Accueil » le jardin naturel » Un petit coup de pouce pour semer des tomates !
semis de tomates en godet

Un petit coup de pouce pour semer des tomates !

Un petit coup de pouce pour semer des tomates !
Partagez votre avis sur cet article !

Qui a dit que semer des tomates était une opération délicate ? Non, sans blagues, produire ses propres plants est à la portée de tous les jardiniers, rassurez-vous ! A condition toutefois de respecter trois principes essentiels à la réussite : préparer un substrat fin et maintenir une humidité constante, sans excès, placer les semis à la lumière, sans soleil direct néanmoins, et garantir une température chaude (autour de 20°C) plus ou moins constante.

Quel plaisir et quelle fierté alors de manger ses propres tomates, obtenues grâce aux graines récupérées et conservées d’années en années ! Attention cependant, il sera indispensable de vous procurer des graines de variétés reproductibles -car celles récupérées sur des plants obtenus en jardineries ( tomates hybrides F1) ne sont pas fidèles à la plante mère. Vous seriez alors déçus.

Quand semer les tomates ?

semis tomates quandLes semis de tomates peuvent être démarrés dès la mi-février ( même si en ce qui me concerne, j'attends la première semaine de mars) et l’opération répétée plusieurs fois de plus au mois de mars, en avril et jusqu’à début mai. Il arrive en effet que les semis tardifs (ceux réalisés fin début et mi-avril, voire plus tard) se montrent au final plus vigoureux et moins fragiles que les semis effectués plus tôt dans la saison et que leur croissance soit meilleure. Les jeunes plants de tomates sont en effet fragiles, peut-être trop d’ailleurs au goût de certains. Il faut notamment veiller à maintenir une température idéale comprise entre 16 et 22°C. Pas évident ! Surtout quand on ne dispose pas d’une serre ou ,à défaut, d’une mini-serre chauffée. On peut alors disposer en journée les bacs ou les plaques alvéolées derrière la vitre d’une véranda bien éclairée et les rentrer dans la maison la nuit. Ou alors profiter de la douceur dégagée par un poêle. 

Quels contenants utiliser pour semer des tomates ?

Plusieurs types de contenants peuvent être utilisés : des plaques alvéolées, des terrines, des caissettes… Ces dernières sont intéressantes, notamment celles en polystyrène récupérées en grande surface (au rayon poissonnerie), car elles ne coûtent rien ( ça compte !) et que leurs parois épaisses constituent un bon isolant pour maintenir le terreau à bonne température. Une fois bien nettoyées, remplissez-les de terreau tamisé jusqu’au bord. Répartissez ensuite régulièrement les graines. Tassez enfin à l’aide d’une petite planchette et terminez par un arrosage sans excès, à l'aide d'un pulvérisateur à gâchette,  en laissant le terreau absorber à son rythme. Quand il s’est tassé, terminez en ajoutant une petite couche supplémentaire de terreau très fin.

Le plus long commence : attendre la levée. Dès lors, il est indispensable de surveiller quotidiennement vos plants et de les éclaircir au besoin. Supprimez les pousses les plus fragiles pour n’en garder qu’une tous les 2 cm² environ.

L’étape délicate: c'est le repiquage des jeunes plants de tomates !

repiquer tomates
Les pieds de tomates repiqués en godets individuels continuent à se développer. Ils seront installés au potager après les Saints de Glace en mai.

Les jeunes plants de tomate développent d’abord deux grands cotylédons, ressemblant à s’y méprendre à des feuilles, avant que n’apparaissent deux vraies premières feuilles, plus petites.

C’est à ce stade là que l'on commence à repiquer les plus beaux d’entre eux en godets individuels remplis de terreau (godets de tourbes biodégradables ou au choix, godets noirs en plastique). Ce repiquage est délicat et les pertes sont conséquentes ! Entre les plants qui se cassent lors de l’opération et ceux qui ne reprennent pas bien, il faut s’attendre à pas mal d’échec.

Voilà aussi l’une des raisons qui font qu’il est souhaitable de semer des tomates plusieurs fois au cours de la saison. Arrosez toujours bien le terreau avant, de façon à ne pas déshydrater les pousses au cours du transfert (on les soumet à un stress important quand même !) mais aussi parce que l’ « arrachage » est facilité si le substrat est humide. Repiquez ensuite en prenant soin de bien enterrer le plant, jusqu’à 1 cm des deux cotylédons ( les grandes feuilles !). Cela favorise l’enracinement ultérieur du pied. Gardez les godets au chaud jusqu’après les dernières gelées ( en avril, si tout va bien), avant de les transférer dans un abri non chauffé (sous tunnel, housse ou châssis) en attendant leur mise en place définitive au potager après la mi-mai !

A propos de Bruno Nunez

Je m’appelle Bruno, je vis du côté de Pau et je suis celui qui partage depuis début 2013 à travers ces pages ma passion pour les plantes et l’univers du jardin. Des anecdotes, des histoires, des expériences, des portraits de plantes…bref, un peu de tout, autant du côté du potager que de l’ornement…Et bien sûr, du bio, rien que du bio !

6 Commentaires

  1. bonjour

    comment faut il procéder pour le repiquage

    merci pour les infos, trés intéressantes

    • Bonjour Lisa,

      Je vous conseille vivement de revenir sur Jardipartage en fin de semaine prochaine ou de vous inscrire à la chaîne Youtube. Je prépare en effet un article et une vidéo détaillés qui vous intéresseront sûrement puisque j’expliciterai dans les moindres détails quand et comment repiquer les tomates en godets.

  2. Depuis 2 ans, j’utilise une méthode de semis appelée “méthode scottex” (scottex, c’est le nom belge du Sopalin). Elle est très simple à réaliser et permet un taux de germination très nettement supérieur à la méthode traditionnelle dans du terreau pour semis.
    Si on croule sous les graines, ce n’est pas vraiment indispensable, mais si on est à court de graine d’une variété particulière, cela permet de sauvegarder une variété en péril !!! Cela permet aussi de bien mieux contrôler le nombre de plants que l’on souhaite avoir !
    Les détails sur la méthode en faisant une petite recherche sur l’ami Google…

    Remarque importante quand même … cette méthode ne marche pas que pour les tomates. Personnellement, je l’utilise, avec le même succès avec les piments/poivrons, aubergine et cucurbitacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *