Accueil » L'été » Comment planter les poireaux ?
Plantation des poireaux d'hiver

Comment planter les poireaux ?

C’est en fin d’été ou au début de l’automne que l’on procède à la plantation des poireaux d’hiver au potager. Aux semis aléatoires, il est souvent préférable de se procurer directement auprès d’un horticulteur local une botte d’une cinquantaine de jeunes poireaux. Une quantité largement suffisante pour couvrir les besoins d’une petite famille. Voici comment repiquer au mieux ces poireaux.

La préparation du sol

Début septembre, la terre est encore généralement trop sèche et forme des croûtes en surface. La première étape consiste donc à retravailler le sol et à le décompacter à l’aide d’une fourche bêche. Dans une optique d’économie d’efforts ( prenez soin de votre dos), optez pour une grelinette, cet outil alternatif à plusieurs dents qui permet de retourner la terre plus facilement qu’une bêche traditionnelle.

Planter des poireaux d'hiverOuvrez ensuite à la serfouette, dans le sol rendu meuble, des rangs espacés de 30 cm et profonds de 5 à 10. Puis forez des trous au fond des  sillons en utilisant un plantoir à bulbe enfoncé au maximum ( à environ 15 centimètres). Les trous sont réalisés tous les 10 cm sur le rang.

Glissez ensuite à l’intérieur de chacun d’eux les jeunes poireaux. Terminez par un arrosage copieux pour inonder la rigole. L’eau en surplus rebouche naturellement les trous réalisés pour planter les poireaux et réhydrate leur système racinaire.

Ce n’est qu’une semaine plus tard, lorsque vous réaliserez un premier binage, que vous refermerez les sillons et ramènerez la terre contre les poireaux ( pour un 1er buttage). Ils tiennent ainsi déjà plus droits. Réalisez un binage et un buttage supplémentaires et à l’identique 15 jours plus tard jusqu’à couvrir la tige de 15 centimètres environ. Ainsi privés de lumière, les fûts vont blanchir.

L’école des jardiniers expérimentés

Tout « vieux » jardinier vous le dira : les poireaux doivent être endurcis car ils résistent ainsi bien mieux à  la teigne, cette chenille au costume de ver qui fore des galeries dans les fûts et les bulbes et les rend impropres à la consommation. Aussi, les « sages »  jardiniers laissent-ils sécher quelques jours les poireaux au soleil. Ils raccourcissent alors simplement au préalable à l’aide d’une paire de ciseaux racines et feuilles et ne réalisent pas l’opération si de la pluie est annoncée.  Les poireaux ainsi traités sont moins attirants pour la teigne !

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

2 Commentaires

  1. Merci pour ces précieux conseils. Pour ma part, même si je ne laisse pas sécher quelques jours mes jeunes poireaux à repiquer (je n’ai pas à ce jour rencontré de souci avec le ver du poireau), je réduis de moitié environ feuilles et racines avant le repiquage. Cela permet aux racines de se ramifier davantage et cela évite l’évaporation excessive d’eau par le feuillage. J’habite en effet le Sud de la France et les journées de septembre sont encore très très chaudes.

    • Bonjour Jean-Pascal,

      C’est vrai que le mois de septembre est encore chaud et qu’il vaut mieux anticiper le dessèchement des pieds par une évaporation foliaire excessive de l’eau. Bonne idée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[CDATA[ */ var wysijaAJAX = {"action":"wysija_ajax","controller":"subscribers","ajaxurl":"http://www.jardipartage.fr/wp-admin/admin-ajax.php","loadingTrans":"Chargement..."}; /* ]]
[CDATA[ */ var wysijaAJAX = {"action":"wysija_ajax","controller":"subscribers","ajaxurl":"http://www.jardipartage.fr/wp-admin/admin-ajax.php","loadingTrans":"Chargement..."}; /* ]]
[user]
[user]
[email]
[email]
[required,custom[email]]
[required,custom[email]]
[user]
[user]
[abs]
[abs]
[email]
[email]
[abs]
[abs]
[email]
[email]
[user_list]
[user_list]
[list_ids]
[list_ids]