Arbres fruitiersAutomne au jardin

Donnez à manger à vos arbres fruitiers !

En vieillissant, les arbres fruitiers laissés sans entretien de taille et de fertilisation produisent moins de fruits. Chétifs et fragilisés, ils se montrent aussi plus sensibles aux maladies. Jeunes, ils ont surtout besoin de manger pour bien se former.

L’automne est la bonne période pour leur apporter de la nourriture. A ce moment de l’année, ils entrent en effet dans une phase de repos, du moins en apparence. Car la vie souterraine ne s’arrête pas et les racines continuent de se développer en hiver. Quel engrais ou amendement apporter ?


Pourquoi nourrir les arbres fruitiers ?

Quand ils sont en place dans le même sol depuis un moment et qu’ils n’ont jamais reçu la moindre fumure, les arbres fruitiers finissent par épuiser les ressources du sol. Ils subissent aussi la concurrence en surface des graminées (pelouses notamment) qui détournent une partie de l’eau d’arrosage et puisent les substances nutritives avant qu’elles ne parviennent aux racines de l’arbre.


N, P, K, Mg : les 4 éléments d’un engrais pour arbres fruitiers

Phosphore (P), potassium (K) et magnésium (Mg) sont les 3 éléments fertilisants essentiels des arbres fruitiers.

Le phosphore (anhydre phosphorique) favorise la qualité de la floraison et la production de graines tandis que le potassium (oxyde de potassium) est bénéfique à la formation des fruits et des racines. Il régule aussi la circulation de sève, favorise l’assimilation de tous les éléments nutritifs nécessaires à l’arbre. Le magnésium (oxyde de magnésium) est essentiel quant à lui à la production de la chlorophylle.

Il ne faut pas oublier l’azote, désigné par la lettre N, également présente dans la formulation de tout engrais pour arbre fruitier (N-P-K). A cette période de l’année (automne), les engrais doivent toujours être plus pauvres en azote qu’en phosphore et en potassium. On réservera les apports azotés au moment de la croissance du végétal, au cours du printemps.


Comment bien fertiliser un arbre fruitier ?

La zone d’assimilation racinaire se trouve à l’aplomb de la couronne de l’arbre. Les apports ne doivent donc pas seulement se concentrer au pied du tronc, mais bel et bien sur l’ensemble de la surface occupée au sol par l’arbre.

engrais arbres fruitiers bio
A l’automne, une épaisse couche de compost a été épandue aux pieds de ce pêcher et recouverte d’un paillage. Dès sa floraison en fin d’hiver, les éléments libérés profitent au fruitier, offrant une floraison pleine de promesses. © Brett and Sue Coulstock

Pour une plus grande efficacité, vous pouvez directement apporter ces divers amendements au plus près des racines. Pour cela, creusez régulièrement des puits sous la couronne de l’arbre en vous aidant d’une barre à mine. Remplissez-les de compost ou de poudre de basalte. Les racines s’approprieront les éléments mis à disposition au fil des mois.


Quel engrais ou amendement apporter ?

Utilisez impérativement des engrais ou des amendements d’origine naturelle, soit produits à partir de broyats de roches, soit issus de la fermentation de déchets végétaux (algues, potasses végétales…)

Le compost

Le compost produit de manière naturelle (au fond du jardin ou dans un centre de compostage municipal), n’est pas à proprement parler un engrais pour arbres fruitiers. Il s’agit plutôt d’un amendement qui permet tout de même d’enrichir le sol à la longue car, une fois assimilé par les micro-organismes, il libère des éléments fertilisants (dont du phosphore et du potassium) profitant directement aux arbres fruitiers.

Griffez superficiellement le sol au préalable et épandez-le en couche de 5 à 10 cm d’épaisseur sur toute la surface occupée par l’arbre. Les vers de terre et les pluies se chargeront de le faire pénétrer jusqu’aux racines.

Le sang desséché et la corne broyée

Ces deux engrais sont essentiellement riches en azote. Le sang desséché donne un coup de fouet aux végétaux, le feuillage reverdit en moins de 15 jours. On ne l’utilise donc qu’à partir de la reprise de la croissance printanière. La corne broyée a quant à elle une action plus lente et plus progressive ; son assimilation exige plusieurs semaines. Elle peut donc s’employer pendant le repos végétatif en entretien d’arbres fruitiers déjà installés, ou à la plantation.

La poudre de basalte

Le basalte est une roche volcanique riche en oligo-éléments, en silice et en magnésium. S’il est plus difficile de se procurer cet amendement en jardinerie, il convient davantage aux sols lourds ou calcaires qu’il a tendance à acidifier. Un apport de 5 à 6 kg de poudre de basalte pour un bel arbre fruitier suffit. Epandez-le de la même façon que le compost.

Le patentkali

Engrais minéral d’origine naturelle, le patentkali est riche en éléments fertilisants ( potasse, magnésium surtout) directement assimilables par les racines. Une à deux poignées bien réparties à l’aplomb de la ramure suffisent à nourrir un bel arbre fruitier. Comme avec le compost, griffez la terre superficiellement pour faire légèrement pénétrer.

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

5 commentaires

  1. Bonjour
    J’ai moi aussi un cerisier dans le jardin de la maison que nous venons d’acheter. J’ignore son âge et sa variété et il a donné très peu de fruits. Si je veux en planter un autre à proximité, lequel choisir ?
    Cordialement

  2. Bonjour .J’ai cerisier qui a 6 ou7 ans ,il est normalement auto fertile ,au printemps il est couvert de fleurs mais il n’y a que très peu de fruit,les fleurs sont vide.De quoi cela peut il venir et que puis-je faire pour avoir des fruits ?
    Merci de votre aide .

    1. Bonjour,

      J’ai bien peur malheureusement que votre cerisier ne soit pas si auto-fertile que vous le pensez. L’idéal est toujours de planter au moins deux cerisiers pour assurer une bonne pollinisation croisée. Si vous connaissez la variété du cerisier planté, il vous suffit de vous référer à ce document pour trouver le pollinisateur idéal à installer à proximité. En espérant qu’il vous reste un peu de place ? Autre problème fréquent pouvant expliquer une absence de fruits, un coup de gel tardif qui détruit les fleurs. Dernière explication possible: il s’agit peut-être tout simplement d’un cerisier à fleurs, auquel cas il ne produira pas de fruits (je vous conseille la lecture de l’article) !

  3. vous avez certainement raison , mais alors comment expliquer que certains fruitiers n’ont besoin de rien ?
    mon fils vient d’emménager ds une vieille maison avec jardin,( jardin de ville en île de France )où ont été plantés il y a au moins 3O ans un mirabellier et des pruniers , surchargés de fruits délicieux en été et fin d’été
    et pourtant …..;personne ne s’en est occupé pendant de longues années , et pire, la terre au pied est très pauvre , c’est une terre de remblais .

    1. Bonsoir Anne,

      Effectivement, certains arbres laissés complètement à l’abandon produisent d’années en années sans le moindre apport ! Du moins, en apparence. Comment l’expliquer ? Je pense qu’il se crée au fil des ans un équilibre naturel. La vie du sol est entretenue (à mon sens) par le travail de décomposition des feuilles de l’arbre, des rameaux morts, des graminées qui s’installent en surface avec leur ribambelle d’insectes…L’arbre se nourrit de ce lent travail. Le problème de beaucoup de vergers d’amateurs, c’est que les arbres s’y trouvent souvent installés sur des surfaces tondues et ramassées (et donc en partie aseptisées). C’est un début d’explications. Je laisse les lecteurs qui le souhaitent apporter leur propre avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer