Accueil » Le jardin d'ornement » Le marcottage du chèvrefeuille
Marcottage du chèvrefeuille

Le marcottage du chèvrefeuille

Le marcottage est le moyen le plus simple et le plus efficace pour multiplier le chèvrefeuille (Lonicera). La technique consiste à provoquer l’apparition de racines sur un bout de tige enterré mais encore attaché à sa mère : on parle alors de plante-mère.

Cette méthode est très largement utilisée pour reproduire les plantes et arbustes aux branches souples, capables d’être pliées jusqu’au sol.

Comment marcotter le chèvrefeuille ?

Choisissez une branche d’un mètre de longueur au moins pour la recourber facilement. A l’endroit de la marcotte, griffez a minima la terre ou bêchez-la sur une vingtaine de centimètres, ceci pour l’aérer et la décompacter. Ajoutez une ou deux poignées de sable de rivière et la même quantité de bon terreau. Les jeunes racines qui vont se créer, trouvant là un milieu facile à coloniser, se développeront plus vite. Si les branches n’atteignent pas le sol, il est possible de marcotter en pot, comme je l’ai expliqué dans un autre billet consacré au marcottage du forsythia.

Enlevez ensuite les feuilles sur la portion de tige qui va être enterrée. Si vous les conservez, elles vont pourrir et faire échouer la marcotte. A l’aide d’un couteau bien aiguisé et désinfecté ou, mieux, d’un greffoir, lacérez la tige ou retirez en partie l’écorce. Cela va obliger la plante à produire de nouvelles racines pour cicatriser. La tige étant privée de lumière sous terre, ces cellules vont naturellement évoluer en cellules racinaires.

Enterrez la portion de tige blessée sur une vingtaine de centimètres, pas plus, et empêchez-la de se relever en la maintenant au moyen d’un cavalier métallique. Une astuce consiste aussi à poser dessus une grosse pierre, un pavé ou une tuile. Relevez la tête de la tige et tuteurez-la.

Les marcottes du chèvrefeuille se préparent au début du printemps. La marcotte dispose ainsi du reste de la saison et de l’été pour devenir autonome et produire son nouveau système racinaire. On pourra la séparer de sa plante-mère à l’automne.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

2 Commentaires

  1. Nouvellement abonnée à vos bulletins, j’en apprécie les conseils judicieux. Je ne savais pas faire un marcottage correct mais vos explications sont si limpides qu’il est impossible de le rater.
    Merci et belle journée.
    Maureen

    • Bonsoir Maureen,
      Merci. Votre commentaire est très sympa 🙂 Ce lien avec les lecteurs est primordial. Je suis donc très heureux que le contenu soit judicieux pour vous. N’hésitez pas à communiquer l’adresse et le nom du site à vos ami(e)s jardinier(e)s.
      A bientôt,
      Bruno.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *