraison 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page