Accueil » Le potager » [Podcast] La poire melon, une solanacée méconnue
pepino melon poire

[Podcast] La poire melon, une solanacée méconnue

Podcast jardipartageOriginaire des Andes, en Amérique du Sud, la poire melon (Solanum muricatum) est une belle plante vivace, buissonnante mais gélive. Solanacée surprenante et méconnue, cousine de la tomate, de l’aubergine, la pomme de terre…., elle se dresse de 50 cm jusqu’à 1 mètre de haut. Ses longues feuilles simples, lancéolées, sont vert foncé et luisantes. Quant à ses fleurs, elles ressemblent à celles de la pomme de terre et apparaissent en été, laissant place à des fruits de taille et de forme variées, suivant les espèces. Le goût et la texture de sa chair, qui se consomme crue, cuite ou poêlée, se situe entre la poire et le melon. 

Histoire de la poire melon

Introduite sans trop de succès en France en 1785 au jardin du Roi, la seconde tentative en 1875 par Gustav Wallis, collectionneur de plantes allemand à l’origine de très nombreuses introductions en Europe, sera plus fructueuse. Elle porte alors le nom de « morelle de Wallis », mais est aussi connue sous le terme de « pépino ».

Cultiver la poire-melon en France

Fruit poire melon
Poire melon en formation sur l’arbuste

On va réserver la culture en pleine terre aux régions du Sud de la France. La poire melon a en effet besoin d’une terre amendée, riche et d’une situation chaude et très ensoleillée. Grande gourmande, sa croissance est rapide si elle se plaît. Son semis s’effectue au chaud en février-mars, comme pour les tomates. Dès l’apparition des premières vraies feuilles, on peut repiquer en godets individuels, puis conserver au chaud.

On va la planter au jardin à partir de la mi-mai, avec un espacement de 60 cm minimum en tous sens. Un tuteurage et une bonne pelletée de compost au fond du trou sont à prévoir. Quelques plants (3 ou 4) en complément des tomates, suffisent aux besoins d’une famille de quatre personnes.

Dans les régions du nord de la France, on va plutôt la cultiver en serre ou dans de grands pots remplis d’un substrat riche. Il va alors falloir prévoir des arrosages très réguliers et un apport d’engrais riche en potasse au cœur de l’été pour soutenir la fructification.

Son entretien

La poire melon ne nécessite pas de taille, elle forme un buisson de 70 cm de haut environ. On peut néanmoins la tailler pour ne garder qu’une seule tige, ce qui va favoriser la production de beaux fruits. Les traitements ne sont pas nécessaires. Chez nous, elle n’a pas vraiment d’ennemis.

Variétés

Il existe de nombreuses variétés de poire-melons. Certaines aux petits fruits, d’autres aux fruits de plus de 1kg. Comme les tomates, on la trouve sous diverses formes : rondes, allongées, ovoïdes, cordiformes (en forme de cœur), ainsi qu’avec une coloration variée : du tout blanc au jaune strié de violet et au violet.

Récolte de la poire melon

La maturation est longue. Les fruits se récoltent environ quatre mois après la plantation, s’ils sont  bien mûrs, au risque sinon d’être insipides. Ils se conservent plusieurs jours sans problème dans un local frais.

Multiplication

Comme la poire-melon est gélive, les jardiniers prévenants la bouturent en été pour conserver des sujets en pots à l’abri du gel d’années en années. On bouture les tiges dans un mélange de terreau à semis/sable (50-50). Ces plants hivernés, puis repiqués, produisent mieux que les plants issus de semis.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *