Animaux sauvages et de compagnie

L’argiope frelon, Argiope bruennichi

Approchez. Allez, n’ayez pas peur. Venez voir d’un peu plus près. Oh, je devine déjà à votre grimace que certains d’entre vous sont « écœurés » à l’idée d’observer une araignée. Mais il ne s’agit pas de n’importe quelle araignée ! C’est l’un des plus gros spécimens observables dans nos jardins français et peut-être aussi la plus belle espèce de toutes ! L’argiope-frelon (Argiope bruennichi), c’est son nom.

L’argiope, un costume de frelon !

Du frelon, elle a endossé le costume. Une manière de signifier à ses prédateurs – oiseaux surtout – qu’elle est potentiellement dangereuse et que devant elle, il vaut donc mieux passer son chemin.

Argiope frelon
L’argiope frelon, aquarelle

Reine du tissage, l’argiope frelon fabrique une grande toile géométrique comportant en son centre une zone de fils plus épais, disposés en zig-zag. C’est le stabilomentum. Son rôle reste à définir mais l’on pense qu’il pourrait notamment servir à  rigidifier le piège qu’elle tend.

Car ses proies ne sont pas vraiment minuscules et la toile doit être solide pour les retenir. Sauterelles, criquets, mouches, abeilles, petits papillons….sont ainsi régulièrement au menu de cette épeire.

De ses mœurs, on peut observer qu’elle se tient presque toujours à l’affût au centre de sa toile, tête en bas. On peut également voir qu’il existe entre le mâle et la femelle une grande différence de taille. (un dimorphisme sexuel) Comme souvent dans ce cas, l’accouplement se termine généralement mal pour monsieur, dévorée par la belle, s’il n’a pas pris la précaution de fuir suffisamment tôt.

A ce stade, j’invite tous ceux dont la curiosité est désormais attisée par les mœurs de cette argiope-frelon à lire l’excellent article publié sur le site Antiopa.

L’argiope frelon: témoin de bonne santé du jardin

J’ai plutôt choisi de vous parler ici du rôle de l’argiope, celui d’un témoin. Un témoin de biodiversité et de bonne santé du jardin. Pour clarifier mon propos, imaginons une situation, sommes toutes assez banale.

Monsieur –ou madame – est un maniaque pour son jardin. Il aime les pelouses impeccablement tondues et les haies – souvent constituées d’une même espèce végétale – parfaitement taillées.

Voilà très justement ce que craint l’argiope-frelon.

Au contraire, cette araignée ne pointe le bout de ses chélicères  que si on lui offre un espace de hautes herbes, de friche, plutôt au soleil et donc au chaud. Mais avant qu’elle ne s’installe, le jardinier doit au préalable attirer son garde-manger (sauterelles, criquets…), ce qui ne risque pas d’arriver si la pelouse est rase.

argiope bruennichi
© Jardipartage

On retrouve donc cette araignée à son aise au soleil dans un massif de vivaces, par exemple parmi les sédums spectabile, des plantes mellifères qui offrent en plus sur un plateau à notre argiope une large diversité de proies.

De la même manière, elle se retrouve fréquemment dans les massifs de lavandes, des plantes qui sont de véritables sanctuaires à bourdons et à abeilles.

Sur le même thème :

Comment empêcher un chien de creuser ?

Mis à jour le Nov 16, 2020 @ 14 h 34 min

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page