Accueil » L'hiver » 5 conseils pour réussir la plantation du cassissier
plantation d'un cassissier

5 conseils pour réussir la plantation du cassissier

5 conseils pour réussir la plantation du cassissier
Partagez votre avis sur cet article !

Le cassis (Ribes nigrum), à la saveur et au parfum si singuliers, occupe une place de choix en cuisine, où on le retrouve largement employé dans les sorbets, pâtisseries, confitures… Caractérisé par une production abondante de fruits noirs sur de courtes grappes, il se montre rustique et peut être cultivé dans toutes les régions françaises. D'autant plus qu'il présente l'avantage de s’adapter à tous les sols, même s'il a tendance à préférer ceux consistants, riches en humus. Voici mes cinq conseils pour réussir la plantation du cassis.

quand planter cassissierQuand planter un cassissier ?

La plantation se fait généralement au printemps, mais elle est préférable en automne, surtout dans les régions aux hivers doux et peu rigoureux (au sud de la Loire). Le plus difficile est finalement de lui trouver un coin du jardin restant frais, bénéficiant par exemple d’un ensoleillement limité aux heures les plus chaudes de la journée, pour le protéger de la chaleur qu'il redoute.

Quel espacement entre les pieds ?

Je plante un cassissier tous les mètres, dans un trou large et profond. J’incorpore à la terre une pelletée de compost additionnée d’une poignée de corne broyée, pour nourrir le pied et l’aider à s’enraciner. Si votre sol le permet,  vous pouvez enterrer le collet de quelques centimètres, afin de favoriser le départ de nouvelles branches. Dans mon sol lourd et argileux, je plante plutôt sur buttes de 10 centimètres de hauteur pour favoriser l’écoulement de l'eau.

Composer des massifs ou des haies de petits fruits…

L'idée est de jouer de l’abondance et de la variété des petits fruits. Pour cela, plantez en alternance, en massifs ou en haies, des groseilles à grappes ou à maquereaux, des caseilles, cassis, myrtilles…Toutes s’accordent à merveille. On peut ainsi associer les variétés anciennes entre elles, ce qui améliore notablement le rendement de la récolte. Les variétés modernes, elles, sont autostériles et peuvent donc être cultivées seules.

Pailler pour limiter l’entretien des pieds

haie de cassissier

Au-delà d'un entretien limité, pailler, avec du BRF ou du mulch, permet aussi de conserver l’humidité du sol en été. Et en se décomposant, le paillage active la vie microbienne qui nourrit la plante, tout en étouffant les mauvaises herbes. Voilà pourquoi déposer cinq bons centimètres de paillage est une bonne idée ! Le choix des matières est large : broyat de végétaux (arbustes, haies de framboisiers…), paille, feuilles ou résidus de tonte sèche.

Des variétés anciennes ou modernes de cassisiers

Noir de Bourgogne est une variété ancienne aux petits grains acidulés parfumés. Rustique, elle possède une très bonne tolérance au calcaire. La récolte s'effectue de juillet à septembre. Il est bénéfique de l'associer aux variétés « Andega » ou « Royal de Naples » pour une meilleure fertilisation. Noir de Bourgogne permet de confectionner de savoureuses confitures.

Blackdown est une variété moderne, autostérile. La plus répandue dans les jardins français. Elle offre un bon équilibre entre un goût légèrement acidulé et un parfum bien présent. C’est une baie qui tient aussi particulièrement bien à la cuisson, pour un usage en pâtisserie.

Neva est une variété moderne qui produit des fruits plus gros que la normale, juteux et goûteux à souhait. Cette variété est idéale pour une dégustation de fruits frais, mais elle peut également être utilisée pour la réalisation de confitures.

Andega est une autre variété moderne résistante, qui s’associe bien à Noir de Bourgogne pour la pollinisation.

Quant aux caseilles, ce sont des hybrides de cassis et de groseilliers épineux (à maquereaux), qui produisent des fruits ressemblant à de gros cassis mais au parfum atténué.

Vous avez apprécié cet article ? Alors partagez-le sans modération avec vos amis jardiniers ou inscrivez-vous à la lettre info Jardipartage.

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *