Accueil » L'automne » Dahlia impérial: le géant de la famille
dahlia imperialis

Dahlia impérial: le géant de la famille

Dahlia impérial: le géant de la famille
Partagez votre avis sur cet article !

C’est son allure, à mi-chemin entre Dahlia (pour ses fleurs)  et bambou (pour ses tiges) qui est à l’origine de son surnom de Dahlia bambou. Les botanistes choisissent quant à eux une dénomination autrement plus symbolique : Dahlia impérial (Dahlia imperialis). Ils soulignent ainsi davantage le port majestueux de la plante et sa faculté à croître vite, jusqu’à dominer tous ses voisins.

Description

Une fois installé, le Dahlia impérial pousse vite, très vite même. Il est ainsi capable de s’élever à plus de quatre mètres de hauteur en l’espace de quelques semaines, du printemps à l’automne, conférant une allure exotique au coin de jardin qu’il occupe.

Ses tiges présentent alors un diamètre de 5 à 10 centimètres et ressemblent à s’y méprendre aux cannes des bambous, y compris dans leur façon de se dégarnir de feuilles à leur base à partir de la fin d’été.

Les grandes feuilles, très découpées, peuvent s’étirer jusqu’à 80 centimètres de longueur.

dahlia bambou imperialis

Si la plante entière semble atteinte de gigantisme, seules les fleurs, au final, rose à mauves, simples ou doubles suivant les variétés, adoptent des proportions raisonnables, affichant tout de même un joli diamètre de 10 centimètres.

Les fleurs s’épanouissent en bouquet à l’extrémité des tiges, les faisant ployer sous leur poids. Elles n’apparaissent  malheureusement que tardivement en automne (les photos du Dahlia impérial qui illustrent cet article ont été prises un 12 novembre), ce qui réduit au mieux leur espérance de vie à quelques jours si la météo est favorable. Car elles s’abîment au moindre gel.

Si le Dahlia impérial ne fleurit pas tous les ans, il est possible qu’il adopte au fil du temps un phénomène d’alternance, avec une année sur deux fleurie.

Culture

dahlia imperialOù et quand le planter ?

Installez les jeunes sujets ou les tubercules en pleine terre fin mai ou début juin, lorsque les gelées sont terminées. Choisissez un emplacement au soleil, abrité du vent, susceptible de causer de gros dégâts sur la végétation haute de cette vivace.

Côté sol, le Dahlia imperialis apprécie les terres riches et bien drainées.

La première année sera celle de l’installation. La plante ne produira probablement qu’une seule tige, le temps pour elle de développer ses réserves racinaires. Les années suivantes, jusqu’à 12/15 cannes sortiront de terre et constitueront un écran végétal aussi haut qu’impénétrable.   

Comment l’entretenir ?

Un tuteurage est indispensable pour contrecarrer les effets du vent. Dès la plantation, enfoncez au pied de la plante de solides tuteurs en bois ou des cannes de bambous. Attachez les tiges au fur et à mesure de leur croissance en 3 à 4 points répartis sur toute la hauteur. Pensez à laisser une marge suffisante au niveau des liens sans serrer de trop, notamment sur la partie basse des cannes, pour ne pas blesser ou étrangler le Dahlia impérial quand sa tige prendra du volume.

Dès la floraison, si la météo leur laisse le temps de s’épanouir complètement, retirez les fleurs fanées au fur et à mesure pour encourager et accélérer l’éclosion de nouvelles.

Enfin, le Dahlia impérial est peu rustique ( -4°C). En région douce, si le sol à ses pieds n’est pas détrempé l’hiver, la souche peut passer la mauvaise saison en terre. Prenez alors quelques précautions en la protégeant sous un épais manteau de feuilles mortes.

Au Nord du pays, il vaudra mieux arracher les tubercules. Comme pour les Dahlias plus classiques, conserver-les  tout l’hiver à l’abri du gel, dans une caissette remplie à moitié de sable ou de tourbe. Le local doit être à la fois sec, sombre et régulièrement aéré.  

En fin d’hiver, taillez toutes les cannes sèches à leur base. Vous pouvez en profiter pour les broyer, comme cela se fait aussi avec les hautes tiges du topinambour. La plante relancera son cycle annuel en produisant de nouvelles tiges dès les mois d’avril/mai.

 

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *