Accueil » L'été » Hémérocalle, Lis d’un jour: la beauté éphémère
hemerocalle entretien

Hémérocalle, Lis d’un jour: la beauté éphémère

Hémérocalle, Lis d'un jour: la beauté éphémère
Partagez votre avis sur cet article !

Plante vivace très rustique venue d’Asie, l’hémérocalle (Hemerocallis fulva) est néanmoins facile à vivre. Le lis d’un jour (son autre nom)  offre un flamboyant spectacle en juin-juillet, composant des massifs ou des bordures au soleil ou à la mi-ombre superbement fleuries. Si l’on ajoute à ces qualités sa grande robustesse et sa bonne résistance à la pollution ou aux embruns, on comprend aisément le succès rencontré par cette plante vivace, de nos jours déclinée en d’innombrables variétés. Comment cultiver l’hémérocalle ? Quel entretien prévoir tout au long de l’année ?

Deux mois de fleurs !

Bien qu’elles fleurissent dès leur première année en terre, les hémérocalles n’atteignent leur apogée qu’au bout de 3 ou 4 ans, il faut donc savoir faire preuve d’un peu de patience ! Passée cette longue période d’installation, elles donnent alors le meilleur d’elles-mêmes, formant une touffe de feuilles vertes rubanées, semi-persistantes en climat doux, haute de près d’un mètre pour autant de large, issues d’une souche dense et compacte comportant des racines épaisses, charnues. A l’image des agapanthes, dont la végétation est très ressemblante à celle du lis d’un jour, entre 8 et 10 hampes florales se hissent au-dessus des feuilles au cours des mois de juin et juillet.

entretien des hemerocalles apres floraison
Touffe de lis d'un jour orange, les fleurs se détachent nettement du feuillage. Jardin d'Annie (Loubieng, 64)

Les fleurs qui s’épanouissent à l’extrémité de ces tiges, rouges, jaunes, roses ou plus classiquement orangées, sont réunies en bouquets de 30 à 50 boutons en fonction des variétés. Leur caractère éphémère est largement compensé par leur nombre et par l’ouverture progressive des magnifiques fleurs, proches des lis.

Certaines variétés remontantes offrent même deux floraisons (juin-juillet puis septembre-octobre) espacées d’une courte période de repos estival.

Où cultiver l’hémérocalle ?

Si l’hémérocalle pousse indifféremment au soleil ou à la mi-ombre, c’est bien la première exposition qui est plébiscitée, le lis d’un jour se montrant nettement plus florifère lorsqu’il est flatté par les rayons du soleil.

Côté sol, l’hémérocalle s’accommode de tous types de terres, même calcaires, du moment que l’emplacement est bien drainé, profond, riche et surtout reste frais tout l’été. On évitera simplement les terres argileuses lourdes, détrempées l’hiver et complètement sèches et craquelées l’été.

Quel entretien prévoir pour l’hémérocalle ?

Quand et comment la planter ?

La meilleure plantation du lis d’un jour est celle du début d’automne (fin septembre, début octobre). L’Hémérocalle a ainsi le temps de profiter du retour des pluies pour s’installer avant l’hiver. Elle est ensuite parfaitement rustique. Plantez-la sous forme d’éclats munis de racines charnues ou à partir de plants vendus en godets ou conteneurs. Observez une distance de plantation de 40 à 60 cm entre chacun.

Démêlez soigneusement les racines. Creusez un trou deux à trois fois plus grand que la motte. Disposez l’hémérocalle en prenant soin de ne pas enterrer le collet ou les bourgeons visibles sur l’éclat : ils doivent simplement affleurer à la surface. Rebouchez avec la terre extraite enrichie de compost.

hemerocalle entretien taille
Variété basse d'hémérocalle, installée en massif mais bien adaptée à la culture en pot (Jardin d'Annie, Loubieng 64)

Culture en pot

Pour une culture en pot, choisissez des variétés basses et un contenant d’un diamètre de 30 à 40 cm. Un terreau léger pour plantes fleuries, mélangé à parts égales à du compost et à une bonne terre de jardin constitue  un substrat idéal.

Apport d’engrais

Deux gestes sont essentiels au printemps pour profiter d’hémérocalles florifères et en parfaite santé :

  • Apportez en surface du compost ou un engrais riche en phosphore et potasse. Etalez-le uniformément autour de la touffe de feuilles et griffez la terre délicatement pour l’incorporer.
  • Bien que les hémérocalles résistent très bien à la sècheresse, la mise en place d’un paillis de tontes de gazon séchées permet de conserver plus longtemps les racines au frais et limite de ce fait les arrosages. Renouvelez-le régulièrement. Néanmoins, il est préférable d’attendre les premières grosses chaleurs de la mi-juin avant de le disposer pour limiter les caches offertes aux escargots et limaces, très friands des hémérocalles.

Des vivaces très rustiques

Aucune protection hivernale n’est nécessaire. Très rustiques, les souches du lis d’un jour installées supportent des températures de l’ordre de -20 à -25 °C.

Nettoyage et entretien des fleurs, du feuillage

Pour stimuler et prolonger la floraison des hémérocalles, il est primordial de couper au fur et à mesure et le plus bas possible les hampes lorsque toutes les fleurs qu’elles portent ont fané. Retirez également les feuilles qui ont séché ou jauni par temps sec pour conserver une touffe esthétique.

Dans le cas des hémérocalles semi-persistantes, attendez le début du mois de mars pour dégager l’ensemble de la touffe de ses feuilles mortes. Pour les autres, ce même nettoyage peut être avancé à l’automne. Rabattez alors les feuilles très court (5cm) lorsque la touffe a entièrement jauni.

Quand et comment multiplier les hémérocalles ?

Procédez au printemps ou en automne, tous les 10 ans maximum pour éviter que les souches d’hémérocalles ne deviennent trop vieilles et ne s’épuisent avec le temps. La division de ces plantes vivaces est donc utile pour les rajeunir mais également pour les multiplier, les changer d’endroit ou plus simplement pour en offrir à ses amis jardiniers.

Commencez par cerner la touffe avec une bêche plate tranchante. Dégagez ensuite la souche, puis, à l’aide d’un couteau, d’une petite scie ou à la main en fonction de sa taille, fractionnez en 4, 5, 6 éclats, et même davantage si la touffe est vraiment ancienne. Chaque éclat muni de racines doit comporter un bourgeon ou un départ de feuilles. Immédiatement replanté ailleurs, il donnera  au printemps suivant une nouvelle plante qui prendra le temps de s’installer la première année avant de fleurir déjà plus généreusement la seconde.

Maladies et ennemis

Escargots et limaces

Attention ! Escargots et limaces raffolent des lis d’un jour et ne laissent aucune chance aux jeunes plants printaniers ! Faites-leur la chasse par tous les moyens naturels à disposition. (Pièges à bières, cordons de cendres…). Éliminez également de mars à mi-juin tous les abris potentiels dans lesquels les gastéropodes trouvent refuge : pots de fleurs, grosses pierres qui traînent, vieux paillis…)

Larves de la cécidomyie

Les adultes de cette petite mouche pondent sur et sous le feuillage du lis d’un jour. Les larves qui naissent s’invitent dans les boutons  en formation ; ils se boursouflent mais ne s’ouvrent pas ! Supprimez rapidement les boutons attaqués. Si l’infestation est importante, il ne faut pas hésiter à supprimer l’intégralité de la plante pour éviter une propagation aux autres variétés et surtout une installation durable de la cécidomyie.

hemerocalle jaune entretien
Lumineuse Hémérocalle jaune, Jardin d'Annie à Loubieng 64

Où utiliser les Hémérocalles ?

Resplendissant en groupe de 3 au sein d’un massif de vivaces ou pensionnaire d’un coin bouquetier, l’hémérocalle compose tout aussi bien à elle seule des bordures colorées au plein soleil. Mais elle affectionne tout autant, sinon plus, les berges d’un ruisseau ou d’une mare qui lui offrent une terre fraîche tout l’été.

Aux origines d’Hemerocallis

Hemera (jour) et Kallas (beauté) sont les deux termes grecs à l’origine du nom hémérocalle. Plutôt éloquents, ils en disent long sur le caractère éphémère de la fleur qui s’ouvre la nuit et ne dure qu’une journée. Fort heureusement, chaque hampe florale porte entre 30 et 50 boutons ! Dès le lendemain, d’autres fleurs lui succèdent donc !

Le surnom lis d’un jour attribué à la plante lui a été donné quant à lui pour la ressemblance de ses fleurs avec les vrais lis, une vivace cousine de la famille des Liliacées.

Des fleurs aussi belles que bonnes !

Peu de jardiniers le savent mais toutes les variétés d’hémérocalles sont comestibles ! Les boutons de fleurs bien charnus peuvent ainsi se consommer crus, cuits à la vapeur, et même frits.  Ils délivrent au palais de subtiles notes d’asperge.

Les fleurs se dégustent aussi. Crues, ciselées dans une salade d’été ou bien farcies avec du fromage ou du saumon. Retirez le pistil et choisissez des variétés non parfumées, plus agréables à déguster.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.