Accueil » L'hiver » Pourquoi dessiner un plan de son potager ?
Dessiner un plan du potager

Pourquoi dessiner un plan de son potager ?

L’hiver est un moment de calme et de repos au potager. C’est la bonne période pour anticiper les saisons à venir et pour dessiner par exemple un plan simple de votre potager, à l’échelle. Pourquoi ? Parce qu’autrement, en plantant de manière anarchique, vous risquez d’installer côte à côte des plantes potagères qui ne se supportent pas ! Les plantes sont comme les Hommes : il y a celles qui s’entendent bien et dont l’association est bénéfique (ou dans le pire des cas, tolérée). Et puis, il y a celles qui ne s’aiment pas car elles se font concurrence ou se nuisent.

Dessiner un plan du potager permet d’organiser et de répartir les cultures suivant les besoins de sa famille, en tenant  compte aussi des caractéristiques de votre potager (la nature du sol , l’exposition, les jeux d’ombres…). Notez et conservez ainsi avec soin les emplacements des cultures précédentes au fil des saisons. Cela aide par la suite à organiser la rotation des cultures.

Le principe de la rotation des cultures.

plan potagerLes plantes potagères prélèvent toutes des éléments nutritifs dans le sol et contribuent ainsi à l’épuiser. Si vous décidez par exemple de cultiver des tomates sur un même emplacement d’une année sur l’autre, il est fort probable que vous obtiendrez une très bonne récolte la première année, surtout si le sol n’a jamais été cultivé précédemment. Mais les tomates, très gourmandes, auront déjà un peu appauvri le sol et la seconde année, la qualité des fruits et la récolte seront déjà bien moins importantes.

Organiser une rotation des cultures, c’est permettre au sol de se régénérer naturellement en alternant les familles de légumes car les plantes potagères n’ont pas toutes les mêmes besoins. Certaines, à l’image des légumineuses, enrichissent d’ailleurs le sol pour d’autres.

Prévoir la succession des cultures de légumes sur un emplacement donné, c’est aussi lutter plus efficacement contre les maladies ou les nuisibles. Reprenons l’exemple des tomates. Si les plants subissent une attaque de mildiou la première année, un grand nombre de spores du champignon passeront l’hiver dans la terre et se développeront au printemps suivant sur les plants tout juste installés. Cela obligera à davantage traiter vos pieds. En y installant la deuxième année une culture d’une famille de légumes naturellement peu sensibles au mildiou, vous contribuerez à éradiquer le champignon qui ne trouvera plus la nourriture dont il a besoin.

La rotation des cultures est donc primordiale pour un potager sain et bio. Pour être optimale, elle s’organise sur 4 ans. Il vaut donc  mieux le prévoir dès le début, en dessinant sur le plan, quatre emplacements sensiblement identiques.

L’agenda, un outil pour prévoir et planifier les cultures et les récoltes.

plan potagerL’agenda de poche est aussi un outil indispensable. Le jardinier peut y noter et planifier toutes les tâches effectuées ou qu’il reste à effectuer, depuis la fertilisation jusqu’aux récoltes.

Ce carnet de bord peut aussi comporter un tas d’autres informations. Parfois de simples observations, d’autres fois, des remarques plus personnelles ou subjectives : la date des semis, le nom des variétés, les traitements effectués, des indications météo ( la dernière fois qu’il a plu par exemple…), la qualité et la quantité des récoltes et plein d’autres petites choses. C’est un autre bon moyen d’optimiser son potager et d’enrichir son expérience de jardinier.

Dessiner un potager au plan simple.

Grosso modo, il existe deux courants :

Les jardiniers à l’ancienne ne jurent que par le rectangle ! C’est vrai qu’il permet des dimensions généreuses (du 2 X 3 m au 4 x 5 m …). Mieux vaut alors prévoir deux rectangles identiques, côte à côte, séparés par une allée « carrossable »recouverte de galets, de pavés ou de gravier…et ménager une large voie (de 80 cm à 1 m) de circulation tout autour. Le jardinier et sa brouette doivent pourvoir accéder partout ! Le gros avantage du potager rectangulaire est son gain de place mais les légumes, cultivés à même le sol, obligent à se plier et les mauvaises herbes sont trop envahissantes. A moins de suréléver les rectangles….

La méthode de culture en carré potager gomme les défauts précédents. Elle fait le bonheur des jardiniers contemporains et citadins qui y cultivent leurs légumes. Certes, cette organisation exige plus de place que les traditionnels rectangles mais les carrés, surélevés au moyen de planches de coffrage ou de plessis, sont plus esthétiques…Le potager devient aussi décoratif. Les carrés mesurent généralement 1 m 20 de côté, ce qui suffit et permet d’accéder à l’ensemble des cultures installées. La subdivision en carrés plus petits ( un carré potager d’1 m 20 contient 9 sous-carrés) facilite les associations de légumes. D’une taille raisonnable, ce type de potager surélevé facilite le travail et l’entretien. Pour en savoir plus sur cette façon de cultiver, lisez ce billet

A propos de jardipartage

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *