Pelouse et Gazon

L’entretien de la pelouse face au défi climatique

Des périodes intenses de sécheresse ou, à l’inverse, des semaines marquées par de fortes inondations. La pelouse souffre des aléas climatiques. Arrosage, engrais, produits de traitement… On ne peut raisonnablement plus entretenir aujourd’hui une pelouse comme on le faisait encore hier. Découvrez dans cet article les conseils pour un entretien de la pelouse éco-responsable.

Un climat de plus en plus chaud, de plus en plus contrasté

Depuis quelques années, le changement climatique est une réalité qui se traduit par des étés très chauds. Les périodes de sécheresse sont de plus en plus précoces et de plus en plus longues. Il n’est pas rare aujourd’hui qu’elles débordent sur tout ou partie de l’automne.

A l’inverse, on observe des périodes hivernales ou printanières marquées par des tempêtes et de fortes pluies.

Notre façon d’entretenir la pelouse, et plus globalement le jardin, doit s’adapter à cette nouvelle donne, du choix de la pelouse jusqu’à son entretien.

Choisir une pelouse résistante à la sécheresse

Tous les gazons ne résistent pas de la même manière face aux contraintes : ombre, soleil, sécheresse, nature du sol… C’est pour cela qu’un choix réfléchi des semences est primordial.

Pour obtenir un gazon résistant à la sécheresse, il doit comporter une majorité de graines de fétuques.

Ces fétuques sont de 3 types :

  • La fétuque rouge (Festuca rubra) germe rapidement, en 15 jours environ. Robuste, elle supporte les zones d’ombre et s’installe rapidement.
  • La fétuque élevée (Festuca arundinacea) est celle qui résiste le mieux à la sécheresse et aux fortes températures. Elle lève en 20 jours environ mais ne supporte pas les tontes trop courtes.
  • La fétuque ovine est la plus rustique des 3. Elle pousse en touffes compactes qui permettent d’obtenir un gazon solide, résistant et peu exigeant. Elle s’adapte en effet à de nombreuses situations, à l’ombre comme au soleil mais supporte difficilement la concurrence des mauvaises herbes.
pelouse entretien mars
© W.Lockhart

Quels sont les travaux à prévoir pour entretenir la pelouse ?

Semer et ressemer régulièrement

Le gazon vit, souffre, meurt et se régénère : c’est son cycle normal. Mais il ne faut pas hésiter à lui donner un petit coup de pouce de temps en temps. Par exemple, regarnissez les zones vides avec un gazon bouche-trou au début du printemps et de l’automne.

Pour réussir ce semis alors que la pelouse est déjà en place, il faut :

  1. Ameublir la terre des zones dégarnies avec une griffe
  2. Semer les graines à la volée en essayant d’obtenir une répartition homogène, sans amas.
  3. Ratisser légèrement derrière pour enfouir superficiellement les semences
  4. Recouvrir d’une fine couche de terreau
  5. Tasser avec le dos du râteau ou avec un rouleau si la surface est importante. Cela permet de mettre en contact les graines avec la terre.
  6. Arroser en pluie fine pour finir.

Scarifier pour enlever la mousse

Le passage d’un scarificateur deux fois par an, en mars et en automne, permet de retirer la mousse qui étouffe le gazon et gagne du terrain au fil des ans si votre sol est acide et trop humide. Dans ce cas, il faut prévoir de ressemer après pour densifier rapidement le gazon.

Vous pouvez également en profiter pour enlever les herbes indésirables les plus colonisatrices, en particulier le chiendent.

➥ Lire : Que faire quand la mousse envahit la pelouse ?

entretien pelouse apres scarification
© Wisconwinart

Nourrir régulièrement la pelouse

Avec le temps, le sol s’appauvrit car le gazon l’épuise. Il faut donc régulièrement renouveler les éléments organiques du sol pour nourrir la pelouse et lui permettre d’être naturellement plus résistante face aux aléas climatiques et aux maladies.

  • Vous pouvez faire des apports de terreau ou de compost à la surface du sol.
  • Vous pouvez aussi faire des apports d’engrais à libération lente d’origine naturelle et de chaux au printemps et en automne, mais sans excès.
  • Vous pouvez enfin tondre de temps en temps en laissant les brins d’herbe coupée sur place (mulch). Mais il faut éviter de toujours tondre en mulching, sinon, à la longue, se forme un feutre difficile à décomposer qui empêche l’eau de passer et étouffe le gazon.

Tondre ni trop haut, ni trop souvent

Passer la tondeuse est aussi une part importante de l’entretien d’une pelouse. Cela permet de la fortifier et cela épuise les mauvaises herbes qui s’y développent.

Tondre régulièrement, oui, mais pas n’importe comment ! Il ne faut pas tondre trop court, ni trop souvent. L’idée à retenir est de régler la hauteur de coupe en fonction de la saison : 5 à 7 cm au printemps et en automne, 7 à 10 cm au plus fort de l’été pour garder de la fraîcheur.

Dans le même esprit, une tonte tous les 15 jours suffit, ce qui laisse le temps à votre gazon de se régénérer entre deux coupes.

A l’automne, pensez également à retirer les feuilles mortes. Autrement, le gazon, privé d’eau et de lumière, pourrit en-dessous. Ne les portez pas à la déchetterie. Compostez-les pour les réinjecter sur votre pelouse sous forme de terreau !

➥ Lire : Comment tondre une pelouse trop haute ?

entretien de la pelouse au printemps
© Erik

Après 2020, faut-il encore arroser la pelouse ?

Même quand il résiste à la sécheresse, le gazon jaunit en été, c’est inéluctable. Pour autant, faut-il arroser ?

De notre point de vue, l’arrosage d’une pelouse est une catastrophe écologique autant qu’une perte de temps car le gazon revit naturellement dès le retour des pluies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page