Accueil » L'été » 4 plantes fleuries bien utiles au potager !
Fleurs utiles potager capucine

4 plantes fleuries bien utiles au potager !

Un potager classique conçu comme un alignement de rangs serrés de légumes, c’est d’une grande tristesse et un véritable paradis pour les ravageurs ou les parasites ! Au contraire, des plantations dispersées, variées et intelligemment agencées, favorisent grandement la biodiversité.

D’ailleurs, nos aïeux ne s’y trompaient pas et dans leurs potagers, les fleurs côtoyaient déjà les légumes. Et cela fonctionnait très bien ! Pourquoi ? Parce qu’entre autres, les fleurs attirent à elles nombre de pollinisateurs qui visitent par la suite les potagères voisines. Ces mêmes fleurs offrent aussi refuge à beaucoup d’insectes « prédateurs ». Ainsi, les populations se régulent naturellement.

Alors, si votre potager est victime d’attaques répétées de pucerons, cessez de traiter outre-mesure et voici plutôt une sélection de plantes fleuries bien utiles pour rétablir l’équilibre… 

#1. La bourrache officinale (Bourago officinalis)

Culminant à 60 cm de haut, la bourrache officinale est une annuelle aux tiges et feuilles poilues, offrant de belles grappes de fleurs étoilées, bleues ou blanches, au début de l’été. C’est une plante ornementale très mellifère, qui attire à elle tous les insectes pollinisateurs. Elle est également appréciée pour ses propriétés répulsives des limaces.

bourrache officinale fleur utile

Une plante à installer donc au potager dans un emplacement ensoleillé, par exemple en association aux fraisiers, dont elle augmente la production tout en éloignant nos pires ennemis, les gastéropodes ! On consomme aussi ses fleurs crues et ses feuilles cuites, excellentes comme celles des épinards.

capucine grimpante#2. Les capucines (Tropaeolum majus ou minus)

Qu’elles soient naines ou grimpantes, les capucines sont d’un grand secours au potager. Annuelles, leurs feuilles arrondies, du vert pâle au vert foncé, se dressent sur de longues tiges  cassantes et rampantes. Les capucines produisent une multitude de fleurs très colorées à récolter en soirée ou tôt le matin. Elles relèvent agréablement des salades bien ternes.

Les capucines aiguisent l’appétit !

Des pucerons surtout qui en raffolent et délaissent les cultures environnantes pour mieux les coloniser. Par ricochets, elles attirent aussi les insectes auxiliaires (syrphes, coccinelles, chrysopes…) qui disposent là d’un garde-manger bien rempli ! Pour peu qu’on leur offre de surcroît un joli hôtel à insectes pour passer l’hiver à l’abri et le tour est joué !

Et des chenilles de la piéride du chou  aussi !

chenille piéride du chou sur capucine
La chenille de la piéride du chou raffole de la capucine dont elle se délecte des feuilles charnues !

Face à ces dernières, qui déciment les feuilles charnues en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, la capucine est une proie facile. Mais il peut être intéressant de la repiquer à proximité des cultures sensibles (choux, brocolis…) afin de détourner l’intérêt des piérides, et ainsi limiter les attaques sur les brassicacées ! Toutefois, même très fortement mangées en début de saison, les capucines ont la capacité de renaître de leurs cendres et de redéployer un feuillage abondant avant la fin de la belle saison. D’impressionnantes capacités de régénération…

#3. Le souci (Calendula officinalis)

Annuelle mellifère de taille basse, distillant des touches de couleur au potager et utilisée en couvre-sol pour garder les pieds de légumes au frais, le souci développe des capitules arrondis de fleurs jaunes ou orange, qui s’ouvrent en journée et se referment le soir venu.

Les fleurs de soucis se consomment fraîches ou séchées et prennent part à des préparations médicinales aux propriétés cicatrisantes et anti-inflammatoires.

souci officinal fleur utile

Nul doute que le souci se ressèmera allègrement d’une année sur l’autre, parfois même d’une saison sur l’autre ! Une plante à réserver au cœur des rangs de tomates dont elle éloigne, comme les œillets d’inde, les nématodes qui rongent les racines.

#4. La tanaisie (Tanacetum vulgare)

Haute plante vivace à port dressé qui produit elle aussi de nombreux capitules jaunes, en disques, la tanaisie offre aussi gîte et couvert à de nombreux insectes, butineurs, mais pas seulement. Elle se propage d’elle-même, et sa prolifération parfois outre-mesure suppose une grande vigilance.

Faisant valoir de nombreuses propriétés médicinales (vermifuge notamment), la tanaisie peut aussi être pulvérisée en décoction sur les plantes, en raison de ses vertus fongicides et répulsives pour les insectes.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

1 commentaire

  1. très intéressé je vais me lancer pour mon usages personnel dans les 3 cultures . je compte tous faire sur des plants béton rien en plein sol et tous ces styles ancien de culture m’intéresse j’aimerais bien continuait a vous recevoir Merci bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *