Derniers conseils
Accueil » Le potager » Protéger le potager en hiver
Protéger le potager en hiver

Protéger le potager en hiver

Le potager s’est peu à peu vidé en ce début d’automne. Même si quelques planches sont encore en culture, la plupart est libre et la terre mise à nue se trouve maintenant exposée aux aléas climatiques et aux intempéries hivernales (alternance du gel et du dégel qui compacte la terre, pluies abondantes qui lessivent le sol, neige pendant plusieurs jours d’affilée parfois)…Comme on protège le mobilier de jardin, il peut être utile, voire indispensable, de protéger les surfaces de culture. Ce sera aussi un gain de temps considérable au printemps, lorsque sera venu le moment de retrouver une terre « propre », exempte de mauvaises herbes tenaces qui auraient pu s’installer cet hiver. Voici donc quelques astuces pour protéger efficacement la terre de votre potager.

Semez un engrais vert.

La culture de certaines familles de plantes (telles que les fabacées ou encore les légumineuses) enrichit naturellement le sol en azote. Il serait dommage de s’en priver, dans la mesure où l’occupation du sol limitera aussi le développement des adventices des mauvaises herbes.

Alors, même si la période n’est pas totalement propice au semis et à l’installation durable de cultures, n’hésitez pas à semer des céréales d’hiver (le seigle par exemple), ou des fabacées ( le pois, les fèveroles).  Un rapide surfaçage de votre terre à la griffe, suivi d’un semis à la volée et d’un bon coup de râteau pour recouvrir les graines les tasser, et le tour est joué !

Couvrez la terre avec une bâche ou des cartons.

L’idée peut faire sourire lorsque le potager est immense. Cependant, dans le cadre d’un potager en carré ou de petites surfaces, elle n’est pas saugrenue, loin de là ! Le mieux est de récupérer une vieille bâche de charpentier, même trouée, et de l’étendre sur les surfaces de culture, en la plombant de gros cailloux ou de blocs de parpaings, pour éviter qu’elle ne s’envole au moindre coup de vent.

La bâche présente en outre le gros avantage d’être réutilisable d’une année sur l’autre. Si vous n’avez pas la possibilité d’en récupérer, pas la peine d’en acheter. Faites un tour du côté d’une benne à carton et rassemblez-en quelques-uns. Privilégiez ceux qui ne portent pas d’inscriptions, car l’encre est nocive. Étalez-les ensuite, en couches épaisses, directement sur la terre. Au début du printemps, si leur décomposition est bien avancée, vous pourrez les enfouir. Dans le cas contraire, brûlez-les ou mieux recyclez-les.

Protégez les surfaces de culture à l’aide de déchets végétaux.

potager en hiverÉtalez, en alternance de fines couches, tous vos déchets du jardin :  les tontes (sèches), les déchets de tailles d’arbustes ou d’arbres ( à condition qu’ils soient broyés finement à l’aide d’un broyeur à végétaux , c’est alors du BRF), les tas de feuilles mortes,…

Écartez cependant les déchets provenant d’essences résineuses ( thuyas,…) car ils acidifient le sol. L’essentiel, ici, est de protéger la terre du lessivage hivernal. Même s’il s’agit d’un apport de matière organique à votre potager, cela ne suffira pas. Un apport de fumier, à une date ultérieure, sera nécessaire.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>