L'hiverPotager

La mâche: cette sauvageonne domestiquée

Doucette, clairette, boursette, barbe ou salade-de-chanoine, coquille, herbe douce…la kyrielle de surnoms attribués à la mâche (Valerianella locusta) témoignent de l’intérêt gustatif et culinaire porté à cette sauvageonne d’origine, désormais assagie. Il faut dire que ses petites feuilles charnues fraîchement cueillies sont un délice à une saison où les crudités se font rares ! Bisannuelle rustique, longtemps considérée comme une mauvaise herbe pour sa fâcheuse tendance à proliférer dans les champs de céréales et les vignes, la mâche est la salade d’hiver par excellence. Comment effectuer son semis et la cultiver ?

Les petites feuilles de cette Valérianacée sont presque rondes, disposées en rosettes évasées soigneusement imbriquées.

Où la cultiver ?

Peu exigeante et facile à cultiver, la mâche se contente de sols tassés et en partie épuisés par les cultures précédentes. Il s’agit à ce titre d’une exception au potager ! Semez-la après une récolte d’oignons, d’aulx ou d’échalotes, eux-mêmes déjà très sobres, au pied des rames de haricots qui ombreront son semis ou entre les pieds de poireaux ou des choux. C’est dans ces conditions qu’elle réussit le mieux, au soleil ou à la mi-ombre, du moment que le sol reste frais.

Semis

Le semis de la mâche démarre fin juillet et se poursuit jusqu’en octobre : il concerne tout d’abord des variétés d’automne, à grosses graines. Plus tard, une nouvelle vague de semis permet de mettre en place les plants d’hiver, moins sensibles au froid que les variétés d’automne.

  • Semez la mâche directement en place, plutôt en lignes qu’à la volée pour faciliter l’éclaircissage, sur une terre tout juste ratissée et propre, dans un coin mi-ombragé. La germination des graines est capricieuse si les températures sont trop élevées ou si le sol est trop sec.
  • Creusez un sillon peu profond pour les enfouir légèrement.
  • Semez clair, refermez, plombez avec le dos d’un râteau.
  • Arrosez en pluie fine l’ensemble de la surface, couvrez au besoin de cagettes renversées pour ombrer.
  • Maintenez humide jusqu’à la levée.
  • Éclaircissez dès que les plants ont développé 4 à 5 feuilles pour ne conserver qu’un pied tous les 15 cm environ en tous sens.
recolte mache
Semez la mâche en mottes sur plaque alvéolées. Cela permet de repiquer directement en place de beaux plants enracinés

Comment la planter ?

On trouve facilement maintenant des plants de mâche en mottes qui permettent de gagner un temps précieux. Entre septembre et octobre, repiquez-les à une vingtaine de cm de distance, sans enterrer le collet.

Quel entretien prévoir ?

Arrosage

Arrosez peu, au goulot, juste ce qu’il faut pour humidifier le semis puis la motte mais en évitant soigneusement de mouiller le feuillage.

Est-il nécessaire de la couvrir l’hiver ?

La mâche résiste parfaitement au froid sans protection particulière même si, lors d’un épisode de froid intense, cette petite salade met momentanément sa croissance entre parenthèses. Pour la récolter plus longtemps sans interruption, une protection hivernale (châssis, tunnel, voile d’hivernage ou un simple paillage naturel) est donc la bienvenue. Pensez à la retirer en journée lorsqu’un redoux survient pour éviter l’oïdium.

Récolte

La mâche peut se cueillir à tout moment. Il suffit pour cela de la couper au niveau du collet ou bien de prélever ses feuilles au fur et à mesure des besoins à l’aide d’une paire de ciseaux. Ses jeunes pousses sont excellentes mélangées à d’autres laitues.

Au début du printemps, ne l’arrachez pas !

Le retour des premières chaleurs printanières provoque l’apparition rapide de discrètes fleurs blanches ou bleues laissant place à une myriade de petites graines. N’arrachez pas la mâche à ce moment-là. Au contraire, si vous disposez de place, laissez-la tranquillement terminer son cycle de vie : le feuillage va jaunir et ses graines vont largement se disséminer. Vous aurez alors le plaisir de la voir réapparaître toute seule en fin d’été. Pratique et efficace puisqu’il suffira de glaner les jeunes plants enracinés pour les transplanter à l’emplacement de votre choix !

culture mache bio
Dès le retour des premières chaleurs, la mâche monte en fleurs puis en graines

Gare à l’oïdium !

Le grand ennemi de la mâche est l’oïdium. Cette poussière grise fait généralement son apparition au cours de l’automne ou en fin d’hiver, quand l’amplitude thermique est importante entre les journées chaudes et les nuits fraîches et humides. Les petites feuilles deviennent fragiles et flétrissent.

En prévention, évitez tout d’abord soigneusement de mouiller le feuillage lorsque vous arrosez. Ensuite, ne négligez pas l’éclaircissage : quand les plants se touchent ou se chevauchent, la circulation de l’air est insuffisante, favorisant le développement du champignon.

Enfin, pulvérisez une fois par semaine en amont un purin de prêle ou du lait entier ( un volume de lait pour 9 volumes d’eau de pluie), deux produits naturels miraculeux pour empêcher l’installation de l’oïdium.

Quelle variété choisir ?

Il existe deux grands types de mâches :

Les mâches à grosses graines et grandes feuilles sont des mâches d’automne. Semées dès le mois d’août, ces variétés (D’Italie, vit) sont plus sensibles au gel que celles à graines et rosettes de feuilles plus petites (coquille de Louviers, verte de Cambrai, verte d’Etampes…). Les premières se récoltent donc d’octobre à décembre alors que la période de récolte s’échelonne jusqu’en mars pour les secondes.

Bienfaits

Riche en oméga-3, la mâche est un concentré de vitamines (A, B, C), magnésium, potassium et sels minéraux. Dépurative et diurétique, elle est particulièrement recommandée pour un régime d’après-fêtes pauvre en lipides. Pour un repas léger, elle accompagne à merveille une recette de tarte aux poireaux sans crème fraîche.

Quelques repères historiques

A la Renaissance, la mâche est péjorativement réduite à la salade du paysan. Sa forme sauvage pousse partout, jusqu’aux pieds des murets.

A partir du XVIIIe siècle, les maraîchers s’en emparent et domestiquent l’espèce botanique, la déclinant en de nombreuses variétés au goût, à la texture ou à la forme améliorés.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, sa culture s’industrialise et devient emblématique de la région nantaise. La mâche profite en Pays de Loire d’un climat doux et humide favorable à sa croissance et de sols alluvionnaires qui favorisent son semis. Les maraîchers la cultivent sous serre tunnel du début de l’automne au milieu du printemps.

Mis à jour le Sep 4, 2019 @ 8 h 03 min

Tags
Afficher plus

Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

8 commentaires

  1. Est ce que vous pouvez ecrire un article sur les associations gain d’espace au potager? Ce serait interessant. Pour ma part seule la mache s’y preterait

  2. Est ce que la mache se repique? J’ai seme en barquette et j’ai une 40 de maches petites à repiquer… J’espere que c’est ^possible

    1. Bonjour,

      Oui la mâche se repique mais au printemps, la plante a tendance à monter rapidement en graines, question de survie ! Il faut donc la semer au cours de l’été pour la repiquer en fin d’été ou début d’automne :)

  3. Bonjour Bruno,
    Concernant la, ou plutôt les mâches:
    J’ai trop raté de semis de mâches! J’ai arrêté d’en semer, mais je compte m’y remettre, c’est tellement bon!
    J’ai souvenance d’un jardinier qui m’avait dit que le sol se préparait différemment selon que ce soit de la grosse ou de la petite graine; avez-vous connaissance de ce fait?
    Bien cordialement
    Christian

    1. Bonjour Christian,

      Non, je n’ai connaissance que d’une seule manière de préparer le sol, quel que soit le type de mâche:
      1 – éliminez les mauvaises herbes en surface de sol par léger griffage ou binage pour laisser la terre propre,
      2 – semez dans des sillons peu profonds ou à la volée les graines, directement sur une terre ferme,
      3 – Tassez avec une planchette derrière
      4 – Maintenez humide jusqu’à la levée.
      J’ai toujours fait ainsi avec parfois quelques ratés je l’avoue. :)

  4. Bonjour Bruno,

    Merci pour cet article que je trouve très intéressant.

    J’ai compris que la période de semis des mâches d’automne était fin juillet, qu’en est-il des variétés d’hiver que vous évoquez ? Est-ce maintenant ?

    Merci à bientôt

    Cédric

Répondre à Bruno Nunez Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer