Accueil » L'été » De l’ail à récolter…
quand récolter l'ail

De l’ail à récolter…

De l'ail à récolter…
Partagez votre avis sur cet article !

De jolis bulbes d’ail bien dodus ! Voilà ce que réserve le potager en ce moment. Les aulx repiqués en fin d’hiver dernier sont fin prêts à être récoltés, séchés, puis tressés en bottes décoratives qui agrémenteront tous les bons petits plats dans les quelques mois à venir.  Mes petits conseils pour une récolte et une conservation sans encombre…

Juger de la maturité de l’ail à la couleur des feuilles, un réflexe !

Quand les deux tiers des feuilles sont sèches ( et donc jaunies/brunâtres), c’est le moment de récolter. Et il faut certaines années jongler avec les caprices du ciel quand un mois de juillet particulièrement humide retarde la récolte.

Toujours est-il que si on le cueille trop tôt, l’ail ne se conserve ensuite pas longtemps et si, au contraire, on tarde trop, les tiges sèches et cassantes se désolidarisent du bulbe et on ne peut alors pas confectionner les jolies bottes à suspendre dans la remise ou le cellier. Dommage !

Du soleil pour la récolte !

Je récolte toujours l’ail par une belle journée ensoleillée. A l’aide d’une fourche-bêche, je soulève délicatement chacun des bulbes. Et en fonction de la météo des jours à venir, j’avise et j'opte alors pour l’une des deux techniques suivantes.

Si le soleil n’est pas brûlant, je regroupe les aulx tout justes sortis de terre dans un coin du potager et je les laisse sécher encore quelques jours comme ça, à même le sol.

Mais  par des températures trop fortes comme celles de ces derniers jours, je coupe plutôt les feuilles  3 à 5 centimètres au-dessus des bulbes et je les range dans une cagette déposée dans un endroit ombragé. Les cagettes en bois ou en plastique sont même vraiment pratiques quand le temps devient pluvieux ou orageux, en fin de journée par exemple. Parce qu’en deux temps trois mouvements, la précieuse récolte est à l’abri !

Conserver l’ail le plus longtemps possible !

L’ail se conserve vraiment bien, à condition de le laisser sécher deux à trois semaines dans un endroit sec et aéré. Mais quelques astuces permettent d’améliorer encore cette conservation. Par exemple, au moment de tresser les bottes, je sépare les têtes abîmées (elles seront consommées rapidement) pour éviter qu’elles ne contaminent les autres puis je tresse sans serrer de trop afin que les bulbes soient bien ventilés. Je les suspends enfin par un crochet au plafond de mon abri de jardin. Je viendrai y piocher de temps à autre un de ces savoureux ail de mon jardin.

Si vous avez aimé les conseils partagés dans cet article, n’hésitez pas à vous inscrire à la lettre info du site. Vous recevrez chaque mois les derniers conseils publiés.

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

2 Commentaires

  1. Je me demande pourquoi personne ne laisse de commentaire?
    Quelqu’un a une réponse?
    Merci d’avance.

    • Bonjour Olivier,

      Il faut tout simplement attendre que le feuillage de l’ail s’assèche. Rien n’empêche cependant de le récolter avant mais alors le bulbe ne sera pas complètement formé et puis l’ail se conservera moins bien. Après arrachage, bien faire sécher quelques jours dans un endroit aéré mais au sec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *