L'étéle jardin naturelLe verger

7 maladies et problèmes de l’olivier décryptés 

Cultivé depuis l’Antiquité dans le bassin méditerranéen, l’olivier est un arbre vénéré, symbole de paix (comme le laurier noble) – ses rameaux entourent le Monde sur le drapeau de l’ONU – et de longévité – l’olivier de Roquebrune-Cap-Martin aurait plus de 2000 ans. Pourtant, comme tous les fruitiers, il est sujet à maladies, surtout après une taille effectuée avec un sécateur non désinfecté. Comment les reconnaître ? 

Des feuilles persistantes 

Les feuilles allongées de l’olivier, coriaces et gris-argenté, sont persistantes. Elles restent sur l’arbre pendant 3 ans, avant de jaunir puis de tomber. L’arbre porte donc en permanence un nombre plus ou moins important de feuilles abîmées, vieillissantes, qu’il renouvelle, sans qu’il soit pour autant malade. 

Si des feuilles jaunes, éparses, sont normales, une concentration de feuilles jaunes sur des rameaux entiers doivent alerter sur une possible maladie.                    

Cochenilles de l’olivier 

Insecte piqueur-suceur de sève, flanqué d’une carapace bombée de couleur sombre, la cochenille noire passe presque inaperçue si on n’y prête pas attention. Elle se fixe au printemps aux rameaux grisâtres (branches et feuilles) de l’olivier et n’en bouge plus si on ne la déloge pas. La seule chose qui puisse trahir sa présence en nombre, c’est le balai incessant des fourmis en quête de son miellat sucré.

cochenille olivier
De petits amas ronds et blancs collés aux feuilles de l’olivier sont le signe de la cochenille farineuse, photo Didier M (lecteur)

Attention, car les cochenilles sont parfois blanches ! Il ne s’agit alors pas de la cochenille noire de l’olivier mais de sa cousine, la cochenille farineuse. Cette dernière, de forme ovale, se fixe sur les feuilles et forme de petits amas blancs à l’aspect cotonneux. Son apparition informe d’un désordre dans les conditions de culture de l’arbre, par exemple si l’olivier en pot est maintenu ou hiverné en intérieur. Doit-on rappeler que l’olivier est exclusivement un arbre d’extérieur, suffisamment rustique pour résister à l’hiver s’il est protégé ou abrité contre un mur bien exposé ?

Quel traitement bio-compatible ? 

Griffez le sol plusieurs fois en automne et en hiver pour déranger l’hivernation des larves et les offrir à l’appétit des oiseaux. Pulvérisez aussi sur le feuillage au printemps un insecticide bio à base d’huile de colza  ou de savon noir ( 20ml d’huile de colza par litre d’eau de pluie, additionnée de quelques gouttes de savon noir pour asphyxier les cochenilles dès leur apparition !

Fumagine, feuilles noires 

La présence de fumagine est souvent la conséquence logique de celle de cochenilles. La fumagine (un champignon) prend la forme d’une poudre noire  qui recouvre les branches et les feuilles de l’olivier et gêne considérablement la photosynthèse. L’arbre affecté est affaibli, les feuilles durement touchées peuvent tomber. 

Quel traitement bio-compatible ? 

Imbibez un vieux chiffon d‘eau savonneuse (savon noir) pour nettoyer les feuilles recouvertes de fumagine. La véritable solution sera d’éliminer durablement les cochenilles.

maladie de olivier feuilles jaunes

Œil de paon, tavelure de l’olivier 

La maladie de l’œil de paon touche plus particulièrement les oliviers cultivés en pot ou en bac, souvent plus fragiles que ceux installés en pleine terre, en particulier face aux excès comme au manque d’eau. De petites taches brunes et rondes, bordées d’un halo jaune, apparaissent sur les feuilles. Un champignon microscopique est à l’œuvre. Il affectionne les temps chauds et humides et se développe davantage à l’automne ou au printemps, deux saisons qui s’y prêtent mieux. Les feuilles touchées finissent par jaunir complètement et tombent.  

Quel traitement bio-compatible ? 

Pulvérisez une solution de bouillie bordelaise  à 10g/l au début du printemps et en fin d’été. 

Jeunes feuilles mangées, otiorhynque de l’olivier 

Les jeunes feuilles de l’olivier sont mangées en arc de cercle depuis leurs bordures. De petits excréments noirs ont été laissés par le coupable mais il est impossible de mettre la main dessus malgré une recherche intensive.  

feuille olivier mangee

En fait, le coupable existe bel et bien mais il est actif la nuit et se cache en journée au pied de l’arbre ou aux alentours. Il s’agit d’un petit coléoptère noir, l’otiorhynque de l’olivier. Les adultes consomment les feuilles de l’arbre, les larves les racines de vivaces proches. 

Quel traitement bio-compatible ? 

Arrêtez son manège en engluant le tronc à l’aide de bandes de glu . 

Mouche de l’olivier 

Ce sont les olives qui sont touchées. Une petite mouche, difficile à repérer, volète près de l’olivier en fin de journée. La femelle pond ses œufs dans les fruits en formation. Chaque olive est ainsi potentiellement porteuse d’une larve qui se nourrit de la pulpe. Le fruit finit par pourrir; il est de toute façon impropre à la consommation. Plusieurs générations de mouches de l’olivier peuvent se succéder au cours de l’année jusqu’à anéantir la récolte. 

Quel traitement bio-compatible ? 

La lutte contre la mouche de l’olivier se fait en deux étapes: 

  • Dans un premier temps, posez en prévention quelques pièges à phéromones, sur la périphérie de l’arbre. Ils vont permettre de détecter à temps l’apparition de la mouche. 
  • Dans un second temps, sa présence étant avérée, pulvériser une solution à base d’argile, en insistant sur les fleurs et les fruits en formation. L’argile agit comme une barrière mécanique et perturbe la ponte. Sensible à la pluie, le traitement est à renouveler régulièrement.

Bout des feuilles qui sèche

Cette fois, c’est l’extrémité des feuilles âgées (les plus jeunes jeunes ne présentent pas les symptômes) qui est  touchée. Le limbe brunit progressivement depuis l’extrémité en descendant vers la base de la feuille.

maladie olivier bout des feuilles marron
Le bout des feuilles de l’olivier devient marron et sèche. Ce problème spectaculaire est dû à une carence en potassium. Photo: Philippe.L (lecteur)

Généralement, seul 1/3 de la feuille est affecté, la zone de dessèchement s’arrêtant brutalement. Ces symptômes traduisent une carence en potassium.

Quel traitement bio-compatible ?

Amendez la terre aux pieds de l’arbre, sur l’ensemble de la surface à l’aplomb de la ramure, avec un engrais organique riche en potasse (élément K)

thrips sur olivier
Les jeunes feuilles de l’olivier se déforment, de minuscules insectes noirs sont visibles au revers: le thrips de l’olivier est à l’attaque !

Jeunes feuilles recroquevillées à l’extrémité des rameaux

Les jeunes feuilles situées à l’extrémité des rameaux se recroquevillent avant ou sitôt leur déploiement effectué. La sève de l’arbre, concentrée dans ces zones de croissance, aiguise l’appétit d’insectes piqueurs-suceurs de sève, en l’occurrence des thrips. Les thrips ne sont pas des insectes spécifiques de l’olivier, on les rencontre aussi fréquemment sur d’autres arbres ou arbustes d’ornement à l’image du laurier-tin (Viburnum tinus). Le thrips de l’olivier s’apparente à une petite mouche ailée à robe sombre (2,5 mm de longueur). Les femelles pondent leurs œufs à la surface des feuilles, le long des nervures.  Les larves et imago piquent ensuite les feuilles pour se nourrir de sève. Les feuilles attaquées se recroquevillent.

Quel traitement bio-compatible ?

Dès l’apparition des premiers symptômes, traitez l’extrémité des rameaux avec un insecticide d’origine végétale à base d’huile de colza. La pose de piège à phéromones permet de surveiller et d’anticiper les attaques, plus fréquentes en fin d’été.                                                                                                                         

Dernière mise à jour de cet article réalisée le Juil 25, 2019 @ 11 h 34 min

Tags
Afficher plus

Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

231 commentaires

  1. Bonjour, Il y a quelques mois j’ai pu acheter des oliviers assez âgés à des prix plutôt compétitif dans une grande surface, je m’attends a des variétés pas super mais bon, le fait est que j’ai pu les planter dans mon jardin aménagé sur un toit terrasse.

    Certain se portent mieux que d’autres et ceux les plus mal en point ont des branches qui sèchent et deviennent cassante. Je suis sur Lyon. On a pas eu trop de soleil en ce début d’année c’est certain mais bon. Puis je faire quelque chose pour améliorer la situation ?
    ( J’ai quelques photos mais je ne sais pas comment les mettre )

  2. Bonjour,
    On m’a offert il y a 1mois 1/2 un olivier en pot qui doit avoir entre 10 et 12 ans
    Mon problème c’est qu’en revena’t de ma semaine de vacance surprise toutes les feuilles sont marrons et sèches
    Elles n’ont pas l’air de tomber sauf quand on les touchent
    Je ne sais pas trop à quoi cela est dû j’ai cru à un manque d’eau (mais en 1 mois et en cette période c’est bizarre) mais comme la motte était sèche je l’ai arrosé mais aucun changement
    Je ne sais pas quoi faire
    Merci pour votre aide

    1. Bonjour,

      Vous avez trouvé la source du problème: un manque d’eau ! En pot, l’olivier est plus sensible à la sécheresse et en ce moment, ses besoins augmentent au fur et à mesure que l’atmosphère se réchauffe. Arrosez-le régulièrement, de nouvelles feuilles devraient repercer.

      1. Bonjour Mr Nunez,
        actuellement nous avons les oliviers dont les bouts sont blanches(forme de coton) et c’est la première fois que ça se produit .quelle est la solution si solution existe .merci bcp pour votre réponse bien cordialement .

      2. je pense que vous avez des cochenilles farineuses « pas de traitement radical malheureuse »!… je suis en train d’essayer sur le mien le purin d’orties cela ne fait que 3 jours !…je pulvérise tout les jours ..une vraie saloperie cette bestiole.
        bon courage

  3. Bonjour Bruno,

    Je viens récemment d’acquérir un terrain agricole implanté d’oliviers âgés de 20 ans environ. J’ai constaté dernièrement une couleur jaunâtre sur les troncs de quelques oliviers, comme le montre la photo ci-jointe.
    Je commence à m’inquiéter pour cette situation et je ne sais quoi faire? C’est pour cette raison que je vous écris pour avoir votre avis et vos conseils sur ce sujet.
    Dans l’attente, je vous remercie d’avance pour votre assistance.
    A noter que j’habite Tunis (climat méditerranéen)

  4. Bonjour,

    Au début de l’automne j’ai détéré deux oliviers pour les remettre droit et les enfoncer un peu plus.

    J’ai effectué une taille conséquente.

    Depuis et pour l’instant mes oliviers végètent, j’ai comme l’impression que les feuilles sèchent.

    Sur les photos il y a des tâches marrons.

    Je ne sais pas trop quoi faire, actuellement le le inondes une fois par semaine.

    C’est peut être l’erreur non ?

    1. Bonjour Philippe,

      C’est l’inverse ! Les oliviers doivent être plantés en légère butte pour que l’eau s’écoule !
      Et une taille effectuée au mauvais moment est une porte d’entrée potentielle pour les maladies. Il faut vraiment désinfecter l’outil de taille avant utilisation et les plaies après la taille ! On peut même couvrir les plus grosses d’un badigeon d’argile pour les protéger.

  5. Bonjour,

    je m’inquiète pour mon petit olivier en pot (j’habite à Paris) car les feuilles sont recroquevillées et ont une tendance à devenir marrons (un peu comme si elles étaient mortes ?)
    Je ne sais pas quoi faire pour qu’il reprenne de la vigueur et nous sommes en avril et je ne vois aucune amélioration). Également Je l’ai taillé il y a un mois les branches qui avaient trop poussées afin de garder un aspect boule.
    Auriez vous un conseil pour m’éclairer ? car j’ai fait beaucoup de forums mais je n’ai pas trouvé ce qu’il a 🙁

    merci !!

    1. Bonjour Marion,

      Sans photo, avec votre seule description, difficile d’établir un diagnostic. Les feuilles marron chez l’olivier peuvent résulter de divers problèmes. Vous pouvez m’en transmettre plusieurs à contact[at]jardipartage.fr.

  6. Bonjour Bruno (et autres lecteurs),
    J’ai un problème avec mon olivier planté par mon paysagiste depuis un an et demi (acheté et choisi avec lui chez son fournisseur –> pépinière) dans mon jardin au milieu d’un espace paysagé avec paillette d’ardoise et silex. Déjà la première année, j’ai remarqué un effritement au pied de l’arbre. Une personne du paysagiste est passé mais n’a pas constaté de problème à part quelques feuilles un peu « croquées »… mais cette année, le tronc de l’arbre perd son écorce par morceaux. l’écorce se décolle littéralement ! Je pense qu’il est malade ou qu’un champignon ou bactérie le ronge … ou des insectes sous l’écorce ? Mais pas de trace de sciure ni de trou…
    De plus, une branche (de bonne section) s’est cassée sous le vent. J’ai remarqué qu’à l’endroit de la cassure le bois était noirâtre et sec …
    Que faut-il faire ? Je dois revoir mon paysagiste prochainement mais j’aimerais me faire une idée par moi même.
    Faut-il mieux le changer ou le traiter ? Va-t-il garder ses « séquelles » ? Quels préconisations avant de replanter ?
    Merci pour vos réponses ! J’espère que cela va être pris sous la garantie !?

    1. Bonjour Tanguy,

      Même avec quelques photos, il est difficile et hasardeux d’établir un quelconque diagnostic. Pour le problème constaté, plusieurs causes peuvent néanmoins être possibles (ce ne sont que des hypothèses): un sol trop humide, qui retient l’eau ? des blessures au niveau des racines au moment de la plantation, ce qui serait alors une porte d’entrée pour les maladies ?… Pour rappel, l’olivier est un arbre qui pousse d’ordinaire sur des terrains bien drainés, voire franchement secs, dans des régions où l’ensoleillement est très fort…Si ces conditions ne lui sont pas offertes, au mieux il végète, au pire il dépérit…que le sujet soit jeune ou âgé…sachant que le risque pris est toujours plus élevé avec un arbre âgé. Un paillis minéral à ses pieds, comme c’est le cas chez vous, pour peu qu’il soit doublé d’un feutre géotextile ou, pire, d’une toile de paillage, est donc à éviter ! Cela augmente la rétention d’humidité et donc le risque qu’une maladie cryptogamique racinaire apparaisse. Une plantation en légère butte aurait été préférable. Il faudrait retirer commencer par retirer ce paillis et sonder dans quel état sanitaire se trouvent les racines…

      1. Bonjour Bruno,
        Merci pour cette réponse rapide.
        Nous habitons près de Nantes. Climat doux mais avec ses périodes de pluie.
        Le réchauffement climatique est donc favorable aux oliviers ! je note … 😉
        Je poserai la question au paysagiste concernant si un drainage a été effectué et si il y a eu une préparation du sol (lit de grosses pierres, gros graviers, gravier, couche de sable) avant la plantation. Ce qui me chagrine c’est qu’il n’a pas été placé sur une petite bute artificielle.
        Je serais surpris qu’en passant par un paysagiste expérimenté, aucune précaution n’aurait été prise pour éviter une eau stagnante à cet endroit.
        Encore merci poir votre réponse et vos conseils !
        Cordialement

      2. Bonjour Bruno,
        J’ai fait le constat d’un certain nombre de feuilles jaunes avec des taches noires ou brunes circulaires.
        Mon olivier est donc à priori attaqué par l’œil de paon (champignon Cycloconium Oleaginum)… Je pense que cela conforte le problème d’humidité (manque de drainage et d’aération de la terre).
        Existe-t-il un traitement efficace ?
        Merci

      3. Bonjour,

        Contre l’œil de paon, 2 actions:
        – aérer la ramure afin de favoriser la circulation d’air, ce qui a pour effet d’assécher plus rapidement le feuillage et donc d’enrayer une propagation des spores du champignon. Utilisez un sécateur désinfecté dans l’alcool ! Mes conseils de taille de l’olivier.
        – Traiter 3 fois entre le printemps et l’automne à 1/2 dose (par rapport au dosage mentionné sur l’emballage) à la bouillie bordelaise (sulfate de cuivre)
        On agit davantage en prévention qu’en curatif. Il faudra donc poursuivre les traitements en hiver et au printemps 2020 mais avec du purin de prêle cette fois. (bio)

      4. Merci Bruno pour ces conseils avisés.
        une personne de l’équipe du paysagiste est passé aujourd’hui pour inspecter l’olivier. Il y a en faite des vers … ce qui explique les petits trous que l’on peut voir en zoomant sur les photos.
        Il a appliqué une pâte cicatrisante sur les parties visibles et atteintes.
        Il a préconisé de pulvériser un fongicide et un insecticide adaptés. Pour l’œil de paon, il préconise comme vous la bouillie bordelaise.
        Je pense que les vers et les champignons sont les conséquence d’un trop d’humidité.
        De plus les 3 carex à proximité de l’olivier ont été retirés. Ils étaient couchés et en les remettant le premier droit il est resté dans la main du paysagiste ! 🙁
        S’attaquer aux conséquences, c’est bien. S’attaquer à la cause c’est mieux…
        Qu’en pensez-vous ?
        Je reste dubitatif …

  7. Bonjour Bruno,
    Je permets de vous interroger sur mes oliviers. Juste après l’automne j’ai constaté des tâches blanches sur le tronc ou autour de certains de mes oliviers. Cette substance (qui ressemble à un champignon, avec le temps noirci. Peux -ill s’agir du pourridié de l’olivier? Pour le moment rien entre le tronc et l’écorce mais j’ai constaté des champignon marron (pas couleur de miel, plus foncés) en sorti d’automne. J’ai appliqué de la bouillie bordelaise aprés la taille mais je ne sais pas quoi faire de plus.
    En vous remerciant pour votre réponse.
    Cordialement.

    1. Bonjour Maxime,

      Contre les champignons de de type (qui se développent à l’intérieur de l’arbre depuis le sol), on ne peut rien faire dans un jardin amateur. La bouillie bordelaise est inefficace dans ce cas précis. Laissez votre olivier évoluer, vous verrez bien ce qu’il adviendra. Des taches diversement colorées sur le tronc sont possibles sans qu’il s’agisse pour autant d’une quelconque maladie. Et pensez à prendre régulièrement des photos qui seront souvent plus descriptives que du texte.

      1. Merci pour votre réponse!
        Jai quelques photos de ces taches sur mes oliviers. Puis-je vous les transmettre afin que vous puissiez me donner votre avis?
        Encore merci poir votre réponse et vos conseils avisés!
        Cordialement

      2. Bonjour Maxime,

        Vous pouvez me les transmettre à contact[at]jardipartage.fr pour que j’illustre votre question et que je puisse y répondre en toute connaissance de cause 🙂 !

  8. Bonjour Bruno,
    Bravo pour tous ces conseils avisés. Je ne sais comment traiter mon olivier dont les branches présentent des petites verrues blanches et les feuilles se sont desséchées. On m’a dit cochenilles, j’ai traité 2 fois en 1 mois sans résultat. Dans une pelouse avec arrosage automatique depuis 15 ans, cet olivier était le plus beau des 3.
    Alors docteur quel diagnostic?

    1. Bonjour Claude,

      De loin, cela ressemble effectivement à des cochenilles farineuses que l’on rencontre parfois sur l’olivier. Ces insectes sont des piqueurs-suceurs de sève, des attaques massives peuvent conduire au problème constaté de de feuilles qui jaunissent puis sèchent et tombent. Je suppose que vous avez essayé un traitement proposé par votre jardinerie. Essayez quand même, si vous avez de l’huile de colza de tremper un coton tige dedans et de badigeonner chacune de ces « verrues » avec. Si ce sont des cochenilles, elles étoufferont rapidement.
      Si le problème persiste, (bien que je n’ai jamais rien vu de pareil) je pense alors qu’il s’agit d’une maladie cryptogamique et que ces verrues sont la manifestation d’une attaque déjà bien avancée de l’arbre. Ces attaques passent souvent inaperçues: elles débutent en effet par les racines et sont systémiques: le champignon colonisant peu à peu l’intérieur de l’arbre. Il n’y aurait malheureusement dans ce cas rien à faire si ce n’est éliminer cet olivier pour éviter la propagation de la maladie à ses voisins. Je vous conseille également de stopper les arrosages automatiques de cette pelouse, l’humidité favorisant le développement potentiel de champignons !

      1. Bonjour Bruno,
        Le temps a passé et le problème persiste malgré les anti cochenille et l’huile de colza. Effectivement il y a des trous sous les verrues qui semblent être du bois digéré ou non. La méthode du coton tige est difficile à appliquer car il y a trop de trous. Nous avons passé un gant imprégné d’huile de colza sur les branches. L’olivier n’a pas vraiment l’air mort mais mal en point. Nous allons passer au hautes doses, n’ayant plus rien à perdre.

      2. Bonjour Claude,

        Votre olivier est alors probablement victime du scolyte de l’olivier (que l’on appelle aussi Neiroun) ou de l’hylésine de l’olivier. Au niveau d’un jardin amateur, la lutte est difficile car il n’existe pas de traitement « grand public ». L’huile de colza est dans ce cas inutile. elle ne peut être efficace que lorsqu’elle est appliquée directement sur l’insecte ou ses larves pour les étouffer.

  9. Bonjour,
    J’ai une question concernant mon olivier.
    Hier, je lui ai taillé quelques branches et je me suis aperçu que certaines feuilles avaient jaunies. Elles sont souple mais jaunies. Il est exposé plein sud du côté de la région toulousaine. Mais effectivement, quand le vent d’Est souffle, il est très exposé et c’est surtout la partie côté Est touchée par ses feuilles jaunes. Mon olivier est en pleine terre depuis deux ans.
    Merci beaucoup de m’éclairer à ce sujet !
    Ça m’inquiète, j’y tiens beaucoup, c’est mon olivier offert pour mes 30 ans…

    1. Bonjour Julie,

      Il est effectivement possible que le vent soit responsable du problème, d’autant plus que seul visiblement le côté Est de l’arbre est touché. L’olivier a besoin de chaleur et déteste les courants d’air froid. Etant donné votre localisation (région toulousaine) et la provenance du vent, il se pourrait aussi que ce dernier soit trop asséchant. (les feuilles jaunissent souvent par manque d’eau). Ne pouvez-vous pas jouer d’un brise-vent de ce côté (une haie, une palissade bois) pour casser le courant d’air ? Pour être efficace, il faut qu’il soit disposé à 2/3 mètres de l’arbre.

      1. Bonjour Bruno,
        Merci beaucoup pour votre réponse.
        Mettre un brise vue ou palissade de ce côté est difficile car c’est l’entrée, le devant de la maison.
        Déjà ça me rassure que ce ne soit pas grave.
        Là, je lui ai gratté la terre tout autour du tronc et mis un tout petit peu d’engrais et bien arrosé. Et vu comment il absorbait cette eau, je pense qu’il avait soif 😉
        Je vais suivre l’évolution et je reviens vers vous si jamais.
        Merci beaucoup !

      2. il me semble apercevoir des petits cailloux autour du pied de l’olivier, je me demande si ça ne maintient pas une humidité néfaste pour l’olivier, personnellement j’éviterai tout en surveillant les arrosages vu que l’olivier est en pot !

  10. Bonjour Bruno,

    suite a la réponse a mon mail je partage mon soucis :

    Je me permets de vous contacter en vous envoyant quelques photos (par mail) de mon olivier qui est mal au point, je l’ai eu pour mon anniversaire en septembre 2018, je l’ai rempoté et il allait très bien jusqu’à fin novembre, je suis d’auvergne(clermont-fd) et au moment de l’hiver j’ai décidé de le rentrer car peur du gel et je l’avais mis près d’une fenêtre dans la cuisine en croyant qu’il allait être bien, malheureusement comme vous pouvez le voir sur les photos, il a perdu beaucoup de ses feuilles, et tout un côté est bien desséché et bout des feuilles brulées. Il y a environ un mois je l’ai ressorti, mis près du mur de ma maison exposé au soleil sur conseil d’une jardinerie et j’ai acheté une housse de protection mais j’ai l’impression que cela n’arrange rien… j’ai vraiment besoin de votre aide car il compte beaucoup sentimentalement pour moi.

    1. Bonjour Sébastien,

      C’est un bonne chose de l’avoir sorti. Il ne faut jamais cultiver un olivier en intérieur, l’air y est trop sec et la luminosité trop faible, même à proximité d’une fenêtre.
      Il faudrait d’abord tailler l’1 des rameaux sans feuilles pour voir si la section est encore verte, auquel cas le feuillage repartira au printemps. Sinon, supprimez (taillez) tous les rameaux secs pour nettoyer et redonner de la vigueur.
      En avril, il faudra également rempoter dans un pot à peine plus grand avec un terreau neuf. Vérifiez enfin les parasites (cochenilles) agrippés sur les rameaux. Il me semble en voir en zoomant sur le rameau qui flétrit. Traitez avec une huile blanche si vous repérez leur présence.

      1. 1000 Merci Bruno d’avoir pris le temps de me répondre, et je vais suivre a la lettre vos conseils et j’espère qu’il repartira.
        continuez comme cela 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer