Accueil » Le jardin d'ornement » La valériane officinale
La valériane officinale

La valériane officinale

La valériane officinale (Valeriana officinalis, famille des Valérianacées) est une plante vivace qui développe des tiges aériennes creuses portant des feuilles opposées et marquées de profonds sillons. Elles culminent  à 1 m 50  de haut au-dessus d’une rosette de feuilles basales.

A l’extrémité des tiges apparaissent en juillet des bouquets fournis de fleurs rosées très odorantes. Un parfum puissant mais peu appréciable. Ainsi, à Versailles, Louis XIV aimait se parfumer en utilisant des extraits de Valériane, surtout vers la fin de sa vie. « Le Roi sentait cependant fort » concordent à dire tous les témoignages de l’époque, comprenez par là qu’il sentait mauvais. Était-ce l’odeur de la valériane, vraiment ? La valériane est toutefois utilisée en parfumerie.

D’où vient son nom ?

Pour les uns, « Valériane » est dérivé du verbe latin « valere » qui signifie « être fort, se sentir bien ». Pour les autres, son nom proviendrait de la province romaine de Valeria (13 ème d’Italie, située entre l‘Ombrie et la Campanie) région où la plante était très cultivée.

La valériane officinale est aussi communément appelée « herbe aux chats » car les félins sont irrésistiblement et étrangement attirés par l’odeur produite par l’ensemble de la plante.

Elle apprécie les terres restant fraîches, comme en bord de cours d’eau, exposées au soleil ou à la mi-ombre.

Une multiplication facile…

Comme beaucoup de vivaces, elle se multiplie très facilement par division de souche au début du printemps ou à l’automne. La valériane produit également des stolons souterrains qui drageonnent un peu partout et s’invitent parmi les plantes voisines. Ces sujets  peuvent être récupérés, séparés de leur plante-mère et repiqués ailleurs ou offerts aux amis.

Médicinale…

Les Romains sont les premiers à s’intéresser aux propriétés médicinales de la plante. On connait aujourd’hui ses vertus antistress, relaxantes. La Valériane apaise notamment le sommeil et on utilise de préférence en infusion ses racines séchées, très odorantes.

La valériane officinale ne doit pas être confondue avec une autre vivace au nom voisin: la valériane des jardins ou valériane rouge (Centranthus ruber), une plante qui a contrario apprécie les situations sèches et très ensoleillées.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

1 commentaire

  1. Bonjour ! Attention, la photo montre, non pas une valériane, mais une eupatoire chanvrine! Cordialement ! la Ferme eden -Biotifull

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *