Accueil » Le potager » La culture du concombre: du semis à la récolte
taille du concombre

La culture du concombre: du semis à la récolte

Le concombre est une plante potagère coureuse  de la grande  famille des Cucurbitacées, cousine de la courge, du melon ou encore d'un concombre très original: le kiwano africain. Comment cultiver les concombres au potager ?

semis concombre interieurConcombre ou cornichon : une même plante !

Concombre et cornichon appartiennent à la même espèce mais se différencient par leur degré de maturité et la dimension du fruit au moment de la récolte. Les variétés récentes ont toutefois permis de différencier la culture des concombres et des cornichons.

Quand semer ? Tardivement !

Semez le concombre de mars à fin avril, sous abri au début ou sous serre dans les régions froides. Le semis en pleine terre n’est possible qu’à partir du mois de mai, dès lors que le sol s’est bien réchauffé et que les gelées appartiennent au passé.

Dans certaines régions, comme au Sud, il est possible de semer précocement à l'intérieur de la maison en même temps que les tomates, dès février-mars. Remplissez des godets de terreau léger et, suivant l'âge des graines, enfoncez à 1 cm de profondeur de 1 à 4 graines . Dans ces conditions, la douceur d'un chauffage est bien souvent utile. La levée se fait en 6 à 7 jours.

Repiquez en pleine terre les godets lorsque les plantes atteignent 15 cm de haut et que le gel n’est plus à craindre.

Des concombres sur palissage ou tuteur

culture concombreLe concombre est une plante rampante, ses tiges peuvent ainsi croître jusqu’à 2 mètres dans la saison. Cultivé à même le sol, il faut donc prévoir de l’espace, près de 2 m2 pour chaque plante. Pour gagner de la place, mais aussi limiter les maladies, une culture palissée du concombre est à privilégier.

Utilisez alors des piquets solides entre lesquels vous tendez des fils de fer. Les meilleurs supports restent néanmoins les grillages ou les treillis (type treillis soudé) d’une hauteur de 1 m 50 à 2 mètres environ suivant le caractère coureur des variétés cultivées. En repiquant les plants au pied de ces supports, les vrilles trouvent naturellement des points d’appui et il suffit de guider la plante sur le support durant la croissance.

Ses besoins

Pour bien se développer et produire, le concombre a besoin d’un sol riche, frais et profond. N’hésitez pas à le planter directement sur un ancien tas de compost. Comme la plante craint l’humidité, une plantation légèrement surélevée, sur une petite butte par exemple, est bénéfique car elle facilite le drainage des eaux de pluie. Choisissez également un emplacement bien aéré et ensoleillé.

2 astuces de jardinier

Si vous cultivez à même la terre, lorsque les fruits sont encore jeunes, emmanchez-les dans un tube plastique pour accompagner la croissance bien droite du concombre. Une bouteille d’eau minérale fait très bien l’affaire si vous coupez préalablement les deux extrémités.

Pincez (taillez) également les jeunes plants dès qu’ils portent 4 feuilles. Etêtez ainsi la plante pour ne conserver que les 2 premières feuilles;  la ramification du concombre n’en sera que meilleure !

 Quel entretien ?

Arrosez régulièrement et abondamment durant la croissance des fruits.

La taille du concombre, sans être obligatoire, permet d’améliorer la production.  Limitez ainsi la plante au port simultané de 4 fruits. Pour cela, au moment de la récolte du plus mûr d’entre eux, taillez la tige qui le porte après la feuille suivante. Ce geste incitera le concombre à produire de nouvelles ramifications porteuses de fruits à leur tour.

Quand récolter ?

Le concombre se récolte 3 ou 4 mois après le semis. S’il est cultivé en serre, on peut espérer le cueillir bien avant.

Bon pour la santé !

Constitué à 96 % d’eau, le concombre est désaltérant, peu énergétique. C’est un légume amincissant. Il renferme des minéraux et oligoéléments : du potassium, des vitamines A, B, C, E et K. Cette dernière, méconnue, joue un rôle dans la coagulation du sang.

Comme il contient très peu de sodium, le concombre favorise aussi l’élimination des toxines de l’organisme. Ses vertus purifiantes et astringentes sont largement employées dans l’industrie des produits cosmétiques.

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *