Accueil » L'hiver » Questions Jardin n°1…
Pucerons noirs feves

Questions Jardin n°1…

Aujourd’hui, c’est à un petit exercice d’écoute que je me suis livré. J’ai en effet décrypté pour vous la très intéressante émission « Les experts du Jardin – Jardinez Malin» du 23 janvier proposée par France Bleu Poitou. L’expert Jardin du jour, Jean de la Vaissière, répond aux questions pratiques des auditeurs. Je vous propose d’en écouter les passages les plus marquants.

 

Que faire au potager quand le froid et l’humidité s’installent ? (Minute 7)

Si la terre est très humide à la suite de plusieurs jours de pluie, il est impossible de jardiner. On peut toutefois récolter les légumes restés au potager (généralement des légumes-racines) mais il faut prendre soin de ne pas piétiner les planches de culture, ce qui aurait pour effet de tasser le sol et de l’asphyxier. De vieilles planches sont utiles pour  créer des cheminements entre les cultures.

Si le froid persiste, il vaut mieux rester au chaud et profiter de ce repos forcé pour prévoir et planifier les cultures en fonction des besoins et des envies de récoltes (sur un plan, c’est encore mieux !). Les associations de plantes et l’alternance des cultures doivent être deux axes forts de cette réflexion à mener.

Le jardinier peut également profiter de cette courte période d’inactivité pour vérifier l’état des graines récoltées et stockées l’an passé. Un échantillon-test de semis dans la maison (à l’obscurité pour les légumes) aura vite fait de pointer du doigt les graines périmées ou mal conservées.

Qu’apporte la cendre de bois au jardin ? (Minute 21)

La cendre de bois est riche en sels minéraux directement assimilables par les plantes. Il est donc bon d’en épandre à la volée sur les planches de culture,  mais en faible quantité. On peut aussi l’ajouter au compost pour enrichir cet « or noir » et le minéraliser. En revanche, mieux vaut préalablement tamiser la cendre, ce qui permet d’ôter de ce précieux amendement les restes de charbon de bois et d’agrafes des cagettes utilisées pour allumer le feu de cheminée.

Que faire lorsque les fèves sont envahies de pucerons noirs ? (Minute 31)

Les pucerons sont friands des jeunes pousses gorgées de sève et colonisent le haut des tiges des fèves.

Si l’attaque n’est pas massive, il ne faut pas s’inquiéter. Ces premiers pucerons seront autant de proies faciles pour les premières générations de coccinelles au printemps.

Si l’attaque est plus importante, et seulement lorsque les plants atteignent 35 à 40 centimètres de hauteur, on peut pincer le haut des tiges de manière à ralentir l’afflux de sève. Les pucerons délaissent alors naturellement les plants devenus moins attractifs.

Que planter après une planche de poireaux touchés par la mineuse ? (Minute 34)

 Surtout pas d’autres poireaux, ni même des légumes de la même famille. Evitez donc toutes les alliacées : ail, oignons, échalotes…

Faut-il prévoir une structure pour accueillir le kiwi ? ( Minute 36’20)

Recolter kiwi quand
Les kiwis se récoltent à l’automne quand le feuillage tombe.

Le kiwi est une liane qui développe une importante végétation. Ses pousses peuvent atteindre 10 m de long ! Il faut donc prévoir un support de palissage dès sa plantation. Le long d’un mur, cela peut se traduire par l’installation d’une treille constituée de fils de fers tendus.

A la plantation, il est important, et ce afin d’obtenir une bonne fructification, d’installer au moins un pied mâle pour deux à trois pieds femelles. Il existe désormais des variétés auto fertiles (mâles et femelles à la fois) mais les fruits qu’elles produisent sont plus petits que les variétés sexuées. La mise à fruits prend généralement 2 à 3 ans.

L’entretien de l’actinidia est primordial pour maintenir un volume acceptable. Il se taille plus ou moins comme la vigne.

Peut-on récupérer l’eau de pluie d’un toit en fibro-ciment pour arroser son potager ? (Minute 40)

L’amiante contenue dans ce type de couverture ancienne ne présente a priori pas de danger immédiat pour les plantes du potager. En revanche, sa dangerosité est avérée pour l’Humain mais également pour l’ensemble de la faune et un risque de contamination ne peut être écarté. A défaut de pouvoir changer la couverture, mieux vaut se passer de collecter cette eau polluée.

Comment traiter ou éviter la mouche de la carotte ? (Minute 47)

Pour lutter contre la mouche de la carotte, il est préférable d’utiliser des produits bio (le purin de rhubarbe par exemple). En prévention, le mieux reste d’éviter les monocultures de cette racine et de privilégier une association carottes-poireaux. Les poireaux sont en effet connus pour éloigner naturellement la mouche de la carotte !

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

1 commentaire

  1. Bonjour,

    Je me permet de faire un petit rectificatif: les cendres de bois ne font pas bon ménage avec le compost.
    Certes elles apportent de nombreux minéraux, mais du fait qu’elles contiennent une très forte proportion de chaux, elles font baisser le taux d’humus et d’azote finale de votre compost. En gros elles appauvrissent votre compost.
    Mieux vaut les épandre directement au jardin, dans des zones où il y a des cultures ou des engrais vert, qui eux fixeront les minéraux rapidement et éviteront ainsi leur lessivage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *