Jardin d'ornementJardiner au printemps

Des pavots au grand coeur…

Les coquelicots s’épanouissent en juin en plein soleil, ici en bordure d’un champ, là sur le bas-côté d’une route ou encore plus étonnamment jusque entre les fentes du bitume urbain. Leur couleur rouge chatoyante ne laisse personne indifférent. Mais savez-vous seulement qu’il existe dans la grande famille des pavots à laquelle appartient le joli coquelicot, des plantes vivaces d’une incroyable diversité de formes, de taille et de couleurs ? Voilà des plantes faciles à cultiver pour qui souhaite distiller des taches colorées dans les massifs à l’approche de l’été, à la manière des peintres impressionnistes.

La fleur du pavot

D’une ample touffe de feuilles basales, comme soigneusement découpées, se dressent au cours du printemps de hautes tiges couvertes de poils soyeux. Ainsi se prépare la floraison du pavot, d’un bouton terminal qui naît et se renfle avant de laisser éclater au grand jour d’éphémères mais spectaculaires  corolles. On ne peut alors qu’admirer leurs  pétales délicatement chiffonnés, que l’on dirait découpés dans du papier de soie.

Le pavot d’Orient (Papaver orientale)

Pavot d'Orient papaver orientalis
Pavot d’Orient (Papaver orientale)

Vivace, le pavot d’Orient est originaire des montagnes d’Arménie et du Caucase. On le trouve en godets dans les jardineries, sous de nombreuses variétés aux fleurs blanches, orange ou rouges,…

Perchées à plus de 60 centimètres de haut sur des tiges souples mais épaisses, les grandes fleurs  rouges du pavot d’Orient « Alegro » dévoilent un cœur noir et de belles taches sombres à la base des quatre larges pétales.

Installée en terre de jardin ordinaire,  plutôt profonde et bien drainée, cette plante prospère et supporte même bien la sécheresse estivale durant laquelle elle entre en repos. Son entretien est des plus aisés, se limitant seulement à nettoyer la touffe de feuilles lorsque la floraison touche à sa fin et avant le démarrage de la nouvelle végétation. Le pavot d’Orient se multiplie aisément par division de touffes à l’automne ou à partir de boutures hivernales de racines.

Le pavot des Alpes (Papaver burseri)

pavot des alpes
Pavot des Alpes (Papaver burseri)

Voilà un autre représentant de la famille mais d’un tout autre format que son cousin d’Orient. D’une hauteur de 15 centimètres, le pavot des Alpes trouve plus particulièrement place au sein des massifs pauvres et ainsi qu’aux rocailles.

Au-dessus de sa touffe de feuilles aux allures gazonnantes, s’extirpent  ainsi de juin à septembre de courtes hampes de fleurs diversement colorées, du blanc à l’orange. Avec le temps, cette vivace légère s’installera et se ressèmera naturellement  pour tapisser le un massif minéral

Une fois bien installé, le pavot des Alpes ne demande presque aucune attention, sinon que l’on veille au retrait de ses fleurs fanées et qu’on lui garantisse un sol restant frais l’été.

Mis à jour le Nov 6, 2019 @ 9 h 06 min

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer