Ravageurs et parasites

Guide des plantes mellifères

Les insectes pollinisateurs diminuent, c’est un fait ! Qu’ils soient victimes du frelon asiatique, mais aussi, et on aurait tendance à l’oublier, de la prolifération du béton ou de jardins moins diversifiés qu’avant, il semble urgent que chacun, à son niveau, se préoccupe de la protection des abeilles !

Un pacte scellé entre les abeilles et les plantes mellifères

Cela fait plusieurs millions d’années que dure le pacte qui unit les abeilles et les plantes mellifères car il est profitable aux deux parties.

Une très grande majorité des plantes fleuries utilise ainsi les abeilles et des pollinisateurs de toutes sortes pour transporter le pollen d’une plante à une autre, ce qui permet d’assurer leur reproduction (c’est la pollinisation croisée).

En récompense de ce service, les abeilles profitent du nectar et du pollen offert par les fleurs.

Comment les plantes mellifères attirent-elles les abeilles ?

Pour plaire aux abeilles, les plantes ont en réalité développé différentes spécificités :

  • Une forme de fleurs adaptée à un atterrissage en douceur : fleurs en disque, à lèvres ou en cloche.
  • Des couleurs attractives pour les abeilles, notamment dans le spectre des UV (bleu vert, jaune)
  • Des molécules et des essences volatiles : quand ça sent bon, c’est que c’est bon !

4 récompenses offertes aux abeilles par les fleurs

En échange du service rendu, les plantes attractives produisent pour les insectes pollinisateurs 4 types de substances utiles à la vie de la ruche :

  • Le nectar : un liquide sucré, sécrété au niveau des fleurs par des tissus spécialisés, les nectaires. Les abeilles utilisent l’excédent de nectar comme élément de base pour la fabrication du miel. Elles parcourent parfois de grandes distances pour trouver les meilleures plantes nectarifères.
  • Le miellat : un autre liquide sucré produit non pas par les fleurs, mais par certains insectes suceurs de sève comme les pucerons ou les cicadelles. Les abeilles récoltent le miellat et peuvent l’utiliser pour fabriquer du miel. Mais ce ne sont pas les seuls insectes à profiter du miellat : les fourmis en raffolent aussi !
  • Le pollen : une substance très riche en protéines, indispensable aux abeilles pour nourrir les larves et les adultes. Les ouvrières stockent ce pollen dans certaines alvéoles de la ruche en prévision du manque de nourriture de l’hiver.
  • La propolis : une substance collante et imperméable, obtenue par les abeilles à partir de la gomme des bourgeons de certains types d’arbres mélangée à des éléments régurgités par les ouvrières. La propolis est utilisée pour colmater des brèches et rendre la ruche imperméable. Mais elles peuvent aussi s’en servir pour momifier les cadavres de certains prédateurs trop gros pour être évacués de l’intérieur de la ruche.

Un guide des plantes mellifères

Les auteurs de ce guide, Thomas Silberfeld et Catherine Reeb, tous deux botanistes, publient régulièrement des articles dans des revues apicoles spécialisées.

Dans la première partie de ce guide, ils s’attachent à expliquer simplement – mais de façon suffisamment détaillée – comment les plantes fleuries et les abeilles se sont unies au fil du temps au point de dépendre désormais les unes des autres : ce que les biologistes appellent le mutualisme. On découvre en particulier toutes les stratégies mises en œuvre par les plantes pour attirer les secondes sur leurs fleurs.

Dans la deuxième partie de ce guide, plus volumineuse et traitée de façon encyclopédique, les deux auteurs proposent, sous forme de fiches pratiques, une importante une liste de plantes fleuries utiles au potager et plus généralement au jardin.  Elles sont regroupées par familles botaniques, elles-mêmes étant déclinées dans l’ordre alphabétique.

Chacune :

  • S’accompagne d’un beau dessin d’illustration
  • Présente les caractéristiques morphologiques de la plante,
  • Développe ses attraits ornementaux,
  • Son milieu de vie,
  • Et se termine toujours par une note sur son intérêt apicole.

guide des plantes mellifères

On trouve des espèces florales agricoles ou horticoles, des plantes mellifères sauvages, des arbustes, des arbres, …

Cette liste de plantes attractives pourra servir de point de départ à la création d’un jardin attirant les pollinisateurs.

Cet ouvrage est donc un guide complet sur les plantes mellifères, pratique à glisser dans une poche, pour tous ceux qui souhaitent participer à la protection des pollinisateurs. Rappelons qu’ils sont menacés et pourtant essentiels à la vie végétale et très certainement aussi, par ricochets, à la vie humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page