Accueil » Le potager » Culture des petits pois: semis, entretien, tuteurage, maladies…
culture petit pois

Culture des petits pois: semis, entretien, tuteurage, maladies…

Culture des petits pois: semis, entretien, tuteurage, maladies…
Partagez votre avis sur cet article !

Les variétés de pois (Pisum sativum) sont nombreuses à travers la France, plus de 85 sont inscrites à ce jour au catalogue officiel des espèces et des variétés de plantes cultivées dans l’Hexagone. Autant dire qu’il existe un pois adapté à toutes les terres ou à tous les climats de notre pays mais aussi et surtout à tous les goûts ! Découvrez une fiche de culture complète pour vous guider !

Quelle variété de pois cultiver?

Le choix peut donc tenir compte en priorité de l’utilisation culinaire souhaitée. Si les grains de pois à écosser s’utilisent seuls ou en jardinières de légumes, les gousses des pois gourmands (appelés aussi pois mangetout) se consomment toutes entières, comme des haricots verts.

Le second choix pourra être celui de la place à disposition au potager puisque chaque type de pois se décline en variétés naines (30 cm), demi-naines ou à rames (à près de 2 m de hauteur).

Enfin, parmi les pois à écosser, les variétés à grains ronds ou lisses sont plus rustiques et aussi moins sensibles à l’humidité que celles à pois ridés. Elles sont donc toutes conseillées pour un semis anticipé, dès l’automne dans le Sud et en fin d’hiver plus au Nord (février, mars). Les pois ridés, plus tolérants vis-à-vis de la chaleur, se sèment au cours du printemps, de mars à mai. Il ne vous reste plus qu'à choisir votre variété !

culture du pois
Les variétés de pois mangetout à rames grimpent à près de deux mètres de hauteur, leur végétation est dense.

Culture

Où les cultiver ?

Les pois affectionnent les climats doux et humides, de type océaniques. Comme les fèves ou les haricots, ils enrichissent le sol en azote grâce des bactéries présentes dans les nodules de leurs racines. Ils apprécient une terre profonde, légère, bien drainée, sans apport de fumure récente, et restant fraîche.

En sol lourd et argileux, leurs racines sont mises à mal et  les graines ont davantage de mal à lever. Allégez au moyen de quelques pelletées de sable et de compost.

Semis

2 périodes de semis des pois se dégagent.

Pour obtenir des pois en primeur, on sème dans les régions au climat doux les variétés de pois à grains ronds ou lisses en automne, dans une terre encore chaude, ou en fin d’hiver.   Les variétés à grains ridés, plus tardives, se sèment de mars à mai.

semer petit pois
Dans le Sud, il est possible de semer les petits pois dès l'automne, la levée est alors plus longue que pour les semis printaniers

Effectuez le semis en lignes distantes de 30 cm à 60 cm suivant la hauteur de la variété, en déposant au fond d'un sillon peu profond (5 cm) une graine tous les centimètres pour les pois nains, tous les 3 à 5 centimètres pour ceux à rames. Terminez par un arrosage en pluie pour lancer la germination et plombez  légèrement la ligne avec le dos du râteau.

Le semis sur plaque alvéolée fonctionne aussi très bien. Cette méthode permet de surcroit de protéger plus efficacement le semis des oiseaux et des limaces, tout en contrôlant très finement le nombre de graines semées.

Dans tous les cas, pratiquez une rotation des cultures. Attendez ainsi plusieurs années avant de semer des pois sur une planche ayant reçu des légumineuse (fèves, haricots).

Quel entretien prévoir ?

Buttage

Pour favoriser un bon ancrage au sol et une meilleure résistance aux vents, buttez les petits pois de printemps environ 3 semaines après la levée des graines. Utilisez une serfouette ou un butoir pour ramener la terre de part et d’autre des rangs jusqu’à former un monticule de terre d’une quinzaine de centimètres de hauteur. Laissez dépasser un tiers de la plante pour ne pas l’étouffer !

Désherbage

Désherbez soigneusement les pois en début de culture. Une fois ramés, le geste est autrement plus compliqué.

Arrosage

Conséquence de son goût pour les climats humides, le pois est sensible au stress hydrique, la production pouvant s’en trouver affectée. Un arrosage régulier est donc important durant toute la phase de croissance, jusqu’à la fin de la floraison. Néanmoins, dès la formation des gousses, vous pouvez les réduire et laisser faire la Nature.

Tuteurage, pose des rames

Les pois ont besoin d’un support sur lequel ils accrochent leurs vrilles. Quelle que soit la variété, le tuteurage est indispensable et limite le développent des maladies.

Traditionnellement, on utilisait de jeunes branches fourchues de charme ou de chêne pour tuteurer les variétés basses de pois (naines ou demi-naines). Elles étaient remplacées par des tiges bien droites de noisetier ou de saule pour les variétés à rames (grimpantes). De plus en plus, ces techniques ancestrales disparaissent de nos potagers au profit de filets à ramer, bien plus pratiques à déployer. Un morceau de grillage type grillage à poules ou de treillis soudé sont deux autres solutions durables et efficaces.

tuteur petit pois nain
Les petits poins nains peuvent être tuteurés sur des branches ramifiées de chêne ou de charme, jardin de Jean.P (64)

Variétés naines ou demi-naines

Après un binage et un buttage, piquez des branches ramifiées tous les 10 cm le long des rangs, quand les plants ont atteint 10 à 15 centimètres de hauteur. Faites-les se rejoindre au centre de la planche. Si vous n’en avez pas, tendez un grillage ou un filet à ramer bas entre deux poteaux.

Variétés à rames

Dans le cas des variétés à grand développement, tout dépend de la culture mise en place :

Culture sur 1 seul rang

Fichez profondément 2 poteaux espacés de 3 ou 4 mètres. Tendez entre eux 4 rangs de fil de fer, un premier à 30 centimètres de hauteur, le second à 70 cm, le 3 ème à 110 cm et le dernier à 150 cm. Déroulez ensuite un filet à ramer ou du grillage à mailles fines que vous accrochez aux différents niveaux de fil de fer.

Culture sur deux rangs

Utilisez des piquets bois ou des bambous de 2 mètres de hauteur. Enfoncez-les le long des rangs, croisez-les au sommet en les penchant vers le centre. Fixez-en un à l’horizontale aux intersections tout en haut pour assurer la stabilité de l’ensemble.

fabriquer rames petit pois
Cultivés sur deux rangs parallèles, les pois à ramer peuvent être tuteurés sur des assemblages de bambous, saule ou noisetier. Un filet à ramer vient terminer la structure de palissage.

Taille

Traditionnellement, les Anciens taillaient les jeunes plants au-dessus de la 4 ème feuille pour obliger la plante à se ramifier et à fructifier davantage. La taille du pois n’est cependant pas indispensable.

Récolte

Quand récolter les pois mangetout ?

Pour profiter pleinement de leurs saveurs, les gousses des petits pois mangetout doivent être cueillies très jeunes, quand les graines sont encore au stade de petites billes arrondies. Cueillis plus tardivement, les pois perdent leur saveur sucrée, leur chair a tendance à devenir plus fade et farineuse.

quand recolter les pois mangetout
Les cosses des pois à écosser sont bien pleines !

Quand récolter les pois à écosser ?

Cueillez les gousses des pois à écosser quand les cosses sont bombées et commencent à perdre leur coloration. Elles sont alors bien remplies et les pois sont encore tendres, sucrés et non farineux.

Récolte et conservation des graines pour le semis

Comme les haricots, les pois sont autogames et ne s'hybrident que rarement. Il est donc possible de récolter et de conserver d'années en années les graines de pois cultivées au potager. Réservez pour cela un ou plusieurs beaux pieds. Laissez tranquillement sécher quelques gousses au soleil, sur la plante. Cueillez-les quand l'enveloppe sèche et commence à s'ouvrir. Passez ensuite les graines au réfrigérateur pendant 48 heures pour tuer les éventuelles pontes de bruches du pois. Stockez enfin au sec, dans un bocal hermétique ou un sac de congélation. Les graines gardent leur pouvoir de germination pendant 3 ans.

Maladies et problèmes fréquents

Bonnes pratiques

Les pois développent des tiges creuses et grêles qui ont tendance à plier et à verser, ce qui complique la récolte et favorise le développement de maladies. Le premier rempart contre les maladies cryptogamiques consiste donc à butter les pieds pour renforcer l’enracinement et de surveiller –ne pas hésiter à intervenir pour guider si besoin est – le bon tuteurage de toutes les variétés.

Oïdium

L’oïdium est un véritable fléau pour les pois. Le Champignon dessine un feutrage blanc-gris sur les feuilles. Il se développe par temps chaud et sec mais n’affecte pas la récolte si son apparition est tardive, vers la fin de culture. Il n’est alors pas utile de traiter. Si son apparition est plus précoce, pulvérisez une décoction de prêle sur le feuillage.

Mineuse du pois

Au cours du printemps, de minuscules mouches noires et jaunes d’à peine quelques millimètres pondent sous les feuilles. Quelques jours plus tard, les larves dessinent sur les feuilles des sinuosités qui ne laissent planer aucun doute sur le responsable. Pour lutter contre cette mineuse, seules les barrières physiques (pose de filets à mailles très fines) sont réellement efficaces en bio pour empêcher les mouches de pondre.

Oiseaux et limaces

Les oiseaux et les limaces sont friands des grains tout juste germés pour les premiers, des jeunes feuilles pour les secondes. Contre les oiseaux, utilisez un voile de forçage ou un filet que vous pourrez retirer 2 à 3semaines plus tard, quand les plants auront atteint 20 centimètres de hauteur. Pour les limaces, épandez du broyat d’huître et, en dernier recours, des granules anti-limaces.

Bruche

Les gousses de petits pois sont parfois envahies de vers. Ce ravageur n’est autre que la larve d’un charançon appelé bruche. La femelle dépose ses œufs sur les gousses lorsque les pois sont encore en formation. Quand les œufs éclosent, les larves forent de petits trous dans la gousse et pénètrent dans les graines. Ce coléoptère n’est pas facile à repérer, sa petite taille (2,5 mm) n’aidant pas. Il hiverne dans la récolte de pois secs dont il se nourrit. Que faire pour l’éliminer ? Tout d’abord, triez la cueillette pour éliminer les pois véreux. Surtout, ne déposez pas ces pois attaqués sur le tas de compost, les larves pourraient tranquillement continuer leur hivernation et le problème se reproduirait de nouveau au printemps. Détruisez-les. Ensuite, avant de stocker au sec les pois restants, faites-les séjourner une journée entière au congélateur pour tuer les bruches restants et assainir les futures semences.

Une fois encore, seuls les filets anti-insectes sont réellement efficaces et naturels pour empêcher les femelles du charançon de pondre sur les gousses. Installez-les au moment de la floraison des pois.

Autres maladies ou ravageurs

Contre l’anthracnose, choisissez des variétés résistantes, parfaitement adaptées à votre climat.

Contre les pucerons, pulvérisez une solution à base d’huile de Colza ou de savon noir dilué.

A propos de Bruno Nunez

Je m'appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l'univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes...bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l'ornement...Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.