Derniers conseils
Accueil » Gestes du mois » Un abri à hérisson pour l’hiver
Un abri à hérisson pour l’hiver

Un abri à hérisson pour l’hiver

L’hiver, la petite faune du jardin est particulièrement vulnérable. Sa survie dépend en grande partie de l’accumulation de réserves de nourriture faite durant l’automne mais aussi de l’installation dans un abri de fortune. En novembre, il n’est pas rare de croiser la route d’un hérisson en retard, encore en quête d’un refuge. Ce petit mammifère, comme beaucoup d’autres espèces, hiberne. Il passe donc les cinq mois de l’année les plus froids à dormir sous un tas de feuilles mortes, roulé en boule, en attendant des jours meilleurs.

Pourquoi accueillir un hérisson ?

Le pouvoir de séduction de ce petit mammifère est grand.  Il est difficile d’en expliquer la raison mais tout le monde, ou presque, a un faible pour lui. Les enfants encore plus ! Pourtant, force est de constater que ses piquants ne sont pas des plus accueillants.

Du côté du jardinier, le hérisson fait valoir ses nombreuses qualités, ce qui lui vaut d’être toujours le bienvenu au jardin ! Redoutable prédateur de limaces, escargots, insectes, vers…il se nourrit aussi à l’occasion de reptiles comme les couleuvres. Ce qui ne le laisse pas insensible. Le hérisson est de ce fait l’un des principaux alliés du jardinier !

Qu’est-ce qu’un jardin accueillant pour le hérisson ?

hérisson l'hiver

Le hérisson passe l’hiver à dormir sous un tas de feuilles mortes (c) istockphoto

Un jardin accueillant est un jardin le plus naturel possible.  C’est par exemple un espace ceint de nombreuses haies épaisses qui permettent au petit animal de s’abriter, de trouver sa nourriture mais aussi d’échapper aux chiens et aux renards, ses principaux prédateurs. (Cependant,  son plus grand prédateur reste de loin la voiture de l’Homme)

C’est aussi un jardin qui se caractérise par des méthodes de cultures respectueuses des végétaux et de l’environnement. Par exemple, si vous utilisez régulièrement du ferramol (vous savez, les petits granulés bleus dont raffolent les limaces) pour lutter contre la prolifération de ces voraces gastéropodes, il est fort probable que vous n’accueillerez pas de hérissons dans votre jardin car, au-travers des limaces, ce produit de synthèse empoisonne le précieux ami.

Vous l’aurez compris, le hérisson affectionne les coins sauvages, y compris les enchevêtrements de ronces impénétrables pour tout autre animal que lui. Le mammifère aime aussi farfouiller du côté du tas de compost pour y glaner un peu de nourriture. (Il y a toujours des limaces de ce côté-là aussi !)

Alors, à l’approche de l’hiver, nous nous devons tous de l’aider. On peut par exemple lui confectionner un abri confortable. Engagez  vos enfants avec vous. Ils adorent le bricolage, qui leur permet d’imiter les grandes personnes. Proposez-leur de construire une « maison à hérisson », vous serez surpris de voir comme ils s’y investissent !

Comment construire une maison à hérisson ?

Construire maison hérisson

Une maison à hérisson dans une haie

Il est facile de se procurer le matériel ! Responsabilisez d’ailleurs dès cette étape les enfants en les invitant à collecter eux-mêmes les fournitures. Demandez-leur ainsi de récupérer une grande cagette à légumes chez l’épicier du coin ou en grande surface. Puis ramassez avec eux et mettez à sécher un bon volume de feuilles. Peu importe leur taille. Les grandes, comme celles du châtaigner, ou les petites du chêne pédonculé ! Le hérisson s’accommodera de tout du moment qu’il peut s’aménager un nid douillet. Ajoutez quelques ardoises, tuiles ou, à défaut, une plaque d’acier galvanisé destinée à abriter la « maison » de la pluie. Et le tour est joué !

Choisissez un emplacement discret, au cœur d’une haie par exemple. Retournez la cagette et découpez une entrée suffisamment large pour permettre le passage de l’animal. Remplissez l’intérieur de l’abri d’une importante épaisseur de feuilles sèches. Puis étalez  une couche de cet isolant naturel sur le haut de la cagette avant de poser la toiture et de la lester d’une grosse pierre. C’est tout ! L’abri est fonctionnel, prêt à recevoir son hôte. Pensez à laisser un bon tas de feuilles à proximité de l’entrée pour que le mammifère puisse organiser sa « décoration intérieure » comme bon lui semble.

Comment savoir si l’abri est occupé ?

Chez les enfants, l’envie sera grande de vérifier que la maison qu’ils ont fabriquée est réellement occupée. Responsabilisez-les en leur demandant de ne pas déranger ou toucher à la construction. En revanche, profitez avec eux d’une soirée douce pour tenter une approche, à pas feutrés. Le hérisson ayant des mœurs nocturnes, peut-être les enfants auront-ils la chance de l’apercevoir ou d’entendre le bruissement des feuilles dans l’abri ? Le Graal…

Vous avez aimé ce billet ? Alors, n’hésitez pas à parcourir Jardipartage dans tous les sens. Ce blog regorge de précieux conseils pour votre jardin ! 

5 commentaires

  1. Accrédité Jardinier Formateur Région Rhône Alpes par le ministère de l’agriculture, je suis très intéressé par tout ce qui touche à la protection de la faune et respect de l’environnement. Donc votre article sur l’abris à hérissons, me passionne, d’autant plus que çà peut être une source d’observation pour capter l’attention des jeunes et les éduquer au respect de l’environnement.

    • Vous avez raison, il est important de sensibiliser les plus jeunes aux questions environnementales dès le plus jeune âge. Cette maison à hérisson constitue par ailleurs une activité intéressante à mener avec es élèves des l’école primaire ( cycle 2 ou 3)

  2. Petite question car le sujet me passionne et nous avons récemment construit un abri à hérisson dans le jardin suivant tes conseils : pourquoi dis-tu que le Ferramol empoisonne les hérissons, il est bien spécifié sur la boîte que c’est inoffensif pour les hérissons et d’ailleurs le Ferramol est agréé en culture bio ….Ne confondrais-tu pas avec les granules d’anti-limaces ” normaux ” , qui sont effectivement aussi bleus ?

    • Effectivement, vérification faite sur la boîte, le ferramol semble inoffensif pour les hérissons. De toute façon, j’utilise de plus en plus les cordons de cendres pour lutter contre les limaces…encore plus écologique ;)

      • Coucou,
        Merci pour ta réponse…Il serait bon dans ce cas que tu corriges ton article car cela pourrait induire en erreur d’autres jardiniers ( je n’ai aucun lien avec la marque Ferramol, je m’empresse de te le préciser ;-)) !!!) qui comme moi luttent désespérément contre les limaces ( je les ramasse à la frontale la nuit, les voisins doivent me prendre pour une folle !!!! ) ! C’est vrai que les moyens naturels ou bio pour s’en débarrasser sont rares hélas, et la cendre, je trouve ça peu efficace car il faut renouveler très fréquemment l’application, notamment par temps humide que les limaces affectionnent justement pour sortir ….Par contre j’ai trouvé récemment un produit que je trouve très intéressant, une sorte de glu à limaces (disponible en flacon ) dont il faut entourer la plante à protéger et qui résiste à la pluie…. Tu me diras ce que tu en penses ….? Très bonne journée !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>