Accueil » L'automne » Cycas revoluta: un faux air de palmier !
cycas-revoluta-taille

Cycas revoluta: un faux air de palmier !

Il y a quelque chose d’assez invraisemblable à se dire que les Cycas sont les derniers survivants d’un groupe de plantes qui a connu son apogée au Jurassique, au temps des dinosaures ou des premiers oiseaux (il y a de cela environ 200 millions d’années) et qu’ils nous sont parvenus tels quels, sans évoluer depuis tout ce temps.  Car, comme le Ginkgo biloba, les Cycas appartiennent à une catégorie restreinte des plantes primitives. De vrais fossiles vivants !  

Le plus connu du genre Cycas, Cycas revoluta,  s’apparente un peu par son port à un petit palmier à croissance lente. Pourtant, il n’en a que l’allure. Car la paléobotanique a prouvé depuis longtemps que les Cycas sont apparus sur Terre près de 100 millions d’années avant les palmiers ! Toute une histoire !

Et si vous cultiviez dans chez vous ce fossile végétal ?

cycas-revoluta

Cycas revoluta, des allures de palmier

sagou du japonLe tronc large de Cycas revoluta est constitué, comme pour les palmiers (ce qui n’aide pas à la distinction), des cicatrices des attaches des feuilles. Il est coiffé d’une ou plusieurs couronnes érigées de feuilles rigides, vert foncé, composées de nombreuses longues folioles (les vraies feuilles) pointues.

Le nombre de couronnes de feuilles dépend de l’âge du Cycas et de sa vitesse de croissance (les vieux sujets peuvent atteindre jusqu’à 2 m en tous sens). Mais il n’en pas rare d’en dénombrer 3 ou 4 simultanément.

Les nouvelles feuilles apparaissent toujours sur le haut du stype (le tronc), en son centre. Elles sont d’abord enroulées à la manière des jeunes frondes des fougères avant de se déployer. Il est normal que les feuilles les plus à l’extérieur, plus anciennes, jaunissent et sèchent au bout d’un certains temps. Elles peuvent alors être coupées à la base proprement au sécateur.

Autre trait de caractère primitif, Cycas revoluta est une plante dioïque, c’est-à-dire qu’il existe des pieds mâles et d’autres femelles. Pour les distinguer, sachez que les pieds mâles laissent apparaître au milieu de la rosette de feuilles un ou plusieurs grands cônes en forme d’ogive alors qu’un groupe de fleurs apparaît au milieu de la rosette d’un pied femelle (photo ci-contre). Des ovules arrondis de couleur orangée sont par ailleurs produits sur ces mêmes pieds.

Culture et entretien

Plantez le Cycas au printemps, en pleine terre, dans un sol profond  et un emplacement lumineux. Mais uniquement si vous habitez le pourtour méditerranéen ou dans le midi. Il est alors du plus bel effet seul sur une pelouse ou dans un massif en association avec des palmiers.

cycas-revoluta-rusticite

Ailleurs, il est nécessaire de le cultiver en pot. Préparez un mélange drainant  (1/3 terreau, 1/3 sable et 1/3 terre de jardin). Installez le pot à l’abri du plein soleil aux heures les plus chaudes de l’été. Le Cycas apprécie d’être à l’extérieur d’avril à octobre, puis rentré sous abri le reste du temps (températures supérieures à 5°C). Même s’il résiste à des températures négatives (jusqu’à -8°C, son feuillage jaunit sous l’effet du froid.

Arrosez régulièrement et conservez la terre humide, sans excès, pendant toute la période de croissance. Réduisez les arrosages en hiver (1 fois/mois seulement). En été, brumisez le feuillage les soirs les plus chauds.

Je vous recommande d’acheter un petit cycas revoluta (aff), peu impressionnant au début, mais qui s’étoffera dès l’année suivante d’une nouvelle couronne de feuilles.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *