Potager bio

Jardipartage vous propose des conseils pour cultiver votre potager sainement. Que vous soyez un jardinier débutant ou confirmé, cultivez vos légumes en bio ou en permaculture, en toute saison. Effectuez vous-même les semis de graines, le suivi des cultures et profitez rapidement de vos récoltes !

  • Photo of La culture des navets en 6 (bons) conseils

    La culture des navets en 6 (bons) conseils

    Avant l’arrivée de la pomme de Terre depuis le Nouveau-Monde, le navet était le légume-racine le plus consommé. Bien que traditionnellement associé aux légumes et aux plats d’hiver, son semis et sa culture sont possibles dès le mois de février pour peu que l’on utilise des variétés adaptées. Il est simple à cultiver si ses deux points de sensibilité (il craint la chaleur et développe les mêmes maladies que les choux) sont maîtrisés. Voici 6 conseils pratiques pour réussir sa culture.

    Lire la suite »
  • Photo of 7 conseils de culture des betteraves

    7 conseils de culture des betteraves

    La betterave est l’une des plantes potagères les plus faciles à réussir. Mais c’est également l’un des légumes-racines les plus appréciés du potager. Je vous propose aujourd’hui de découvrir 7 conseils très pratiques pour la cultiver chez vous.

    Lire la suite »
  • Photo of Réussir la culture de la carotte en 10 conseils

    Réussir la culture de la carotte en 10 conseils

    Facilement identifiable à ses fanes vertes touffues et sa racine allongée et orangée, la carotte est sans nul doute l’un des légumes les plus utilisés en cuisine, en toute saison, crue ou cuite. Voici 10 conseils pour réussir sa culture.

    Lire la suite »
  • Photo of 10 conseils pour cultiver les fèves

    10 conseils pour cultiver les fèves

    Les fèves font partie de ces légumes un peu tombés dans l’oubli. Pas totalement disparus de nos potagers mais presque.  C’est pourtant bon des fèves crues, à la croque-au-sel. Ou bien cueillies jeunes et juste revenues dans une poêlée de légumes. Voici 10 conseils très pratiques pour les cultiver. #1 Le premier légume à semer. Ou le dernier. Dans le nord de la France, le semis de fève peut s’effectuer dès la fin d’hiver (février) ou au tout début du printemps (mars). Choisissez alors des variétés au cycle de culture rapide comme « Fèverole » ou « Express ». Dans les régions aux hivers doux, le semis de fève peut même s’effectuer à l’automne (d’octobre à mi-décembre), de préférence avec des variétés à longue…

    Lire la suite »
  • Photo of Cultiver les légumes sous serre [livre]

    Cultiver les légumes sous serre [livre]

    Jean Venot  pratique la culture sous serre depuis plus de 20 ans. Il présente dans ce livre des techniques simples et économiques pour produire et récolter au potager des légumes tout au long de l’année, même en plein cœur de l’hiver.

    Lire la suite »
  • Photo of Le potager en novembre: quels travaux ?

    Le potager en novembre: quels travaux ?

    L’été est désormais loin, l’automne bien entamé. Novembre signe au jardin le retour de pluies abondantes en même temps que s’offre au regard la palette de couleurs chatoyantes ! Il est temps de préparer  le potager, et l’assiette, au changement de température. L’automne est la meilleure saison pour les plantations. La terre encore chaude et l’humidité sont propices au jardinage. Voici quelques idées de travaux qui peuvent être conduits au potager en novembre.

    Lire la suite »
  • Photo of Comment alléger une terre argileuse ?

    Comment alléger une terre argileuse ?

    Les terres lourdes et argileuses sont le cauchemar de beaucoup de jardiniers. Dès les premières grosses pluies, elles se gorgent d’eau et deviennent impraticables. La terre colle aux chaussures, on glisse dessus. En période sèche, au contraire, les terres argileuses durcissent rapidement et se craquellent. Difficile dans ces conditions de cultiver convenablement quoi que ce soit dans son potager. Le problème n’est pourtant pas insurmontable et il est même possible, en quelques années, de parvenir à corriger le sol, à l’assouplir jusqu’à le rendre parfaitement cultivable. D’autant plus qu’une terre argileuse a quand même de belles qualités. : elle est  consistante et surtout fertile. Pour corriger l’excès d’argile, il est nécessaire d’apporter de la matière organique. C’est d’ailleurs l’élément clé.…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment faire des boutures de romarin ?

    Comment faire des boutures de romarin ?

    Ce n’est pas lorsqu’il fleurit, aux mois de février ou de mars, que se bouture le romarin. Comme beaucoup d’autres plantes, la période idéale pour multiplier cette plante aromatique est plutôt courant septembre ou en début d’automne, quand la plante concentre ses efforts sur le développement du système racinaire. Avant tout, préparez un substrat de rempotage léger constitué d’un mélange à parts égales de terreau à semis du commerce et de sable fin. Utilisez ensuite au choix, une bouteille d’eau en plastique (à découper) pour le bouturer à l’étouffée ou bien une plaque alvéolée. Dans chacun des deux cas, remplissez le contenant du substrat et tassez avec les doigts. Humidifiez abondamment. Préparez les boutures. Pour cela, coupez au sécateur des…

    Lire la suite »
  • Photo of Cultiver son potager naturel

    Cultiver son potager naturel

    A l’heure de sa retraite au début des années 2000, Jean-Marie Lespinasse se tourne vers son potager.  Lui qui était chercheur à l’INRA de Bordeaux ne peut s'empêcher de continuer à tester, mesurer…

    Lire la suite »
  • Photo of Une pharmacie naturelle à portée de main

    Une pharmacie naturelle à portée de main

    Heureusement que les jardiniers n’ont pas attendu l’invention des produits phytosanitaires pour parvenir à (bien) cultiver leurs légumes !  Comment faisaient les maraîchers de Paris, alors, pour produire de beaux légumes  au XVIII ème ? Eh bien, ils utilisaient  des moyens rudimentaires, mais ô combien  ingénieux ! Dans leurs parcelles, sans doute réservaient-ils aussi déjà une large place à 4 plantes :  l’ortie, la consoude, la prêle des champs (ou des marais) et la fougère ? Quatre plantes à la base d’une véritable petite pharmacie du jardin… Purins d’ortie, de prêle, de consoude et de fougère Toutes ces plantes se rencontrent à l’état sauvage. Elles s’utilisent en extrait fermenté (que l’on appelle aussi couramment purins). Concrètement, il s’agit d’hacher plus ou moins finement…

    Lire la suite »
  • Photo of Cultiver sur « butte sandwich »

    Cultiver sur « butte sandwich »

    La culture sur butte sandwich est une technique de culture ancienne, probablement utilisée dès l’Antiquité par les Romains puis, plus tard au Moyen-âge, par les moines. Elle est remise au goût du jour par dans une technique de jardinage en vogue: la permaculture. (culture sur sol couvert de matière organique en permanence) Comment créer une butte Sandwich ? Il faut au préalable décaisser le futur emplacement de 30 à 35 centimètres de profondeur. Le principe consiste ensuite à monter sur cet emplacement une butte en commençant par un lit de troncs et branchages. Ces troncs et branches entassées vont assurer non seulement l’aération mais aussi le drainage de la butte. Par-dessus est étendue une bonne couche de déchets de tontes, de déchets…

    Lire la suite »
  • Photo of Le bon arrosage des tomates…

    Le bon arrosage des tomates…

    La tomate joue à merveille la partition de « l’assoiffée » : feuilles pendantes, qui se recroquevillent sur leurs bords ou s’enroulent… Le jardinier débutant s’apitoie devant un tel spectacle et l’abreuve d’un arrosoir (10-11 litres) par semaine. Disons-le immédiatement : c’est trop ! Moitié moins suffit et je me plais même à dire que la tomate aime souffrir et avoir soif. Comment définir un bon arrosage des tomates alors ? Le bon arrosage des tomates est celui réalisé au pied Il faut à tous prix éviter de mouiller les feuilles, notamment en s’interdisant l’arrosage par aspersion. Son effet est désastreux puisque les champignons, comme le mildiou, n’attendent que ça pour se développer ! D’ailleurs, les tomates poussent bien mieux sous serre tunnel ou sous abri fait maison,…

    Lire la suite »
  • Photo of Rien ne presse pour semer les courges

    Rien ne presse pour semer les courges

    Certains jardiniers commettent l’erreur de semer les courges trop tôt dans la saison, ce qui donne quelques fois des plantes qui végètent ou sont chétives parce qu’elles ont subi une alternance de chaud/froid ou que l’arrosage n’a tout simplement pas été suffisamment suivi.  Je suis, au contraire, de ceux qui ne se pressent pas et attendent le dernier moment ! Ce semis exigeant une terre et une température de l’air réchauffées, autant laisser le mois de mai démarrer !

    Lire la suite »
  • Photo of La pastèque: une cucurbitacée chargée d’histoire

    La pastèque: une cucurbitacée chargée d’histoire

    La pastèque (Citrullus lanatus) est une plante volubile de la famille des cucurbitacées. Originaire d’Afrique centrale, elle peut renfermer jusqu’à 92% d’eau, ce qui lui a valu le surnom de melon d’eau. Cette réserve s’avère bien utile et pratique dans les régions arides  où l’eau vient à manquer.

    Lire la suite »
  • Photo of La consoude, un concentré de bienfaits

    La consoude, un concentré de bienfaits

    La consoude bocking 14 (famille des boraginacées, genre Symphytum) est un hybride obtenu à partir de consoude officinale, largement présente en France, et de consoude de Russie.  Le cultivar bocking 14 est intéressant au jardin car il se montre moins envahissant que les autres consoudes. Très productive et résistante aux maladies, la consoude est  une plante phare du jardinage naturel. Elle se repique au printemps et se multiplie très facilement en prélevant des jeunes pousses dès leur apparition à la mi-mars. On utilise essentiellement les feuilles fraîches coupées. La consoude supporte ainsi 2 à 3 coupes par an entre mai et octobre. La consoude, couvre-sol bénéfique La consoude produit beaucoup de feuilles. C’est donc d’abord un couvre-sol très intéressant pour…

    Lire la suite »
  • Photo of C’est quoi le biochar ?

    C’est quoi le biochar ?

    Le Biochar (de bio et char pour charcoal, charbon en anglais) est un charbon de bois obtenu par combustion pauvre en oxygène de sarments de vignes ou de bambous, le plus souvent. Le biochar n’est pas un engrais mais est davantage considéré comme un amendement de sol. Sa grande porosité (microscopique) et sa longévité en font un élément intéressant à utiliser au jardin. Les avantages à utiliser du biochar C’est un moyen de piéger et fixer le carbone durant des décennies dans le sol. Son utilisation contribue ainsi d’abord à la lutte contre le réchauffement climatique. La structure poreuse du biochar abrite des micro-organismes et des champignons. Le biochar rend donc le sol plus vivant. Cette même porosité permet de…

    Lire la suite »
  • Photo of Face aux doryphores, la lutte s’organise !

    Face aux doryphores, la lutte s’organise !

    Les doryphores sont des coléoptères que tous les jardiniers producteurs de pommes de terre redoutent. Ils sévissent dans les cultures à partir de la fin du printemps et jusqu’en été, favorisés par l’association conjuguée d’une fertilisation déséquilibrée et de la chaleur. Les doryphores  ne provoquent des ravages que dans la famille des solanacées : pommes de terre et aubergines essentiellement. Plus rarement sur les tomates.

    Lire la suite »
  • Photo of Comment cultiver l’estragon ?

    Comment cultiver l’estragon ?

    L’estragon vrai ou français (Artemisia Dracunculus) est une plante de la famille des astéracées. Il est apprécié pour sa saveur légèrement anisée et citronnée. A l’origine, l’estragon est cultivé au potager pour aromatiser les plats. Il n’est donc pas considéré comme un légume mais plutôt comme un condiment. L’estragon à travers les siècles Plusieurs versions divergent quant à l’histoire de la plante. Dans la première, elle serait originaire des steppes de l’Asie (Sibérie, Chine). Elle aurait ensuite voyagé jusqu’au Moyen-Orient où les populations locales l’appellaient Ataroun, déformé en targon puis avec le temps estragon. Dans la seconde version, ce sont les Croisés qui auraient ramené la plante du Moyen-Orient. Ils appréciaient ses vertus médicinales supposées guérir de nombreuses maladies et…

    Lire la suite »
  • Photo of Comment diviser et replanter la rhubarbe ?

    Comment diviser et replanter la rhubarbe ?

    On attribue à Marco Polo l’introduction en Europe de la rhubarbe des jardins (Rheum rhabarbarum). D’abord cultivée comme plante médicinale pour ses racines aux vertus laxatives, il faudra attendre le courant du XVIII ème siècle pour qu’elle gagne les assiettes. Elle est de nos jours essentiellement cultivée au potager pour ses saveurs sucrées et acidulées, notamment en compotes et confitures (goûtez la délicieuse confiture fraise-rhubarbe par exemple) ou en tartes. Les mois de mars-avril et plus tard dans l’année, septembre-octobre, constituent  les deux périodes idéales pour la division et la plantation des souches de cette belle et grande vivace. Comment planter la rhubarbe ? Faites un grand trou dans un emplacement mi-ombragé et frais. Mettez en place les souches en prenant…

    Lire la suite »
  • Photo of Le fenouil, aromatique utile

    Le fenouil, aromatique utile

    Le fenouil (foeniculum vulgare) est un légume de la famille des apiacées. Il est originaire du pourtour du bassin méditerranéen et d’Asie mineure. Cette jolie plante s’élève jusqu’à 1 ou 2 mètres de hauteur et porte de nombreuses feuilles très découpées et des fleurs disposées en ombelles. Il existe couramment deux types de fenouils. Le fenouil bulbeux ou fenouil de Florence Le fenouil bulbeux est originaire d’Italie et a probablement dérivé du fenouil sauvage. Il s’est disséminé à travers l’Europe en même temps que la cuisine italienne. Ses feuilles imbriquées et aromatiques, forment le « bulbe ». Cette plante mellifère aux fleurs jaunes disposées en ombelle attire de nombreux insectes auxiliaires (particulièrement des syrphes). On la cultive souvent comme une annuelle, sauf…

    Lire la suite »
  • Photo of L’urine, un engrais ?

    L’urine, un engrais ?

    L’humain produit chaque année 500 litres d’urine, représentant l’équivalent de 21 kg de matière sèche. Cette urine que notre société traite comme un déchet, n’en est pas un pour les plantes. Au contraire, et c’est même là le miracle de la nature, l’urine humaine est un excellent engrais pour les végétaux ! Et si elle était d’ailleurs le meilleur engrais qu’il puisse exister ? Collecter sa propre urine L’idée doit faire son chemin sur le plan éthique et philosophique. Car il faut reconnaître que l’urine est taboue dans nos sociétés civilisées, peut-être parce qu’elle touche à notre intimité et à toutes les inhibitions qui l’accompagnent ? Mais en imaginant que les mentalités changent et que chacun fasse l’effort de réduire le…

    Lire la suite »
  • Photo of Les vers de terre: indispensables !

    Les vers de terre: indispensables !

    Le rôle (essentiel) des vers de terre n’est plus à prouver. Dès l’Antiquité en effet, l’Homme établit un parallèle entre  la fertilité des sols et la présence massive de vers de terre, comme en témoigne Aristote (philosophe Grec) qui disait des vers de terre qu’ils étaient « les intestins de la Terre ».  Car les vers de terre, ou lombrics, se déplacent en consommant les matières végétales en décomposition. Tous les jours, un individu est ainsi capable d’ingérer jusqu’à 20 fois son poids.

    Lire la suite »
  • Photo of Semer sur couche chaude

    Semer sur couche chaude

    Lorsque l’on veut effectuer des semis de plantes frileuses et que l’on ne dispose ni de serre, ni de véranda ou que l’on ne veut tout simplement pas occuper l’une des fenêtres de la maison, le recours au semis sur couche chaude est une alternative intéressante, facile à réussir et économique. On parle de couche chaude pour un châssis de culture rempli de terre fine. Celle-ci repose sur un lit de fumier frais destiné à fournir une chaleur naturelle issue du processus de fermentation. Comment monter une couche chaude ? La couche peut être montée à même le sol à l’intérieur d’un châssis ou d’un grand contenant de type caisse à fruits mais il est préférable de l’enterrer dans une fosse…

    Lire la suite »
  • Photo of Délicieuse « butternut »

    Délicieuse « butternut »

    Avouons qu’il est vite compliqué de s’y retrouver parmi la grande famille des courges tant elle est riche de formes et de couleurs. La courge butternut est ainsi l’une des représentantes de la sous-famille des courges musquées (Cucurbita moschata). Originaire d’Amérique centrale, des archéologues ont découvert qu’elle était déjà cultivée bien avant notre ère au Mexique ou au Guatemala.

    Lire la suite »
  • Photo of Le coqueret du Pérou

    Le coqueret du Pérou

    Beaucoup de jardiniers cultivent l’« Amour en cage » (Physalis Alkekengi), un Physalis vivace essentiellement utilisé en France pour ses qualités ornementales, en particulier pour ses superbes fruits orangés ou rouges enfermés dans un calice en forme de lampion. Mais d’autres  espèces de Physalis existent et produisent des fruits comestibles savoureux. Parmi elles, le coqueret du Pérou (Physalis peruviana), originaire d’Amérique du Sud comme l’oca du Pérou, passe pour méconnu.

    Lire la suite »
Bouton retour en haut de la page
Fermer