Accueil » le jardin naturel » L’amendement du sol: une question de pH.
Amendement sol

L’amendement du sol: une question de pH.

On confond souvent amendement de sol et engrais tant ces deux matières sont parfois proches. Les engrais sont des fertilisants. Ils apportent des éléments nutritifs nécessaires aux plantes pour mener à bien leur croissance ou le développement de leur floraison ou fructification. Les amendements, en revanche, ne fertilisent pas le sol directement. Ils en améliorent les qualités physiques et chimiques et participent ainsi à la production d’humus, une matière incontournable parce qu’elle abrite la vie bactérienne et la microfaune qui « digèrent » et rendent disponibles les éléments nutritifs dont les plantes ont besoin. Aujourd’hui, je vous propose de faire le point sur les amendements de sols acides, argileux, calcaires ou encore sableux. L’hiver est la période idéale pour les mener à bien.

Deux grands types d’amendements de sol peuvent être employés au jardin.

Les amendements minéraux sont issus du broyat de roches naturelles (comme le basalte ou la dolomie par exemple…). Ils corrigent les défauts chimiques du sol, notamment son pH.

Les amendements organiques sont issus, quant à eux, de  litières animales (bovins, ovins, chevaux…) ou de la décomposition de végétaux (algues, …). Ils modifient la structure et les propriétés du sol.

Avant de se lancer dans d’improbables tentatives d’amendements du sol, il vaut mieux en connaître sa nature.

Vous pouvez alors, au choix, confier un échantillon de terre à un laboratoire ou plus simplement utiliser des dispositifs de mesure de pH en kit disponibles dans le commerce. Sous forme de bandelettes ou d’appareil électronique, ils sont à la portée de tous les jardiniers et, à défaut de fournir une composition précise, ils apportent une bonne indication du pH.

L’amendement d’un sol acide. (pH < 7)

La terre a une couleur foncée. Elle s’assèche rapidement en été et les vers de terre y sont rares ! Pas de doute, c’est une terre acide ! Ce type de sol se caractérise par une microfaune et une vie bactérienne rares. Il en résulte un manque de production d’humus et donc des carences en nutriments. Les végétaux que vous y installez s’affaiblissent et sont sensibles aux maladies. La solution consiste à faire remonter le pH pour permettre à la vie bactérienne de se développer normalement et ainsi d’enrichir le sol en nutriments assimilables par les végétaux. Des apports de broyats de calcaire (jusqu’à 20 kg par m²) ou de dolomie au printemps ( 6 kg par m²) ou encore de cendres ( en hiver) devraient aider à corriger le défaut.

L’amendement d’un sol argileux.

Vous vous promenez sur le terrain après une bonne averse ou en hiver. De gros morceaux de terre, ce couleur jaunâtre, collent à vos bottes. En été, le sol se craquelle, parfois de façon assez prononcée. Pas de doute, c’est une terre argileuse ! Votre sol est riche mais il retient trop d’eau ! Cette humidité, surtout hivernale, entretient le froid et asphyxie les racines. Les sols argileux sont plus longs à se réchauffer que les autres. Il en résulte des difficultés d’installation pour les jeunes végétaux qui peinent à développer leurs racines dans une terre compacte et lourde. La solution est de couvrir le sol de broyats de végétaux pour limiter les diminutions de températures et favoriser la vie bactérienne. Vous pouvez aussi, sur de petites surfaces, alléger la terre en faisant des apports en petite quantité de sable de rivière, de tourbe ou de broyat de basalte à raison de 20kg pou 100 m² environ. Les qualités de drainage retrouvées, il faudra veiller à bien arroser vos plantes lors des périodes sèches estivales prolongées.

L’amendement d’un sol calcaire. (pH > 7)

Les végétaux que vous installez présentent systématiquement, au bout d’un certain temps, un jaunissement du feuillage. Pas de doute, c’est une terre calcaire ! Les sols calcaires sont souvent riches et fertiles mais ils se caractérisent aussi par un pH élevé (pH > 7, basique) qui constitue un frein à l’assimilation des nutriments par les plantes. Ainsi, le jaunissement du feuillage (la chlorose) trouve sa cause par un manque de fer dans le sol. La solution consiste à apporter de l’acidité. Vous pouvez, sur de faibles surfaces, apporter du soufre ( 500 g pour 100m²) ou du fumier bien composté que vous enfouissez. N’hésitez pas aussi à semer, en début d’automne, des plantes de la famille des légumineuses (pois, féveroles, vesces…). Elles favorisent naturellement la production d’humus. Vous les enfouirez ensuite au printemps pour enrichir le sol en matière organique.

L’amendement d’un sol sableux.

La terre est légère. Elle s’assèche rapidement et les outils s’y enfoncent très facilement. C’est une terre sableuse. Une terre pauvre, avec peu d’humus. L’eau et les oligo-éléments ne sont en conséquence pas retenus. Pour corriger le problème, il faut essayer de favoriser la production d’humus en semant des légumineuses qui sont, comme pour le calcaire, enfouies par la suite. On peut aussi apporter de la consistance au sol en enfouissant régulièrement (au printemps), un mélange d’argile bentonique (à raison de 40 à 80 kg/100 m²) et de compost (30 à 40 kg/100 m²).

Pour terminer, un peu de bon sens !

Une terre calcaire ne deviendra jamais totalement acide ! Aussi, choisissez vos végétaux en fonction de la nature de votre sol. En sol calcaire, il faut malheureusement se résoudre à ne pas profiter de la floraison d’azalées, de rhododendrons et autres plantes de bruyère installées en pleine terre. En revanche, ces végétaux ont un très bon comportement en pots ou en bacs. Pourquoi ne pas essayer ?

Vous avez aimé ce billet ? Si vous souhaitez être avertis de la parution des  nouveaux articles directement sur votre courriel, n’oubliez pas de vous inscrire à la lettre d’information. C’est simple et rapide !

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

2 Commentaires

  1. Super explications, très claires. Un grand Merci !

  2. articles très intéressants, merci; quel retour d’expérience sur le soufre ? J’ai déjà planté des talus entier de pachysandra avant de m’apercevoir qu’ils souffrent du calcaire, l’arrosage avec le fer ne suffit pas (lessivage)
    je cherche donc à ne pas faire prendre de “bon sens” et essaye de corriger le sol autant que possible
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *