Accueil » L'automne » Le cognassier, un fruitier oublié
arbre a coing

Le cognassier, un fruitier oublié

S'il a aujourd'hui déserté nos jardins, le cognassier (Cydonia) était il y a quelques décennies encore très présent dans les jardins de nos grand-mères. Avec son fruit en forme de poire atteignant sa pleine maturité à l'automne, l'arbre à coing est un peu mystérieux et ne dévoile ses secrets gustatifs que lors de la cuisson. 

Histoire 

C'est de Crète, de la ville de Cydon plus précisément, que viendrait le nom botanique du cognassier. Originaire d'Asie Centrale, l'arbre à coing fut exporté par les romains, qui raffolaient de ce fruit aytpique au goût délicat. 

Description 

Robuste et rustique, l'arbre à coing se distingue par le développement libre, voire anarchique, de ses branches tortueuses de couleur sombre, qui lui confèrent un aspect original et une dimension esthétique intéressante.

cognassier fleur

 Outre ses branches, le cognassier possède également d'autres atouts, à commencer par ses feuilles d'aspect lustré,  vert sombre, et ses fleurs, blanc-rosé, grâce auxquelles il fait sensation dans les jardins et n'a rien à envier aux autres arbres d'ornement. 

Ses fruits enfin constituent la dernière particularité de cet arbre. En forme de poire, duveteux, les coings prennent une couleur jaune rayonnant à l'automne, signe qu'ils sont arrivés à maturité et que l'on peut les récolter. La récolte peut s'élever, selon les variétés, à plusieurs dizaines de kilos de fruits.  

Cependant, contrairement à d'autres fruitiers, les coings ne mûrissent plus une fois cueillis. Il est à ce titre essentiel de s'assurer de leur pleine maturité avant de les prélever. 

cognassier varietesCulture et besoins

La terre doit être fraîche, riche et le sol profond, l'exposition ensoleillée et chaude, pour permettre au cognassier de s'épanouir. S'il supporte les sols légèrement acides, il tolérera plus difficilement les sols très argileux, sablonneux ou calcaires. A la plantation, une distance de 4 ou 5 mètres est conseillée entre chaque individu. 

 Les maladies du cognassier 

Trois maladies touchent l'arbre à coings :  

La moniliose  

Les dégâts, causés par un champignon, apparaissent subitement, généralement juste avant la récolte. La moniliose se manifeste par des cercles de pustules beiges sur les fruits, dont la peau et la chair sont rapidement contaminées, prenant une couleur marron. 

L'entomosporiose  

C'est aux feuilles que s'attaque le champignon à l'origine de cette maladie, laissant apparaître des tâches marrons après la floraison, avant de se répandre sur l'arbre entier si rien n'est fait. La photosynthèse étant perturbée, les fruits grossissent peu et ne parviennent souvent pas à maturité. 

cognassier identifier maladie

Le carpocapse  

La larve de cette insecte, qui s'en prend également aux poires et aux pommes, se niche au cœur des coings, forant ainsi des galeries. Il n'est pas rare que cette maladie soit également à l'origine de la moniliose

Le coing en cuisine 

En dépit de son parfum, subtil et délicat, le coing ne se consomme pas cru, et ne révèle tous ses arômes qu'une fois cuit. On peut le savourer de diverses façons : en accompagnement de viandes, comme légume, en confiture, en gelée ou au sirop. Il constitue également une délicieuse friandise préparée sous forme de pâte: la carne de membrillo ou dulce de membrillo (lien en espagnol) dont raffole nos voisins espagnols.  

Principales variétés de cognassiers 

Bourgeault : les fruits de cette variété se récoltent de fin septembre à début octobre. La récolte est généralement abondante, autant que précoce. Bien que relativement petits, les coings sont très parfumés. 

Champion : de mi-octobre à début novembre, les fruits récoltés sont juteux et tendres. L'arbre est quant à lui résistant au froid. 

Portugal : les fruits, petits et particulièrement duveteux, sont croquants et odorants, et se récoltent courant octobre. 

Vranja: la particularité de cet arbre à coing est qu'il produit de gros fruits, pouvant atteindre jusqu'à 1 kilo. Il peut pour cela s'avérer utile de tuteurer certaines branches à l'approche de la récolte. 

A propos de Bruno Nunez

Jardinier passionné depuis ma plus tendre enfance, je vous livre dans ces pages mes expériences réussies ou mes vrais échecs, des anecdotes, des astuces ou encore des infos pratiques,…

2 Commentaires

  1. Bonjour, j’ai bien lu ce qui concerne les maladies de l’arbre à coings mais je ne vois rien au sujet de la “barbe” qui pousse au bas des fruits. Pouvez-vous me dire s’il faut un traitement spécifique ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *