Identifier et traiter les maladies

Les maladies et les parasites qui affectent les plantes ne sont jamais là par hasard. Ils sont le signe d’un déséquilibre ou de conditions de culture inappropriées (sol, exposition). Apprenez à identifier les maladies de vos plantes et traitez-les avec discernement !

  • Photo of Maladie de l’olivier: 7 problèmes décryptés 

    Maladie de l’olivier: 7 problèmes décryptés 

    Cultivé depuis l’Antiquité dans le bassin méditerranéen, l’olivier est un arbre vénéré, symbole de paix (comme le laurier noble) – ses rameaux entourent le Monde sur le drapeau de l’ONU – et de longévité – l’olivier de Roquebrune-Cap-Martin aurait plus de 2000 ans. Pourtant, comme tous les fruitiers, sous nos climats, il est fréquemment malade, surtout après une taille effectuée avec un sécateur non désinfecté. Quels sont les symptômes et solutions de chaque maladie de l’olivier ?  Des feuilles persistantes  Les feuilles allongées de l’olivier, coriaces et gris-argenté, sont persistantes. Elles restent sur l’arbre pendant 3 ans, avant de jaunir puis de tomber. L’arbre porte donc en permanence un nombre plus ou moins important de feuilles abîmées, vieillissantes, qu’il renouvelle,…

    Lire la suite »
  • Photo of Érable du Japon: stop aux feuilles sèches !

    Érable du Japon: stop aux feuilles sèches !

    Nombreux sont les jardiniers qui songent à s’offrir un érable du Japon, dans l’idée d’aménager un petit espace japonais ou juste pour profiter à l’automne du spectacle offert par les remarquables couleurs changeantes de cet arbuste de bruyère. Il faut cependant savoir que l’érable du Japon est réputé fragile, surtout les premières années de culture. Parmi les maladies qui l’affectent, la plus courante est sans doute celle des feuilles sèches.  Quelle en est la cause et comment y remédier ? Plusieurs symptômes, une seule et même cause ! L’érable du Japon est probablement l’un des arbustes les plus délicats à cultiver, même s’il ne réclame pas beaucoup d’entretien.  Placé dans des conditions inadaptées, ses feuilles commencent à sécher depuis leurs extrémités…

    Lire la suite »
  • Photo of Au chevet des buis: identifiez maladies et ravageurs

    Au chevet des buis: identifiez maladies et ravageurs

    Apprécié pour sa croissance rapide et sa facilité d’entretien, le buis est l’incontournable du jardin à la Française. Néanmoins, malgré sa robustesse qui lui a permis de traverser les siècles, les dernières décennies se sont avérées plus problématique pour l’arbuste avec l’apparition de nouvelles maladies et ravageurs contre lesquels il peine à résister. La pyrale du buis, le phytophage incontrôlable ! Impossible d’être passé à côté de cette petite chenille au corps vert, strié et agrémenté de quelques poils hérissés. La pyrale du buis dévore tout et fait des ravages considérables sur l’ensemble des buis du territoire depuis son apparition voilà plus d’une décennie maintenant ! Détecter sa présence est facile : il suffit d’observer les fils de soie qu’elle tisse dans…

    Lire la suite »
  • Photo of Maladies du poirier: sachez les identifier pour mieux lutter !

    Maladies du poirier: sachez les identifier pour mieux lutter !

    Réputé pour ses fruits et sa floraison remarquable, le poirier et un incontournable des vergers. Comme l’illustre le tableau ‘Blossoming Pear Tree’ de Vincent Van Gogh, cet arbre majestueux porte l’une des plus belles floraisons printanières ! Alors afin d’assurer un bon développement de votre poirier, assurez-vous de savoir repérer et traiter les maladies qui peuvent survenir… Les maladies fongiques La moniliose Cette maladie fongique agit de pair avec les insectes : C’est un champignon microscopique qui se développe sur les parties abîmées des fruits (après des piqûres ou des blessures). Evidemment, cela rend les fruits impropres à la consommation, et vous pouvez vous débarrasser de toute votre production… (évitez le compost) Pour repérer cet infâme champignon, sachez qu’il provoque…

    Lire la suite »
  • Photo of Cette année, les tomates se passeront du mildiou !

    Cette année, les tomates se passeront du mildiou !

    Du côté du potager, les mêmes craintes se répètent inlassablement chaque année; celles de voir se développer un mildiou galopant qui s’empare des tomates et réduit à néant plusieurs mois de labeur et de patience ! Alors, pour éviter d’en arriver à cette situation catastrophique, voici quelques conseils de prévention pleins de bon sens. Mildiou de la tomate Le mildiou est l’ennemi n°1 de la tomate, il s’agit probablement de la maladie la plus redoutée des jardiniers. D’autant plus qu’une fois installée, il est très difficile (pour ne pas dire presque impossible) de l’enrayer. Le mildiou est un champignon ravageur qui attaque de façon sauvage et foudroyante, entraînant la pourriture des tomates. En quelques jours, les tiges et les feuilles se…

    Lire la suite »
  • Photo of L’artichaut: des têtes bien pleines !

    L’artichaut: des têtes bien pleines !

    Plante vivace imposante originaire du bassin méditerranéen, l’artichaut (Cynara scolymus) a besoin d’espace, pas moins de 2 m². Grand classique du jardin vivrier, ce représentant de la famille des Astéracées est cultivé depuis longtemps en France, où son introduction remonterait à la Renaissance, sous l’impulsion d’une certaine Catherine de Médicis. Découvrez des conseils exhaustifs pour sa culture et son entretien  ! Description Plante vivace dressée d’environ 1,50 mètre de hauteur, à l’aspect robuste, l’artichaut produit depuis la base une rosette de grandes et longues feuilles, d’une élégante couleur vert-gris. Tomenteuses sur le revers, ces feuilles ne sont pas épineuses, à la différence du cardon, son cousin plus sauvage. Ce sont les têtes de fleurs en formation que l’on consomme, que…

    Lire la suite »
  • Photo of La mâche: cette sauvageonne domestiquée

    La mâche: cette sauvageonne domestiquée

    Doucette, clairette, boursette, barbe ou salade-de-chanoine, coquille, herbe douce…la kyrielle de surnoms attribués à la mâche (Valerianella locusta) témoignent de l’intérêt gustatif et culinaire porté à cette sauvageonne d’origine, désormais assagie. Il faut dire que ses petites feuilles charnues fraîchement cueillies sont un délice à une saison où les crudités se font rares ! Bisannuelle rustique, longtemps considérée comme une mauvaise herbe pour sa fâcheuse tendance à proliférer dans les champs de céréales et les vignes, la mâche est la salade d’hiver par excellence. Comment effectuer son semis et la cultiver ? Les petites feuilles de cette Valérianacée sont presque rondes, disposées en rosettes évasées soigneusement imbriquées. Où la cultiver ? Peu exigeante et facile à cultiver, la mâche se contente…

    Lire la suite »
  • Photo of Traitement d’hiver des fruitiers: du blanc sur les troncs

    Traitement d’hiver des fruitiers: du blanc sur les troncs

    Prendre soin de ses arbres fruitiers est gage de futures récoltes abondantes ! Parmi les soins d’hiver, l’application d’un blanc arboricole (badigeon de chaux) est l’un des plus recommandés. Ce produit naturel, fabriqué à base de chaux éteinte et d’huile végétale, agit comme une seconde peau pour le tronc. Il limite les agressions du temps et s’avère être l’un des meilleurs insecticides qui soit. Economique et redoutablement efficace ! Les bienfaits du blanc arboricole Protection contre le gel et le soleil Le badigeon de chaux constitue en premier lieu une barrière physique contre les agressions climatiques et les écarts trop importants de températures, notamment en limitant les effets du gel ou les brûlures occasionnées par un soleil trop fort. Le blanc atténue…

    Lire la suite »
  • Photo of SOS: mes pommiers sont malades !

    SOS: mes pommiers sont malades !

    Les maladies d’un pommier sont généralement de deux ordres : il s’agit bien souvent d’une maladie fongique (oïdium, mildiou, moniliose, tavelure…) ou d’un ravageur (pucerons, sésie, carpocapse…). Si l’on peut agir en curatif dès l’apparition des premiers symptômes, le plus efficace, mais aussi et surtout le plus sain pour l’homme et son environnement, reste la prévention. Cela suppose de surveiller très régulièrement ses arbres fruitiers pour anticiper l’apparition des maladies. Cela suppose également de réunir un maximum de bonnes conditions de culture pour que le pommier s’épanouisse et soit naturellement plus résistant. Quelles sont les principales maladies du pommier et comment les prévenir ? Maladies du pommier Oïdium L’oïdium se caractérise par un voile blanc sur les pousses, les feuilles et…

    Lire la suite »
  • Photo of Les maladies et ravageurs du figuier

    Les maladies et ravageurs du figuier

    Les figuiers (Ficus carica) sont de robustes arbres fruitiers si l’on prend soin de leur offrir les conditions de culture qu’ils affectionnent : un sol fertile et bien drainé (surtout en période hivernale), une exposition la plus ensoleillée possible et, bien sûr, toujours privilégier une variété adaptée au climat de sa région. Quand bien même ces règles élémentaires sont parfaitement respectées, il n’en demeure pas moins que l’arbre reste soumis, comme d’autres fruitiers, à un certain nombre de maladies et de ravageurs. Apprenez à les identifier et à réagir en conséquence ! Les maladies du figuier Mosaïque du figuier A l’image du haricot, le figuier est parfois atteint d’un virus inoculé par les piqûres répétées d’un minuscule acarien : Aceria ficus. Mais…

    Lire la suite »
  • Photo of Savonnier de Chine, l’arbre lanternes

    Savonnier de Chine, l’arbre lanternes

    LLe savonnier de Chine (Koelreuteria paniculata) se rencontre presque partout en France, notamment en ville où il constitue des alignements remarquables le long des trottoirs et suscite par ses fruits la curiosité des amateurs de jardins publics. Malgré cela, il reste au final assez méconnu, trop peu utilisé de ce fait dans les jardins privés. Pourtant, les atouts du savonnier de Chine ne manquent pas, à commencer par son allure exotique et ses fleurs lumineuses, suivies de belles capsules jaunâtres virant au brun à l’automne qui lui valent le surnom d’« arbre lanternes ». Où et comment cultiver le savonnier ? L’arbre lanternes  10 mètres, c’est généralement la hauteur atteinte par le savonnier de Chine au bout de vingt ans, au prix…

    Lire la suite »
  • Photo of Quels arbustes pour remplacer le buis ?

    Quels arbustes pour remplacer le buis ?

    Il aura suffi cette année d’un court épisode caniculaire aoûtien pour que les chenilles vertes de la pyrale du buis aient raison de bon nombre de ces buissons installés dans le piémont pyrénéen. Arbustes décharnés, silhouettes fantomatiques, il ne reste d’eux malheureusement plus rien alors qu’ils faisaient jusque là l’objet de toutes les attentions (traitement au Bacille de Thuringe) depuis l’apparition sur notre territoire de cette fichue pyrale (en 2008). Pire encore, même les buis sauvages, réputés pourtant plus robustes, ceux-là même qui peuplent naturellement les premiers contreforts pyrénéens, ne sont plus ! Paysages de désolation, cimetière sans feuilles, pourtant en plein cœur de l’été ! Ils ne s’en remettront probablement pas, l’heure est sans doute venue de remplacer les buis les…

    Lire la suite »
  • Photo of Culture du chou brocoli: la tête haute

    Culture du chou brocoli: la tête haute

    Plante potagère de climat doux de la famille des Brassicacées, le chou brocoli est un proche parent du chou-fleur. Bisannuel, il est semé en pépinière en fin de printemps, puis repiqué en terre au cours de l’été (juillet-août), lorsque les jeunes plants sont suffisamment développés. Les brocolis passent alors l’hiver au potager et produisent leurs délicieuses fleurettes jusqu’au début du printemps suivant, à un moment où les légumes verts ne sont pas encore foison. Découvrez en détails comment cultiver le brocoli ? Une tête à consommer Les têtes compactes du brocoli sont divisées en d’innombrables boutons de fleurs. Elles apparaissent au centre de la plante ( le cœur) sur une longue tige. De couleur violette, verte ou blanche en fonction…

    Lire la suite »
  • Photo of Identifiez les maladies des tomates pour mieux les prévenir

    Identifiez les maladies des tomates pour mieux les prévenir

    L’humidité est le principal ennemi des tomates! Par temps chaud et pluvieux, ou à tendance orageuse, les tomates se montrent en effet plus sensibles aux maladies. Ces dernières progressent alors très rapidement si leur développement n’est pas enrayé, allant jusqu’à anéantir une cueillette qui s’annonçait pourtant prometteuse. Dans cet article, apprenez à identifier les principales maladies des tomates et découvrez comment les prévenir ou les stopper. Problèmes physiologiques ou de culture Taches blanches Des taches blanches ou claires apparaissent sur la face des tomates exposée au soleil. Sans réelle conséquence sur la récolte ou la qualité des fruits, ce phénomène s’apparente à un « coup de soleil ». Pour l’éviter, ombrez artificiellement ou conservez un maximum de feuilles au-dessus des grappes de…

    Lire la suite »
  • Photo of Quelle(s) alternative(s) bio à la bouillie bordelaise ?

    Quelle(s) alternative(s) bio à la bouillie bordelaise ?

    Découverte à la fin du XIXème siècle, la bouillie bordelaise s’est rapidement imposée au jardin pour lutter contre les maladies touchant les plantes potagères. Si ce fongicide, classiquement préparé à base de sulfate de cuivre, peut encore de targuer de figurer parmi les produits organiques et de rester homologué pour un usage en agriculture biologique,  il n’en demeure pas moins que la bouillie bordelaise reste un produit chimique, à utiliser donc avec modération, en particulier parce qu’elle entraîne une concentration de cuivre dans le sol. Si l’on peut s’en passer, c’est par conséquent mieux ! Décoction de prêle, bicarbonate de soude et lait, découvrez 3 alternatives bio à la bouillie bordelaise. Toxicité du cuivre Les propriétés fongicides du cuivre sont connues…

    Lire la suite »
  • Photo of 6 maladies du laurier-rose passées au crible !

    6 maladies du laurier-rose passées au crible !

    Bien que relativement facile à cultiver et résistant à la sécheresse, le laurier-rose (Nerium oleander) apprécie des arrosages réguliers tout l’été. Mais un temps frais et surtout un trop-plein d’eau à ses pieds, peuvent provoquer l’apparition d’un certain nombre de maladies. Apprenez à identifier ces maladies du laurier-rose, à les prévenir et les traiter avec discernement. Problèmes physiologiques Feuilles jaunes Quelques feuilles jaunes sont fréquentes sur le laurier-rose alors même que le reste de l’arbuste semble en parfaite santé ! Le phénomène est normal tant qu’il ne concerne qu’un nombre limité de feuilles. Le laurier-rose est en effet un arbuste à feuillage persistant ; le renouvellement de sa ramure s’effectuant en permanence, certaines feuilles jaunissant avant de tomber. Lorsque le feuillage jaunit…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment réagir avant et après une averse de grêle ?

    Comment réagir avant et après une averse de grêle ?

    C’est souvent en plein été, au moment où sévissent les chaleurs caniculaires, que se produit l’impensable !  Le potager et le verger battent leur plein. Ils commencent à nous offrir de belles récoltes de légumes et de fruits savoureux. Mais il suffit d’un orage de grêle destructif pour que tous les efforts soient balayés d’un revers de la main ! La grêle met en charpie les plantes. Elle les blesse et les rend plus sensibles aux maladies. Dans cet article, découvrez des conseils et des astuces pour réagir avant et après un orage de grêle. Découvrez aussi comment limiter l’impact de ce redoutable ennemi des cultures. Caractériser une averse de grêle La puissance d’une averse de grêle est définie selon deux…

    Lire la suite »
  • Photo of Le millepertuis: une splendide floraison qui dure tout l’été !

    Le millepertuis: une splendide floraison qui dure tout l’été !

    Une splendide floraison qui dure tout l’été ! Les millepertuis sont des arbustes généreux de la famille des Hypericacées. Rustiques, vigoureux, résistants à la sècheresse, faciles à réussir, leurs qualités sont depuis longtemps appréciées de nombreux jardiniers. Si l’on ajoute à cela une magnifique floraison jaune qui dure tout l’été et des propriétés médicinales reconnues dans le cas de la forme sauvage (Hypericum perforatum) , le tableau est complet pour faire de l’arbuste l’un des plus beaux et faciles à cultiver. Herbe de la Saint Jean Les Anciens repéraient toujours dans la Nature quelques repères de temps. « Herbe de la Saint Jean » fut ainsi le surnom donné au millepertuis perforé, une forme sauvage poussant le long des chemins, dans les forêts…

    Lire la suite »
  • Photo of L’hélianthi: un topinambour au goût plus fin

    L’hélianthi: un topinambour au goût plus fin

    Comme leurs cousins topinambours, les Héliantis (Helianthus strumosus, que l’on peut également orthographier hélianthis) se traînent la mauvaise réputation de légume de disette. Ces plantes originaires d’Amérique du Nord, vivaces et rustiques, produisent pourtant des rhizomes au subtil parfum de cœur d’artichaut. Si les hélianthis méritent assurément que l’on revisite nos goûts culinaires, ce  sont également de superbes plantes ornementales, capables d’atteindre par leur vigueur exceptionnelle 3  mètres de hauteur entre le printemps et l’automne ! Comment les cultiver ? De hautes tiges coiffées de petits tournesols En raison de leur fort développement, la culture des héliantis est déconseillée dans les petits potagers. Les héliantis développent en effet à vitesse grand V des tiges rameuses de 2 mètres de hauteur au…

    Lire la suite »
  • Photo of 7 maladies ou problèmes des haricots verts décortiqués

    7 maladies ou problèmes des haricots verts décortiqués

    Parmi toutes les plantes cultivées au potager, il en est certaines plus exigeantes que d’autres. Les haricots sont de ceux-là. Exigeants d’un point de vue des températures, ils redoutent tout autant les températures basses, ainsi que les changements inopinés de températures, ou encore les chaleurs caniculaires. Cette seule sensibilité suffit à expliquer nombre de problèmes et de maladies qui les affectent et pour lesquelles on se sent parfois bien démunis. C’est dans le but de vous apporter des éléments de connaissances que cet article recense un large panel de maladies parmi les plus fréquentes sur les cultures de haricots verts.  Gousses vides ou partiellement remplies Il s’agit ici davantage d’un problème de culture que d’une maladie. Les gousses récoltées sont…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment lutter contre la noctuelle de la tomate ?

    Comment lutter contre la noctuelle de la tomate ?

    Si la tomate est habituellement plus sensibles aux ravages du mildiou, certaines années, la chenille verte (noctuelle) creuse ses galeries dans les tomates vertes encore en formation. Les fruits touchés se nécrosent, deviennent  impropres à la consommation quand ils ne tombent tout simplement pas avant d’arriver à maturité. Comment agir de manière naturelle contre ces chenilles qui dévorent nos belles tomates ? Un papillon discret, la noctuelle de la tomate La noctuelle de la tomate, ou noctuelle des potagers, est un papillon de petite taille, brun-gris, aux mœurs nocturnes ; une livrée qui en fait un ravageur discret. Avide de chaleur, ce petit papillon colonise davantage les potagers du Sud de la France, bien que son territoire s’agrandisse au fil des ans. Les étés…

    Lire la suite »
  • Photo of Le cyprès de Lawson brunit

    Le cyprès de Lawson brunit

    A l’image d’autres conifères (pin, thuya, cyprès, cyprès de Louisiane…), le cyprès de Lawson ( Chamaecyparis lawsoniana) est fréquemment atteint par une maladie connue sous le nom de « dépérissement des conifères ». Quels sont les symptômes et comment agir ? Le coupable ? Le Phytophtora… La maladie du brunissement des conifères peut faire son apparition à tout moment de l’année. Elle début généralement par une pourriture (nécrose) du collet, trahissant un problème souvent invisible, et pour cause puisqu’il est souterrain, une pourriture des racines. En conséquence, sur les parties aériennes, des rameaux entiers du cyprès de Lawson brunissent puis sèchent progressivement jusqu’au dépérissement total du conifère. Le mal qui se cache derrière cette redoutable maladie se nomme Phytophtora. Longtemps classée parmi les…

    Lire la suite »
  • Photo of Thrips du laurier-tin: comment lutter ?

    Thrips du laurier-tin: comment lutter ?

    Le problème est assez fréquent : le laurier-tin présente des feuilles mouchetées, piquées, dépigmentées, qui se décolorent progressivement. L’ensemble du feuillage peut être affecté, les feuilles attaquées font même grise mine avant de se sécher et de devenir entièrement marron. Sur le revers, de minuscules insectes, très discrets et peu mobiles. Il s’agit du thrips du laurier-tin (Heliothrips haemorrhoidalis) Mieux connaître le Thrips du laurier-tin Insectes polyphages, présents sur de nombreux autres arbustes et plantes d’ornement, les thrips affectionnent les températures élevées. Plusieurs générations se succèdent ainsi dans l’année juqu’à se côtoyer, des adultes étant régulièrement observés aux côtés des larves. Les larves du thrips du laurier-tin, justement, sont jaunes, presque translucides, et ne mesurent pas plus d’1 mm de long.…

    Lire la suite »
  • Photo of Culture du melon sous serre

    Culture du melon sous serre

    On l’apprécie pour son goût sucré et rafraîchissant. En entrée ou en dessert, le melon (Cucumis melo) est le roi de l’été, sur les étals, dans nos assiettes et au potager ! Mais comment réussir la culture de ce légume fruit de la famille des cucurbitacées au caractère volubile  ? Histoire du melon Cela fait plus de 4 000 ans que le melon est cultivé dans le bassin méditerranéen et en Asie, bien qu’il soit originaire d’Afrique. Après son introduction en Grèce et en Italie, il fait son apparition en France au XVème siècle, à l’initiative de Charles VIII. Le melon (Cucumis melo) était alors largement cultivé à Cantalupo, résidence estivale du Pape, d’où lui vient le nom de melon cantaloup.…

    Lire la suite »
  • Photo of Le cognassier, un fruitier oublié

    Le cognassier, un fruitier oublié

    S’il a aujourd’hui déserté nos jardins, le cognassier (Cydonia) était il y a quelques décennies encore très présent dans les jardins de nos grand-mères. Avec son fruit en forme de poire atteignant sa pleine maturité à l’automne, l’arbre à coing est un peu mystérieux et ne dévoile ses secrets gustatifs que lors de la cuisson. Histoire C’est de Crète, de la ville de Cydon plus précisément, que viendrait le nom botanique du cognassier. Originaire d’Asie Centrale, l’arbre à coing fut exporté par les romains, qui raffolaient de ce fruit aytpique au goût délicat. Description Robuste et rustique, l’arbre à coing se distingue par le développement libre, voire anarchique, de ses branches tortueuses de couleur sombre, qui lui confèrent un aspect…

    Lire la suite »
Bouton retour en haut de la page
Fermer