L'étéle jardin naturelLe verger

Les maladies et ravageurs du figuier

Les figuiers (Ficus carica) sont de robustes arbres fruitiers si l’on prend soin de leur offrir les conditions de culture qu’ils affectionnent : un sol fertile et bien drainé (surtout en période hivernale), une exposition la plus ensoleillée possible et, bien sûr, toujours privilégier une variété adaptée au climat de sa région. Quand bien même ces règles élémentaires sont parfaitement respectées, il n’en demeure pas moins que l’arbre reste soumis, comme d’autres fruitiers, à un certain nombre de maladies et de ravageurs. Apprenez à les identifier et à réagir en conséquence !

Les maladies du figuier

Mosaïque du figuier

A l’image du haricot, le figuier est parfois atteint d’un virus inoculé par les piqûres répétées d’un minuscule acarien : Aceria ficus. Mais la porte d’entrée du virus peut tout aussi bien résulter de l’utilisation d’outils de taille ou de greffage contaminés et non désinfectés d’un arbre à l’autre.

La mosaïque peut affecter l’ensemble du figuier ou se résumer à quelques branches. Les feuilles touchées apparaissent criblées de petites boursouflures consécutives aux piqûres de l’insecte. Elles comportent aussi de vastes taches claires, presque jaunes, alternant avec des zones plus vertes. Certaines feuilles peuvent même paraitre atrophiées, de couleur vert pâle. Dans les cas d’infection les plus sévères, la croissance du figuier est freinée et la production fruitière réduite à sa plus simple expression.

Comment réagir ?

Malheureusement, il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement permettant d’éradiquer la mosaïque du figuier. Seules des mesures préventives, en l’occurrence des conditions de culture optimales (sol drainé sans excès ni manque d’eau, soleil, éléments nutritifs à disposition, pas de taille sévère…) contribuent à éviter l’apparition de l’Aceria ficus et donc du virus.

Pourriture racinaire

Au printemps, tout semble se dérouler pour le mieux. Les bourgeons terminaux ont laissé place à de jeunes feuilles qui se déploient peu à peu. Néanmoins, dès les premières journées chaudes, une partie ou la totalité des feuilles jaunissent (en fonction de l’étendue de la pourriture) et paraissent prostrées sans raison apparente. Dans les formes les plus graves, les feuilles et les fruits en formation brunissent puis sèchent, avant de tomber. En réalité, le figuier meurt à petits feux puisque ses racines, complètement asphyxiées par le développement du champignon responsable de la pourriture racinaire, sont dans l’incapacité d’alimenter les parties aériennes.

figuier malade
Au début de l’été, ce figuier a vu ses feuilles et figues en formation jaunir et se recroqueviller, conséquences de la pourriture racinaire. L’arbre est mort en peu de temps. Jardin d’Antoine (64)

Si les symptômes initiaux peuvent laisser penser à un manque d’eau, il convient de ne surtout pas arroser, l’ambiance humide associée à la chaleur accentuant le développement du champignon.

Comment réagir ?

Une fois déclarée, la pourriture racinaire est malheureusement difficile à combattre, l’arbre est donc souvent condamné. Les traitements à l’aliette, un fongicide véhiculé par la sève, peuvent s’avérer efficaces si l’arbre est partiellement affecté. Le meilleur remède reste une nouvelle fois celui de la prévention. Installez le figuier en sol parfaitement drainé pour éviter l’accumulation excessive d’eau en hiver et au printemps. Évitez également les apports trop localisés d’engrais ou de fumier, ainsi que de blesser l’arbre au niveau de ses racines superficielles ou à la base du tronc.

Les ravageurs du figuier

Teigne du figuier

A la fin du printemps ou en début d’été, un papillon marron (Eutromula nemorana) pond ses œufs sur les feuilles du figuier. Les chenilles qui naissent rongent ces mêmes feuilles pour se nourrir. Ces dernières se recroquevillent et brunissent. Si les attaques de la teigne du figuier sont localisées, le problème est sans incidence sur la récolte des figues et sur la santé globale de l’arbre.

Comment réagir ?

En prévention, installez des nichoirs à proximité du verger pour favoriser la présence de prédateurs naturels de la teigne, notamment les mésanges. En cas de forte infestation, pulvérisez par temps sec un traitement bio de bacille de Thuringe, à renouveler au besoin.

 Cochenille, céroplaste du figuier

Les cochenilles sont parmi les plus redoutables ravageurs des fruitiers. Le céroplaste du figuier (Ceroplastes rusci) n’y fait pas exception. Les adultes se fixent indifféremment sur les branches, les feuilles ou les fruits pour se nourrir de sève, restant protégés par leur carapace grise violacée similaire à celle d’une tortue. Comme sur l’olivier, la présence de cochenilles s’accompagne d’une flopée d’indices : apparition d’une poudre noire sur les feuilles (fumagine), ballet incessant de fourmis et de petites abeilles opportunistes venant se nourrir du miellat sucré produit par les cochenilles. Si l’attaque est d’envergure, le développement de l’arbre peut s’en trouver fortement réduit et son allure paraît triste.

Comment réagir ?

Il est assez facile d’éradiquer les cochenilles au moyen de traitements bio à base d’huile de colza effectués en fin d’hiver ou en cours de végétation.

Mouche noire du figuier

Principalement observée dans le Sud-Est du pays, la mouche noire du figuier (Lonchaea aristella) est parfois responsable à elle seule de la chute prématurée de la presque totalité des figues. La mouche pond ses œufs dans les fruits au début de leur croissance, quand ils sont encore verts. Les figues attaquées changent de couleur bien avant de parvenir à maturité et tombent.

Comment réagir ?

Installez des pièges à glue pour détecter les premiers vols des mouches. Des pièges à phéromones permettent ensuite de capturez les mâles adultes, empêchant de fait l’accouplement et, par voie de conséquence, les pontes. En prévention, vous pouvez également pulvériser une décoction de tanaisie ou d’absinthe. (30 g de feuilles de tanaisie pour 1L d’eau portée à ébullition, macération de 24h).

Ver dans les figues

Ce sont les vers d’une autre mouche (Cerastitis capitata) que l’on trouve parfois logés à l’intérieur des fruits. Les larves de l’insecte hivernent au niveau du sol. Dès les premiers signes du réchauffement printanier, elles sortent de leur léthargie et se transforment en adultes. Les femelles pondent leurs œufs en cours d’été. Les fruits attaqués présentent souvent un petit trou. Les figues parviennent tout de même à maturité mais les fruits sont dévorés de l’intérieur.

Comment réagir ?

Les moyens de lutte visant à limiter les dégâts sont similaires aux attaques de la mouche noire, à savoir le piégeage à l’aide de phéromones.

Scolyte du figuier

Il s’agit d’un petit coléoptère noir d’environ 1 mm de long (Hipoborus ficus). L’espèce est spécifique au figuier. Les attaques se concentrent plus fréquemment sur les arbres malades, chétifs ou faibles. Le scolyte du figuier ronge l’écorce, les dégâts pouvant être observés au printemps. Si rien n’est fait, les branches creusées sèchent progressivement avant de mourir.

Comment réagir ?

Dès l’apparition des premiers dégâts, coupez et éliminez les rameaux les plus atteints en les brûlant dans un incinérateur.

Nourrissez les arbres affaiblis pour les aider à se défendre par leurs propres moyens. 

Mis à jour le Fév 2, 2019 @ 9 h 08 min

Tags
Afficher plus

Bruno Nunez

Jardinier du côté de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les végétaux et l'univers du jardin. Des infos, des expériences, des portraits de plantes, les animaux, le bien-être par les plantes...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, du naturel avec une bonne dose de bon sens !

8 commentaires

  1. Bonjour,
    j’ai planter un figuier ne pleine terre (argileuse calcaire) il y a une semaine, en pleine exposition au soleil et avec un seul gros arrosage. Depuis il pleut assez fréquemment donc je n’ai pas arrosé. Mais les feuilles du figuier se « ramollissent » et se flétrissent sans jaunir, en passant directement au marron. A t-il soif? Ou bien est-il en overdose d’eau? Merci pour votre aide.

    1. Bonjour Bruno,

      On ne peut pas faire grand chose. Cette année est particulière pour les figues. Nombreuses elles s’ouvrent souvent avant de parvenir à maturité. Les journées (encore) très chaudes contrastée avec des nuits fraîches ne sont pas favorables. Les fruits pourrissent avant d’être consommés. Ramassez les fruits les plus abîmés, éliminez-les. Pour les autres, triez. Même très mûrs, ils peuvent faire une excellente confiture.

    1. Bonjour Françoise,

      Votre figuier n’est-il pas un figuier mâle ? C’est probablement le cas s’il a poussé tout seul (à partir de graines transportées par les oiseaux) et si les figues restent spongieuses et tombent sans jamais mûrir. Si votre figuier correspond à cette description, il ne donnera malheureusement pas de fruits comestibles.

  2. Mon figuier perd son écorce (peau) par plaques qui se déssèchent et laissent le bois à nu. Les feuilles se raréfient et restent chétives. Quelques fruits apparaissent mais restent de petites taille. Au printemps j’ai pulvérisé de la bouillie bordelaise et cet été, voyant du lichens restant sur les branches, je les ai nettoyées au Karcher. Je crains que sa maladie persiste et je ne sais plus quoi tenter pour le sauver.

    1. Bonjour Michel,

      L’écorce se décollant par plaques signe probablement une maladie systémique: c’est à dire un champignon s’étant développé dans les racines et s’étendant progressivement à l’ensemble de l’arbre; ce que semble aussi confirmer la raréfaction des feuilles ou des rameaux se desséchant brutalement. On ne peut malheureusement rien faire pour lutter contre cela, la bouillie bordelaise n’ayant aucun effet sur ce type de maladie cryptogamique.
      Le nettoyeur à haute pression n’a pas dû aider ! Trop agressif, trop humide ! J’en profite pour rappeler que le lichens n’est absolument pas dangereux pour les arbres fruitiers (je vous conseille à ce titre la lecture de cet article qui développe le sujet).

  3. Mes figues presque mûres pourrissent par le dessus, comme si elles étaient brûlées par le soleil.
    Elles se couvrent d’une sorte de chancre marron.
    Elles ramollissent et sèchent,
    Je n’ai pas trouvé cette maladie sur les sites autorisés.

Répondre à Michel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer