Arbres fruitiersAutomne au jardin

L’argousier: le petit arbre qui vitamine le jardin !

Décoratif, facile d’entretien et couvert de délicieux petits fruits gorgés de vitamine C, l’argousier (Hippophae rhamnoides) ne manque pas d’atouts ! Caractéristiques et entretien de ce petit arbre coloré qui mérite une plus large place dans nos vergers !

Au bonheur des petites baies !

Olivier ou ananas de Sibérie, baie à faisan, saule épineux ou encore épine marante, les divers noms de cet arbrisseau témoignent de sa popularité. L’argousier atteint généralement entre 2 et 3 mètres de hauteur, avoisinant plus occasionnellement 4 à 6  mètres de haut.

Couvertes d’épines, ses branches s’enchevêtrent les unes aux autres, faisant de l’arbuste l’un des meilleurs candidats pour une haie défensive. Les rameaux se couvrent par ailleurs de feuilles caduques lancéolées de 2 à 3 cm, d’un vert sombre sur l’avers, plus grisées sur le revers, offrant une belle luminosité.

Au cours du printemps (de mars à mai), l’argousier femelle porte de petites fleurs verdâtres. Elles laissent place à partir de la fin d’été (août/septembre) à quantité de baies orangées rondes ou ovoïdes, pouvant persister sur l’arbre une partie de l’hiver et se révélant donc très décoratives. Elles font également le bonheur des oiseaux !

Des baies sur-vitaminées !

Plus riches en vitamine C que le kiwi, le citron ou l’orange, les petites baies acides d’argousier aident à combattre en cure une fatigue générale et renforcent les défenses immunitaires.

Trop acides pour être mangées crues, les argouses se consomment cuites additionnées de sucre. Elles se cuisinent habituellement en jus, sirops, gelées, confitures et même compotes.

argousier arbre confiture

Où planter l’argousier ?

Très robuste et résistant tout autant à la pollution qu’aux embruns, le saule épineux pousse naturellement le long des côtes de la mer du Nord, où il sert à ralentir l’érosion des dunes, ainsi que dans la vallée du Rhône ou encore au bord des rivières alpines.

On le cultive aussi depuis longtemps dans la vallée de la Durance. Par ailleurs très rustique, cette espèce pionnière résiste à des températures de l’ordre de -15 à -20°C et tolère très bien la sécheresse.

S’il préfère les terrains calcaires, l’argousier s’accommode aussi de sols plus acides. Côté exposition, plantez cet arbuste au soleil ou à la mi-ombre.

L’espèce étant dioïque, il faut prévoir d’installer au moins un pied mâle pour 4 à 5 pieds femelles, précaution indispensable si vous voulez pouvoir récolter ses petites baies. Pour les petits jardins, il existe désormais, à l’image des kiwis, quelques variétés autofertiles.

 

Quel entretien ?

Robuste, l’argousier n’exige presque aucun entretien. Sans être indispensable, une taille de fin d’hiver permet simplement de contenir l’arbuste en hauteur ou d’harmoniser sa silhouette.

Si les conditions de culture lui plaisent, tout arrosage est par ailleurs superflu. Seul un apport de compost au pied au printemps est utile pour nourrir l’arbuste toute l’année.

argousier arbre fruitier

Comment multiplier l’argousier ?

Laissez faire la nature ! Ce petit arbre possède la particularité de très bien se multiplier tout seul !  La puissance de son drageonnement est telle qu’en l’espace de cinq années seulement, un pied peut donner naissance par ses rejets à dix ou vingt nouveaux arbustes ! Il suffit donc d’en prélever un à l’automne ou en fin d’hiver à l’aide d’une bêche tranchante.

Astuce de cueillette

Groupées et serrées sur les rameaux épineux, les argouses ne se laissent pas cueillir facilement. Portez des gants pour les récolter sans vous blesser !

Autrement, vous pouvez effectuer une taille des rameaux au moment de la récolte. Retaillez pour isoler les baies. Au bout de quelques heures plongées dans le froid du congélateur, elles se détachent sans effort !

Tags

Céline Amirault

Passionnée par les plantes, la décoration extérieure et tout ce qui touche de près ou de loin au jardinage, je partage avec vous des conseils relatifs à tous ces domaines. Ecrire, lire, jardiner et prendre soin de ceux qu’on aime : ne serait-ce pas, après tout, la recette parfaite du bonheur ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer