huile de neem | Jardipartage

L’huile de neem, un insecticide naturel efficace

Découverte il y a des siècles par les agriculteurs indiens, l’huile de neem apparaît aujourd’hui comme une alternative écologique aux pesticides chimiques. On l’extrait des graines du margousier, un arbre ancestral de la famille des méliacées et on l’utilise pour ses puissantes propriétés insecticides et acaricides.



Biodégradable, l’huile de neem offre ainsi une solution durable pour protéger les cultures sans nuire à l’environnement. Découvrez dans cet article d’où vient l’huile de neem et comment l’utiliser.

D’où vient l’huile de neem ?

Le neem, ou margousier (Melia Azadirach), est un arbre de la famille des méliacées originaire d’Inde. On produit l’huile de neem à partir des graines broyées. Économique et efficace, les agriculteurs indiens l’utilisent depuis des siècles pour ses propriétés insecticides et acaricides.

huile de neem insecticide | Jardipartage
On extrait lhuile de neem des graines du margousier cet arbre ancestral de la famille des méliacées © sarangib

En effet, l’huile contient une substance active appelée azadirachtine. On obtient l’huile à partir des noyaux contenus dans les graines. Le reste des noyaux, appelé gâteau de neem, s’utilise comme engrais et pesticide. On le donne aussi aux animaux en agriculture biologique pour traiter les maladies parasitaires et bactériennes, en remplacement des antibiotiques.

Contre quels parasites l’huile de neem est-elle efficace ?

L’huile de neem est efficace pour lutter contre plusieurs centaines d’insectes et d’acariens. Parmi eux, les chenilles, les larves de coléoptères, les sauterelles, certains pucerons, les araignées rouges, les aleurodes, les nématodes, les cochenilles, certains diptères et certains thrips, comme celui de l’oignon.

Par ailleurs ,l’huile de neem est aussi fongicide et permet de prévenir un certain nombre de maladies cryptogamiques comme le botrytis, la rouille ou encore l’anthracnose.

Comment l’huile de neem agit-elle ?

L’huile de neem agit à plusieurs niveaux contre les ravageurs :

  • elle paralyse le tube digestif des insectes qui cessent de se nourrir et meurent ;
  • elle bloque les mues chez les larves, qui ne parviennent donc jamais au stade adulte et finissent par mourir ;
  • enfin, elle inhibe la reproduction sexuée, empêchant la multiplication de ces insectes.

Comment utiliser cet insecticide ?

L’huile de neem s’utilise pour lutter contre des parasites installés, mais aussi en prévention, grâce à son action répulsive.

Si vous ne trouvez pas de préparation prête à l’emploi, vous pouvez la faire vous-même.

Pour cela, mélangez un litre d’eau, 2 à 3 ml de savon noir ou de savon liquide (utilisé comme liant) et ajoutez l’huile de neem à raison de 5 ml pour un traitement préventif, et 20 ml pour un traitement curatif.

Agitez bien avant emploi et pulvérisez directement sur les feuilles des plantes une fois par semaine.

Attention : agissez le soir, car il ne faut pas exposer l’huile de neem au soleil ni aux fortes chaleurs.

Pourquoi cette huile fait débat?

L’huile de neem est un produit naturel et sans danger pour l’homme. Biodégradable, elle n’entraîne pas de résistance chez les insectes, ce qui en fait un produit de choix pour lutter contre les insectes ravageurs.

Cependant, elle n’est pas autorisée à la vente en France pour un usage phytosanitaire. En effet, l’azadirachtine, son principal composant actif, a été refusé par la Commission européenne en 2008.

Elle n’est donc pas commercialisée comme insecticide sur des cultures végétales. Il est toutefois possible de s’en procurer puisqu’elle est vendue pour un usage ménager ou cosmétique.

À noter que son usage est autorisé en agriculture biologique aux USA. Les producteurs biologiques français militent d’ailleurs pour son utilisation et demandent qu’elle soit classée en PNPP (Préparation naturelle peu préoccupante) à l’instar de la décoction de tanaisie et d’ail.

author avatar
Camille Gauthier
Amoureuse des plantes, j'allie ma passion pour le monde végétal à mon métier de rédactrice web. Et quand je ne rédige pas, j'expérimente la permaculture, je m'inspire de nouvelles associations lors mes balades et je prends soin de mon jardin. (j'ajoute que les pépinières sont mes boutiques favorites pour le shopping !) Depuis quelques mois, mon jardin est situé de l'autre côté de l'Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut